VIDÉO - Les policiers et gendarmes équipés de nouvelles caméras-piétons

La rédaction de LCI
Publié le 1 juillet 2021 à 9h34, mis à jour le 2 juillet 2021 à 9h37
JT Perso

Source : TF1 Info

L'essentiel

INTERVENTION - 2000 patrouilles de policiers et gendarmes sont équipées ce jeudi 1er juillet en nouvelles caméras-piétons, qui devraient permettre une meilleure traçabilité des interventions.

Des nouvelles générations "plus robustes" de caméras-piétons, selon les mots du ministre de l’Intérieur, vont être allouées aux policiers et gendarmes à partir de ce jeudi 1er juillet. 2000 patrouilles doivent les expérimenter pour commencer, avant de les déployer dans les commissariats et gendarmeries "d’ici à la fin du mois de septembre", a pu préciser Gérald Darmanin mercredi 30 juin au congrès du syndicat de policiers Unité SGP Police. 

Une caméra "accrochée à l'uniforme"

Annoncée par Emmanuel Macron le 14 juillet dernier, cette commande comprend 30.000 caméras-piétons. Ces caméras-piétons remplacent donc les anciens modèles, trop peu utilisés lors des interventions en raison de leur faible autonomie ou de leur poids. "Plus simples d'usage, plus robustes, et avec une autonomie de douze heures très supérieure au précédent modèle, ces nouvelles caméras-piétons ont été testées pendant plusieurs semaines par les policiers et gendarmes dans des situations opérationnelles", a ajouté le ministre de l’Intérieur. 

Nouvelles caméras-piétons pour les policiers et gendarmes : que vont-elles changer ?Source : JT 20h Semaine
JT Perso

Concrètement, cette caméra sera "accrochée à l'uniforme" du policier ou du gendarme, et "utilisée en intervention afin d'apaiser des situations conflictuelles et limiter les débordements éventuels", selon un communiqué du ministère de l’Intérieur. Un outil qui devrait permettre "d'objectiver des infractions et d'apporter les éléments nécessaires à la poursuite de leurs auteurs par la collecte de preuves", alors que les conditions d'interpellation peuvent parfois être obscures et déclencher des polémiques.

En septembre dernier, Gérald Darmanin avait avancé la nécessité d'une modification de la loi pour autoriser les policiers et gendarmes à "regarder en quasi direct les images" enregistrées par leurs caméras. La loi sur la sécurité globale a élargi la possibilité de visionner ces images mais pour l'instant, cette possibilité de transmission en temps réel n'est pas activée, dans l'attente des décrets d'application l'autorisant.