L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

Des responsables musulmans condamnent le boycott de produits français

C.Q
Publié le 2 novembre 2020 à 17h53
Des responsables musulmans condamnent le boycott de produits français

Source : PATRICK KOVARIK / AFP

L'essentiel

RÉACTION - Trois grandes mosquées et des fédérations musulmans ont condamné ce lundi 2 novembre le boycott de produits français entrepris par plusieurs pays.

Depuis la mosquée de Paris, des responsables musulmans ont condamné à l'unisson ce lundi 2 novembre le boycott de produits français lancé par plusieurs pays, notamment le Qatar et le Pakistan. "Il y a des moments où nous devons être solidaires avec notre pays qui subit, depuis quelques semaines, des attaques injustifiées",  ont écrit dans un texte commun la Grande mosquée de Paris (GMP), la Grande mosquée de Lyon, la Grande mosquée de Saint-Denis de La Réunion, le Rassemblement des musulmans de France (RMF), la Fédération française des associations islamiques africaines des antilles et des comores (FFAIACA) et la Coordination des associations musulmanes de Paris (CAP).

Ces responsables fustigent donc les "appels injustifiés au boycott des produits français", mais aussi "tous ceux qui instrumentalisent l'islam à des fins politiques, diplomatiques ou mercantiles pour induire en erreur nos concitoyens et nos coreligionnaires", le "terrorisme et de toute forme de violence qui s'exprime au nom de notre religion" ainsi que les "appels au meurtre lancés par des responsables étrangers". 

Des manifestations contre le droit à la caricature

Depuis qu'Emmanuel Macron a défendu dans une allocution le principe de la liberté d'expression, et en particulier le droit à la caricature en France, plusieurs pays d'Afrique et du Proche et Moyen-Orient ont appelé à se passer des produits français. Des manifestations ont également eu lieu, comme ce lundi à Jakarta, en Inde, ou encore à Dacca, au Bangladesh, où près de 50.000 personnes ont répondu à l'appel du groupe radical Hefazat-e-Islam, un des principaux groupes islamistes du pays, contre la prise de position présidentielle. 

Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Al-Jazeera, Emmanuel Macron a toutefois tenté de calmer le jeu ce week-end en disant comprendre que des musulmans puissent être "choqués" par les caricatures du prophète Mahomet.