Deux maires LR rejettent une affiche anti-VIH dans leur ville et se font insulter par un adjoint parisien

par Ines EL LABOUDY
Publié le 22 novembre 2016 à 10h34
Deux maires LR rejettent une affiche anti-VIH dans leur ville et se font insulter par un adjoint parisien

Source : DOMINIQUE FAGET / AFP

RÉACTIONS - Les maire LR d'Aulnay-sous-Bois et d'Angers, énervés par la campagne gouvernementale contre le Sida, ont entamé des démarches pour les retirer. Ce qui leur a valu d'être copieusement insultés par l'adjoint au logement de Paris Ian Brossat.

Depuis quelques jours, une campagne de prévention publique contre le Sida lancée par le gouvernement fait vivement réagir. Sur l'affiche, on y voit deux hommes s'enlacer avec un message qui incite à se protéger : "Coup de foudre, coup d'essai, coup d'un soir. Les situations varient. Les modes de protection aussi". 

Le maire Les Républicains d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Bruno Beschizza, a donc décidé de prendre un arrêté pour retirer ces affiches de prévention dans sa ville. Le maire LR d'Angers a aussi décidé de les faire retirer. Suite à ces annonces, les réactions ne se sont pas faites attendre, notamment à gauche. Et la dernière en date ne fait pas dans la dentelle. Ian Brossat, adjoint (PCF) à la Maire de Paris, en charge du logement et de l'hébergement d'urgence, a violemment réagi sur Twitter, qualifiant les maires anti-campagne contre le Sida des "connards moyenâgeux". 

Pour le maire de la commune de Seine-Saint-Denis, le motif de cet arrêté est la "protection de l'enfance" comme l'indique le bandeau jaune - où il est aussi écrit "Protégeons nos enfants" - qui couvre désormais ces affiches à Aulnay-sous-Bois. "Quand on met des messages subliminaux d'une aventure d'une nuit, d'accouplement sans parler d'amour de manière aussi lapidaire, sur un abribus, sans contextualiser, j'imagine un enfant de cinq ans qui, sans libre-arbitre, peut avoir une certaine confusion dans l'esprit", a estimé le maire sur BFM Paris. Une prise de position qui ne passe pas non plus auprès du député socialiste Daniel Goldberg, qui rapproche l'argumentaire de celui de la droite opposée au Mariage pour tous.

Une campagne "volontairement choquante"

De son côté, le maire d’Angers, où François Fillon a réuni plus de 50% des voix, a lui aussi demandé au réseau d'affichage JC Decaux de retirer les affiches de sa ville notamment après avoir été sollicité par des habitants sur la proximité des affichages d'une école, relate BFM. Dans un courrier demandant le retrait des affiches, l'élu Christophe Béchu écrit ainsi : "Cette campagne, par les slogans choisis et par les messages suggérés, a suscité un grand émoi auprès de nombreux angevins [...]. Volontairement choquante, cette campagne d'affichage est diffusée à proximité des écoles, au niveau des abribus, délivrant ainsi un message que les jeunes enfants sont incapables de comprendre."

Un kiss-in géant contre la Manif pour tousSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Ines EL LABOUDY

Tout
TF1 Info