Dessins animés : plongez au cœur de l'un de ces studios français qui cartonnent

Sibylle Laurent
Publié le 26 avril 2016 à 18h14
Dessins animés : plongez au cœur de l'un de ces studios français qui cartonnent

REPORTAGE - D'après une étude de la Commission du Film d’Ile-de-France, le cinéma français se porte plutôt bien. Un succès notamment porté par les studios d'animation 3 D, une petite centaine en France, qui sont reconnus internationalement et travaillent pour les plus grands. Pour comprendre la recette de leur succès, metronews a visité le studio d'animation 3 D Team To, 100% Made in France, qui planche notamment pour Disney ou Ubisoft.

Nous sommes dans le 18e arrondissement, rue Damrémont, un petit coin bien vivant de Paris. Une porte cochère, un interphone discret… et au fond de la cour, un autre monde. Celui de Team To, studio d'animation 3 D. Ici, on travaille autrement. Les murs sont bleus, jaunes ou roses, la cuisine ressemble à celle d'une coloc', les bureaux sont équipés de parasols. Et il y a des barquettes de fraises en livre service ! Un univers ludique, léger, pétillant comme un dessin animé. "On essaie de donner une ambiance qui soit susceptible de développer les talents, où l'on se sent bien pour bosser. Ça fait partie de l'esprit de la boîte…" Lui, c'est Guillaume Hellouin, grand, cheveux mi-longs, qui nous accueille à l'entrée. Il est l'un des fondateurs de Team To, un studio d'animation 3D qui a fêté ses 10 ans l'an dernier. Il fait, sans se prier, le tour du propriétaire d'un pas pressé. 

Guillaume Hellouin, PDG de Team To, a fondé le studio avec trois autres collègues. - SL/Metronews


Team To est l'un des beaux symboles de la réussite du secteur d'animation 3 D français. Car derrière les couleurs acidulées, ça carbure, ici. L'endroit produit ses propres films d'animation et en crée aussi pour les plus grands studios internationaux : "Gus, petit oiseau, grand voyage", le premier long-métrage de Team To, a été produit l'an dernier, mais ce studio, c’est aussi 14 séries diffusées dans le monde, des clients comme Ubisoft, Walt Disney ou Gaumont animation. "On a l'impression que c'est cool, mais on travaille dur, c'est un boulot difficile", précise Guillaume. D'ailleurs, il suffit de regarder : environ 200 personnes évoluent ici. Et pas un bruit. Chacun turbine, au milieu de cet univers coloré. Guillaume traverse les îlots de bureaux, fait les présentations : "Ici, c'est l'équipe qui travaille sur "Mon chevalier et moi", une petite série décalée ; là, c'est le montage, puis "l'animatique" ; ici notre pôle recherche et développement, puis l'équipe qui travaille sur 'Skylander', derrière la salle de projection cinéma."

Grande verrière, petits parasols... Des conditions sympa,pour un travail plus difficile qu'il n'y paraît. - SL/Metronews


"Guillaume, tu as montré la bande démo ? Elle est vachement bien !" Arrive Corinne Kouper, une brune pétillante. Elle est directrice du développement et a lancé la société, avec Guillaume. Autour d'un café, le PDG lance le film. Et défilent, sur la tablette, une flopée de personnages pour enfants : Princesse Sofia, Angelo La Débrouille, les Lapins Crétins, ces bébêtes dégénérées, ou Caliméro, le petit poussin noir. Les images sont belles, énergiques. Depuis ses débuts, la petite société n'a fait que se développer. "En emplois permanents, on est une vingtaine", raconte Guillaume. "Mais en ce moment par exemple, on est 140. Nous avons aussi une antenne à Valence, avec 200 places. Suivant les étapes de nos productions, différents métiers interviennent." Depuis 4-5 ans, la tendance est clairement à l'envolée pour Team To. "Au début, on faisait un ou deux projets en parallèle. L'an dernier, on en a mené 5 d'affilée."

SL/Metronews


Et si Team To a autant de succès, c'est qu'elle a pris très vite une option qui s'est avérée payante ; en 2008, elle a relocalisé toute sa production en France. Oui, toute. "Quand on créé Team To, on n'avait pas les moyens de mettre en place un studio de 300 personnes", raconte Corinne. "Alors on a commencé comme tout le monde, en sous-traitant à des studios qu'on n'imaginait pas trop mauvais." L'équipe a d'abord essayé les pays de l'Est, la Chine, est partie en Inde. "Mais au final, on payait beaucoup de billets d'avions pour contrôler la qualité, les livraisons. On s'est dit qu'il fallait essayer de constituer notre propre studio." Et hop, l'équipe rapatrie toutes ses équipes en France. 

Corinne Houper, fondatrice et productrice, Patricia De Wilde, directrice marketing, et Constance Roboam, chargée de com'. Elles font toutes partie de l'association Les Femmes s'animent, crée par Corinne, qui vise à interroger sur la place des femmes dans - SL/Metronews


Donc, le 100% Made in France, c'est possible ? "On a réussi en étant efficace, en investissant sur la recherche et le développement, et travaillant à recruter et fidéliser les clients", insiste Guillaume. "Du coup, on a une productivité qui permet d'être rentables, et une excellente qualité qui fait qu'on est très bien positionné à l'international". Depuis, d'autres studios ont fait comme Team To, et ont relocalisé en France. Une tendance qui pourrait encore s'accroître, grâce à l'entrée en vigueur cette année d'un crédit d'impôt qui rend le secteur plus compétitif sur le terrain international. "Les grands studios américains sont très friands des productions françaises", précise Corinne. "On a une base d'artistes considérables, des écoles renommées… Et on cherche toujours à innover." Et, sans vouloir spoiler la suite des aventures du studio, on peut prédire l'arrivée prochaine de bien curieux personnages, sur nos écrans. Comme Mike, le bouledogue flemmard qui se la coule douce autant que possible, ou "Héros Hic", quatre super héros qui vivent en colocation... Allez, vous verrez, il n'y a pas d'âge pour les dessins animés.

A LIRE AUSSI
>> Tournages de films : comment les Régions essaient de vendre du rêve

>> Non, le tournage des films d'action n'est pas interdit à Paris


Sibylle Laurent

Tout
TF1 Info