EN DIRECT - Colère des agriculteurs : de nouvelles annonces du gouvernement attendues mardi

Publié le 29 janvier 2024 à 5h30, mis à jour le 30 janvier 2024 à 3h09

Après une accalmie au cours du week-end, la mobilisation des agriculteurs reprend de plus belle ce lundi 29 janvier.
Une journée marquée par le début du "siège" de Paris depuis le début d'après-midi, avec la mise en place de "points de blocage" sur les principaux axes routiers menant vers la capitale.
Suivez en direct les dernières informations sur la crise qui secoue le monde agricole.

Ce live est à présent terminé. 

"MADE IN FRANCE"

Selon plusieurs sondages, une large majorité de la population soutient le mouvement de protestation des agriculteurs, qui se battent pour leurs conditions de vie et d'exercice de leur métier. Parmi les solutions citées pour leur venir en aide : la consommation de produits provenant de l'agriculture française. Mais est-il vraiment possible d'acheter - et de manger - uniquement "made in France" ? Pas si simple a priori...

FIN DE RÉUNION EN TOUTE DISCRÉTION

Le chef du gouvernement, Gabriel Attal, a reçu dans la soirée le président du premier syndicat agricole français FNSEA, Arnaud Rousseau, et son homologue du syndicat allié Jeunes agriculteurs Arnaud Gaillot. Si la réunion s'est terminée, ils n'ont pas pris la parole à son issue.

ARRIVÉE À LIMOGES

Une trentaine de tracteurs ont pris la route ce matin depuis Agen, à l'appel du syndicat Coordination rurale, pour monter à Paris et bloquer le marché de gros de Rungis, poumon alimentaire de la capitale. Ce soir, les agriculteurs étaient arrivés à Limoges. 

UN BLOCAGE ANNONCÉ À LYON CE MARDI

Si Paris converge les attentions, d'autres villes voient la mise en place de barrages et de manifestations. À Lyon, un blocage a débuté "doucement", "le gros des troupes arrivera demain (mardi)", selon Michel Joux, patron de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes. 

PRÈS DE 10.000 AGRICULTEURS MOBILISÉS

Selon une source policière à l"AFP, "un peu moins de 10.000 agriculteurs étaient mobilisés sur le terrain dans toute la France" lundi en fin d'après-midi, "avec près de 5000 engins". "Les blocages autour de Paris comptent un millier d'agriculteurs et un peu plus de 500 engins", selon cette même source qui relève que "l'objectif de tenir jusqu'à vendredi est manifeste".

LE VRAI DU FAUX

L'accord commercial en négociation entre l'UE et le Mercosur, notamment, est une des cibles privilégiées des agriculteurs. Il sera au cœur des discussions entre Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen jeudi à Bruxelles. On passe en revue les critiques des paysans à l'égard de ces traités ⤵️

Crise agricole : Mercosur, Ceta... le vrai du faux sur les traités de libre-échangeSource : TF1 Info

"NE PAS CONSTITUER DE STOCKS ALIMENTAIRES"

Dans la Drôme, où la mobilisation des agriculteurs, comme dans le reste de la France, perturbe la circulation, notamment vers certains magasins, la préfecture s'est voulue rassurante. Dans un communiqué ce lundi soir, elle a demandé aux habitants du département "de ne pas constituer de stocks alimentaires", assurant que "les principales grandes surfaces de la Drôme restent correctement approvisionnées en denrées alimentaires et en carburant".

UNE MOBILISATION QUI "COÛTE CHER"

La mobilisation massive des agriculteurs a un coût, surtout pour ceux qui montent à Paris en tracteurs en délaissant leurs exploitations. Le détail dans l'article ci-dessous.

3000 AGRICULTEURS MOBILISÉS

Une source policière compte plus de 3000 agriculteurs mobilisés aujourd'hui dans toute la France, avec près de 2000 engins. Un tiers des mobilisés sont dans le Sud-Ouest.

ÉTAT DU TRAFIC EN ILE-DE-FRANCE

Alors que des points de blocage ont été installés sur plusieurs axes autoroutiers autour de Paris, le trafic est faible par rapport à d'habitude, le cumul de bouchon étant de 156 km à 17h56, selon le site Sytadin. Les automobilistes semblent avoir pris en compte les appels à éviter les axes routiers en Ile-de-France, passés par la préfecture.

Capture d'écran / Sytadin

LE TRANSPORT ROUTIER, IMPACTÉ PAR LES BLOCAGES

Contactée, la Fédération nationale des Transports routiers a confirmé que les blocages avaient un impact sur la circulation des transporteurs, sans que des chiffres puissent être donnés. La situation est en tout cas suivie de très près, la FNTR répétant son appel au gouvernement d'assurer la sécurité de ses transporteurs et des marchandises, comme l'importance de la liberté de circulation. 

140 DEMANDES "ÉTUDIÉES UNE À UNE"

Prisca Thévenot a assuré, dans son point en sortie du Conseil des ministres, que "l'ensemble du gouvernement et le président de la République sont mobilisés" sur ce sujet. Insistant sur le fait que de nouvelles annonces seront faites demain, la porte-parole du gouvernement a rappelé que des "actions au niveau local", sont également étudiées par les préfets en région. "Il y a 140 demandes qui ont été faites, si je ne me trompe pas et on doit pouvoir les étudier une à une", a-t-elle souligné.


Interrogée sur l'investissement financier pour soutenir les agriculteurs, la porte-parole du gouvernement a cité Gabriel Attal, assurant qu'"on doit pouvoir économiser là où on peut et investir là où on doit."

UN "OPPORTUNISME CYNIQUE"

En plus d'un point sur la crise agricole, Prisca Thévenot a dénoncé l'"opportunisme cynique" de certains partis politiques, qui auraient découvert "l'existence des agriculteurs la semaine dernière". "Nombre politiques deviennent experts dans l'art de la réaction, nous assumons de continuer à être dans la solution et l'action", a vanté la porte-parole du gouvernement.

Urgent

DE NOUVELLES ANNONCES "DÈS DEMAIN"

"Notre action ne s'arrête pas aux annonces de vendredi dernier", a prévenu Prisca Thévenot, rappelant que les présidents de la FNSEA et des JA seront reçus par Gabriel Attal, ce soir à 18h. "Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau a fait savoir que de nouvelles mesures seront prises dès demain", a-t-elle ajouté. Emmanuel Macron doit par ailleurs évoquer ce sujet au niveau européen, ce jeudi.

DES DEMANDES AUPRÈS DE LA COMMISSION EUROPÉENNE

Pour répondre à la colère des agriculteurs et mieux protéger leurs revenus, la porte-parole a rappelé les mesures prises par le gouvernement, et notamment celles annoncées par Gabriel Attal ce vendredi 26 janvier. Au niveau européen, Prisca Thévenot a donné plusieurs mesures soutenues par la France.


"Nous avons demandé à la Commission européenne de revenir sur la règle des jachères. Nous avons déjà reçu le soutien de 22 États membres", a-t-elle souligné. Le gouvernement français s'oppose par ailleurs "à la ratification du traité Mercosur tant que les règles de réciprocité ne seraient pas respectées". 

"UNE AGRICULTURE À LA FRANÇAISE"

En sortie de Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement a rappelé le cap de la Macronie "depuis 2017". "C'est pour cette agriculture à la française que nous nous battons depuis 2017. Pour cette agriculture qui nous permet à la fois de produire et de protéger. Produire pour rester une grande nation agricole et protéger parce que nous ne pouvons pas laisser notre agriculture à la merci de la concurrence déloyale. Protéger aussi face au réchauffement climatique car les premières victimes du réchauffement climatique sont justement les agriculteurs", a souligné Prisca Thévenot.

BRUXELLES

Emmanuel Macron va rencontrer Ursula von der Leyen à Bruxelles ce jeudi au sujet de la crise des agriculteurs, annonce l'Élysée. L'échange, qui aura lieu en marge d'un Sommet européen extraordinaire sur le budget de l'UE, portera notamment sur l'accord commercial en négociation entre l'UE et le Mercosur, les jachères imposées aux agriculteurs et l'arrivée de produits ukrainiens dans l'Union, a précisé la présidence française.

COMMENT SE RÉPARTISSENT LES AIDES DE LA PAC ?

L'une des revendications des agriculteurs est la mauvaise répartition des aides de la PAC. On vous explique à qui profitent ces subventions dans l'article ci-dessous.

DES ENTREPRISES VISÉES PAR DES "PRÉ-INJONCTIONS"

Trois entreprises ont été accusées d'enfreindre les lois Egalim par le Premier ministre, lors de sa prise de parole, ce vendredi. Il a alors promis de les "sanctionner très lourdement". Ce lundi, une source gouvernementale a fait savoir à l'AFP qu'elles ne sont visées à ce stade que par des "pré-injonctions".


Ces avertissements de l'administration permettent à l'entreprise incriminée de faire valoir ses arguments. S'ils ne suffisent pas à convaincre la DGCCRF, celle-ci peut adresser une injonction formelle à l'entreprise pour qu'elle se mette en conformité avec la loi, dans un délai donné. L'injonction peut être assortie d'une astreinte financière.


C'est seulement si la société est toujours en infraction à l'issue de ce délai qu'elle encourt des sanctions. Interrogée par l'AFP, la DGGCRF n'a pas souhaité faire de commentaire "en cours d'enquête".

"TOUT EST FAIT POUR LEUR COMPLIQUER LA TACHE"

La présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen, a réagi au mouvement de mobilisation des agriculteurs auprès de LCI. "Ça fait 30 ans que l'agriculture ne cesse de s'effondrer sans que rien ne soit fait pour leur venir en aide", a-t-elle notamment estimé. "Tout est fait en réalité pour leur compliquer la tâche", a encore revendiqué l'élue d'extrême droite du Pas-de-Calais.

LA FNSEA ET LES JA À MATIGNON

Arnaud Rousseau, patron de la FNSEA, sera à Matignon à 18h pour rencontrer le Premier ministre Gabriel Attal. Il sera accompagné du patron des Jeunes Agriculteurs, Arnaud Gaillot. Seront également présents les ministres de l'Agriculture Marc Fesneau et de la Transition écologique Christophe Béchu.

30 DÉPARTEMENTS TOUCHÉS PAR LES BLOCAGES

Selon la gendarmerie, 30 départements sont touchés et 16 autoroutes concernées par les mobilisations des agriculteurs. Les renseignements territoriaux comptabilisaient à la mi-journée un total de 25 blocages mobilisant 1710 agriculteurs, contre 113 blocages vendredi et 17.500 agriculteurs. La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) ont prévu huit "points de blocage" sur de grandes autoroutes à quelques kilomètres ou dizaines de kilomètres du périphérique parisien.

"LES FRANÇAIS VOUS SOUTIENNENT"

Dans une prise de parole, la présentatrice Karine Le Marchand a assuré les agriculteurs du soutien des Français. "Bon courage", a-t-elle conclu son discours.

Colère agricole : "Les Français sont avec vous", l'animatrice Karine Le Marchand sur un point de blocageSource : TF1 Info
Crise agricole : point de blocage sur l'A1Source : TF1 Info

MOBILISATION DANS LE CALVADOS

Dans le Calvados, la circulation est aussi perturbée. La préfecture a fait un point dans un post publié sur X. 

KARINE LE MARCHAND EN SOUTIEN AVEC LES AGRICULTEURS

L'animatrice de l'émission "L'amour est dans le pré" est présente sur un point de blocage sur l'A4, près de Jossigny, en Seine-et-Marne, pour soutenir les agriculteurs. 

Karine Le Marchand s'est rendue à un blocage d'agriculteurs à Jossigny.
Karine Le Marchand s'est rendue à un blocage d'agriculteurs à Jossigny. - Capture d'écran / LCI

BLOCAGE D'AU MOINS QUATRE AUTOROUTES DESSERVANT PARIS

Comme prévu, le blocage de plusieurs grands axes autoroutiers desservant Paris a débuté vers 14h. Au moins quatre autoroutes sont bloquées à quelques dizaines de kilomètres de Paris. L'autoroute A13, qui relie la Normandie à Paris, est bloquée dans les deux sens à environ 60 km de la capitale, vers la gare-péage de Buchelay dans les Yvelines. De l'autre côté de la capitale, à Jossigny (Seine-et-Marne), un blocage de l'A4 a aussi débuté avec l'installation en épi des premiers tracteurs des deux côtés du terre-plein central. 

BLOCAGE DE L'A5A PARIS

Au niveau de Réau, l'autoroute A5A est bloquée dans les deux sens, pour une durée indéterminée, note Sytadin.

PERTURBATIONS SUR L'A15

Avec le début des blocages en région parisienne, la préfecture du Val-d'Oise annonce que très fortes perturbations sont en cours sur l'autoroute A15. La route est fermée à la circulation en direction de Paris. Il est conseillé d'éviter le secteur.

LA FNSEA À MATIGNON

Selon des sources concordantes à LCI, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau va se rendre à Matignon pour un échange avec le Premier ministre, Gabriel Attal, ce soir, à 18h.

L'IMPORTANCE DU MARCHÉ DE RUNGIS EN 10 CHIFFRES

Des agriculteurs font route en direction de Paris, avec l'intention de bloquer le marché de Rungis, où les attendent des blindés de la gendarmerie. Ce marché d'intérêt national, situé dans le Val-de-Marne, est un haut lieu d'échange de produits alimentaires.

DES BLOCAGES SUR L'A10

La circulation est coupée dans les deux sens sur l'A10, au niveau de Dourdan (échangeur n°10).

DES PROPOS "INACCEPTABLES"

"Il y a une procédure judiciaire en cours sur ces propos. Le sexisme est un délit. Que des députés RN, en écharpe, posent ainsi, n’est pas acceptable. Je dépose aujourd’hui, une demande sanction auprès de la Présidence de l’Assemblée Nationale", annonce Sandrine Rousseau au sujet d'un cliché d'élu RN devant une banderole "Va faire la soupe salope".

CONCURRENCE DÉLOYALE

"Ce qui inquiète nos agriculteurs, ce n’est pas la concurrence de nos voisins : nous avons l’une des plus belles agricultures du monde. Le danger, c’est la concurrence déloyale intenable née de l’avalanche de contraintes que nos propres dirigeants lui imposent depuis des années", affirme l'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy. "Pour sortir de la crise, quelques mesures ne suffiront pas. Il faut un changement de cap complet, que nous demandons depuis des années, pour sortir d’une logique de contrainte et de surveillance, et rendre aux agriculteurs la liberté de travailler et de vivre de leur travail", assure l'élu.

A13

L'A13 est fermée dans les deux sens au niveau de Mantes-la-Jolie (échangeur n°12), indique Sytadin.

Routes, supermarchés... quel impact pour les Français ?Source : JT 13h Semaine

BISON FUTÉ

Sur le site gouvernemental, il est possible de voir les points où les autoroutes sont fermées. Sont également recensées les opérations escargot en cours. 

LES IMAGES DU CONVOI

Ce lundi marque un tournant dans la mobilisation des agriculteurs : ils lancent leur opération "siège de Paris". Quels blocages autour de la capitale ? Le JT de TF1 fait le point et vous montre les images.

DÉBUT DES BLOCAGES

De premiers blocages de plusieurs autoroutes par des tracteurs ont commencé autour de Paris. Les agriculteurs ont prévenu qu'ils voulaient bloquer les accès à la capitale dans les prochains jours. Une manifestation est en cours sur l'A6, vers Paris, au niveau de Chilly-Mazarin. Par ailleurs, plusieurs fermetures sont à signaler sur l'A4, entre Serris et Jossigny (Seine-et-Marne) avec l'installation en épi des premiers tracteurs des deux côtés du terre-plein central. De même, l'autoroute A13 est bloquée dans le sens province-Paris au niveau de la gare-péage de Buchelay (Yvelines).

POINT À L'ÉLYSÉE

Un point sur la situation agricole, et sur les manifestations des agriculteurs, est prévu à l'Élysée ce lundi à 15h15 autour d'Emmanuel Macron et Gabriel Attal, a appris TF1/LCI de sources concordantes. Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Marc Fesneau et Christophe Bechu seront également présents à cette réunion, quelques minutes avant le Conseil des ministres prévu à 16h.

Pourquoi ils veulent bloquer les grandes villesSource : JT 13h Semaine

MODIFICATIONS SUR L'A6

La préfecture de Seine-et-Marne annonce une "modification de la circulation sur A6", à partir de 13h30 ce lundi. Les véhicules de transports de marchandises de plus de 7,5 tonnes doivent emprunter l’échangeur n°15 dans le sens Province Paris. Dans ce même sens, tous les véhicules doivent sortir à l’échangeur n° 13.

TRACTEURS EN ÎLE-DE-FRANCE

Selon les renseignements territoriaux, il y avait "près de 800 tracteurs" dans le bassin parisien en ce début d'après-midi, lundi.

DES PERTURBATIONS SUR UNE DIZAINE D'AUTOROUTES

Dans un point à 10h ce lundi, Vinci dénombre une dizaine d'autoroutes perturbée par les mobilisations des agricultures. Ce chiffre pourrait encore croître dans les heures à venir, au fur et à mesure de la progression des convois. 

Le coût de la colèreSource : JT 13h Semaine

A15

En région parisienne, l'Autoroute A15 est actuellement fermée à la circulation en direction de Paris, entre les communes d'Argenteuil et de Gennevilliers. Les automobilistes doivent obligatoirement sortir à l'échangeur N°2 (Argenteuil-centre).

LE POINT SUR LES PERTURBATIONS

Ce lundi, à 12h00, 21 rassemblements et 25 blocages ont été recensés dans 16 départements, mobilisant 1710 agriculteurs et 1206 engins agricoles, a appris TF1/LCI des renseignements territoriaux. C'est bien moins que vendredi dernier, à la même heure (113 blocages et 17.500 agriculteurs mobilisés). 

COLÈRE EN ALLEMAGNE

Comme en France, la colère monte chez les agriculteurs allemands. "D'importantes perturbations du trafic ont lieu dans la zone du port de Hambourg", le plus grand port d'Allemagne, provoquant le blocage d'une partie du "trafic des camions", a prévenu la police de la ville, sur le réseau social X.


Des colonnes composées de centaines de tracteurs ont aussi occasionné des perturbations du trafic dans l'ensemble du centre-ville de Hambourg, alors qu'une manifestation d'agriculteurs se tient devant la gare, ont ajouté les autorités.


D'autres ports maritimes allemands ont également été perturbés. En Basse-Saxe (nord), des agriculteurs ont bloqué les accès au Jade-Weser-Port, un port de conteneurs près de la ville de Wilhelmshaven, avec environ 40 tracteurs, selon la police. Un "rassemblement" d'agriculteurs sur un axe routier crucial a par ailleurs entraîné un "important ralentissement" du trafic dans le port de Bremerhaven (nord).

DÉPART DE SENLIS SUR L'A1

Un nouveau cortège est parti à 13h sur l'A1, à hauteur de Senlis, direction Paris. Le convoi devrait s'arrêter à hauteur de l'aéroport de Roissy, sans intention de bloquer son accès.

Colère de agriculteurs : un convoi quitte Senlis sur l'A1Source : TF1 Info

LE POINT SUR LES REVENDICATIONS

Usages des produits phytosanitaires, jachères, retraite... Voici les sujets au cœur des revendications des agriculteurs.

Agriculteurs : que peut encore concéder Attal ?Source : TF1 Info

A16 - DÉPART DE BEAUVAIS

Un cortège de près de 350 tracteurs s'est élancé sur l'A16 à hauteur de Beauvais, dans l'Oise, ce lundi en fin de matinée, direction la capitale. De nombreux syndicats ont annoncé leur intention de bloquer plusieurs axes majeurs autour de Paris à partir de 14h.

Agriculteurs : la ruée vers la capitaleSource : TF1 Info

LE POINT SUR LES PERTURBATIONS EN AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

La préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de faire un dernier point sur les perturbations actuelles en raison des mobilisations des agriculteurs. Les autoroutes A7, A40, A41, A43, A48, A480, A49, A71, A710W, A75 et A79 sont concernées.

REVENDICATIONS

"Les promesses aujourd'hui ne suffisent plus. Nous avons besoin d'actes d'engagement. Des mesures sont nécessaires, en matière de renouvellement des générations, d'accompagnement à la transmission des exploitations, de revenu des agriculteurs ou encore de simplification (du droit)", annonce Clément Torpier, président des Jeunes Agriculteurs en Île-de-France, sur LCI. "La balle est dans le camp du gouvernement", ajoute-t-il. "La mobilisation s'annonce intense et forte" et "nous nous organisons pour pouvoir tenir plusieurs jours", prévient-il.

"NOUS NE SOUHAITONS PAS BLOQUER RUNGIS"

"Notre réseau JA-FNSEA ne souhaite pas bloquer Rungis. Nous ne souhaitons pas bloquer l'activité économique autour de Rungis", annonce Clément Torpier, président des Jeunes Agriculteurs en Île-de-France. "Notre mobilisation s'oriente autour de sept grands axes menant à la capitale", ajoute-t-il sur LCI. 

"DES ANNONCES DANS LES JOURS QUI VIENNENT"

"Il y aura des annonces dans les jours ou les heures qui viennent", en particulier à propos des sujets de simplification des normes, a indiqué Marc Fesneau, depuis la préfecture du Val-de-Marne, où il a tenu une réunion à propos de la loi Egalim. La volonté du gouvernement, "c'est d'aller vite sur tout ce qui pourra aller vite, de procéder à des évolutions législatives s'il y a besoin et, pour le reste, de regarder comment on ajuste les choses d'un point territorial", a ajouté le ministre de l'Agriculture. 

Crise agricole : Marc Fesneau s'exprimeSource : TF1 Info

"DINDON DE LA FARCE"

"Il faut que l’Union européenne cesse d’être le dindon de la farce des échanges internationaux", juge la probable tête de liste du Parti socialiste aux élections européennes, Raphaël Glucksmann, dans un entretien à Ouest-France. La colère des agriculteurs est "légitime" et leur situation est "d’abord liée à des politiques publiques injustes" et "des politiques commerciales iniques" qui les mettent en concurrence "avec des agriculteurs du bout du monde qui ne sont pas soumis aux mêmes règles qu’eux", estime le leader du petit parti Place publique.


L'élu se positionne en faveur d'une "refonte de la Politique agricole commune (PAC)"et de "l’uniformisation des règles à travers tout le marché unique". L'objectif est que "l’Union européenne cesse d’être le dindon de la farce des échanges internationaux". 

PERTURBATIONS SUR L'A13

"Actuellement, l'A13 en direction de Paris est coupée au niveau du viaduc de Saint-Cloud. Le cortège des manifestants a cessé sa progression en direction de Paris", indique Sytadin qui précise que ces la durée de ces perturbations est "indéterminée".

Agriculture : la France a-t-elle vraiment la main ?Source : TF1 Info

"UNE COLÈRE JUSTE"

L'eurodéputée LR a soutenu ce matin le mouvement de protestation des agriculteurs. Dans "Bonjour ! La Matinale TF1", elle a estimé que les blocages étaient légitimes pour défendre les intérêts des paysans français. Dans son viseur ? Les écologistes et le gouvernement, dont elle fustige les alliances à Bruxelles.

COLÈRE EN BELGIQUE

En Belgique aussi, les agriculteurs font part de leur colère, comme ici dans la région de Hal (province du Brabant flamand). 

En Belgique aussi, les agriculteurs font part de leur colère, comme ici dans la région de Hal.
En Belgique aussi, les agriculteurs font part de leur colère, comme ici dans la région de Hal. - NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP

DU NOUVEAU SUR L'A450

"Les agriculteurs positionnés sur l’A450 bloquent dorénavant l’autoroute A7/M7 qui est fermée️ entre la sortie 6 (Feyzin) et le diffuseur 4 (Pierre-Bénite Nord) dans le sens Sud-Nord et entre le diffuseur 4 et la jonction A7/A450 dans Nord-Sud", indique la préfecture de région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rhône. 

TRACTEURS SUR L'A450

Déjà près d'une centaine de tracteurs ont envahi l'A450, dans la région lyonnaise, rapporte Le Progrès. 

SEMAINE DÉCISIVE POUR GABRIEL ATTAL

Le Premier ministre a tenu une réunion de crise ce dimanche, en fin d’après-midi, après un déplacement dans une ferme le matin. Gabriel Attal est sous pression, alors qu'il doit prononcer son discours de politique générale mardi à l’Assemblée.

INCOHÉRENCE DE L'EXÉCUTIF

Invitée de Bonjour ! La matinale de TF1 ce lundi, Nadine Morano a pointé les incohérences de la majorité entre le discours du gouvernement et les votes à Bruxelles. "Les preuves d’amour c’est d’abord des preuves de vote", tance la députée européenne LR. 

TOULOUSE

À Toulouse, l'accès à la gare TGV de Matabiau est rendu très complexe par les manifestations de taxis. Des difficultés sont également signalées aux abords de l'aéroport de Blagnac.

NOMBRE D'ACTIONS CE LUNDI

"On dénombre ce matin 40 actions sur l’ensemble du territoire", indiquent les renseignements territoriaux à TF1/LCI. 

DES OPÉRATIONS ESCARGOT DANS LA RÉGION LYONNAISE

"Des opérations escargots sont organisées par les taxis en direction de Villeurbanne Cusset sur les itinéraires suivants :

- Depuis Dardilly, via la M6, le périphérique Nord et la D383

-️ Depuis Lyon 7e / Gerland, via la D383", détaille la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rhône

LE DISPOSITIF DE SÉCURITÉ AUTOUR DE RUNGIS

La FNSEA a annoncé un "siège de Paris pour une durée indéterminée" dès 14h ce lundi. De son côté, la Coordination rurale du Lot-et-Garonne prévoit de "monter" sur la capitale pour "bloquer" le marché international de Rungis. Central dans l'approvisionnement français en denrées alimentaires, ce lieu fait l'objet d'un dispositif de protection particulièrement important de la part des forces de l'ordre.

"MONTRER QU'ON EST DES GAULOIS"

Présent en préfecture ce matin, pour préciser les parcours des agriculteurs de l’Oise,  précise au Parisien que Deux convois vont se mettre en route depuis les péages de Beauvais sur l’A16 et d’Arsy sur l’A1, annonce lundi Luc Smessaert, le vice-président de la FNSEA, au Parisien.  "Les agriculteurs entendent aller au-delà de la barrière de Chamant, et avancer jusqu’au Parc Astérix, pour montrer qu’on est des Gaulois", précisent nos confrères.

A115

"Actuellement, une manifestation (opération escargot) est en cours sur  l'A115 vers Sannois, le cortège prendra ensuite l'A15 en direction de  Gennevilliers, puis prendra l'A86 sens intérieur, pour rejoindre l'A3 à  la hauteur de la commune de Noisy-le-Sec", détaille le site Sytadin.

LES COMBATS "CONVERGENTS"

La secrétaire nationale des Écologistes, Marine Tondelier, a souligné lundi les "combats convergents" des agriculteurs et des écologistes, "notamment sur le partage de la valeur". "Ça fait des décennies que, pied à pied, agriculteurs et écologistes ensemble combattent", a estimé la responsable politique sur France inter, citant la lutte contre les traités de libre-échange, pour préserver les terres agricoles des entrepôts logistiques ou encore pour des produits locaux dans les cantines. "Le problème de base" selon elle est celui du revenu. Si les agriculteurs gagnaient correctement leur vie, "alors ils seraient prêts à faire des efforts", ajoute-t-elle.

MOBILISATION DE GREENPEACE

"Ce matin, une trentaine de militants et activistes de Greenpeace France se sont mobilisés aux abords de l’Assemblée nationale. Ils ont déployé une grande banderole de 20 mètres de long portant le message ‘Soutien aux agriculteurs - Stop accords libre-échange’ sur le pont de la Concorde, ainsi que d’autres, plus petites, indiquant ‘Nourrir le monde, pas les profits’, ‘Agriculture : 60 ans de fausses solutions’, ou encore ‘L’agrobusiness se gave’", a indiqué Greenpeace France dans un communiqué. 


Pour autant, l'ONG "exige du gouvernement un cap ambitieux et juste pour la transition agroécologique". "Alors que la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs appellent à un blocage de la capitale ce jour, Greenpeace rappelle que la vision de l’agriculture ultra-intensive portée par ces deux syndicats, qui sont loin de représenter l’intégralité des agriculteurs mobilisés, n’est pas une réponse à la crise", ajoute-t-elle.

 

DÉPART DU CONVOI

Un convoi d'agriculteurs de la Coordination rurale 47 est parti d'Agen lundi matin en direction du marché de Rungis, dans le Val-de-Marne, à l'appel du syndicat Coordination rurale. Une trentaine de tracteurs ont pris la route depuis le marché aux bestiaux de la ville, pour aller rejoindre des collègues à Cancon (Lot-et-Garonne) puis Bergerac (Dordogne), Périgueux, avant une étape dans un "camp de base" en soirée près de Limoges. Après un passage par Tours, l'arrivée à Rungis est prévue "mardi soir ou mercredi matin", a déclaré à l'AFP Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne, qui n'a "aucune idée" des effectifs qui seront au rendez-vous.

"TROUVER L'EXTINCTEUR SOCIAL"

Le secrétaire national du syndicat Unité SGP Police, Jean-Christophe Couvy, appelle lundi le "gouvernement à trouver l'extincteur social, à éteindre l'incendie pour essayer de calmer la situation" et éviter "d'autres corps de métier entrent dans la danse". "Nous sommes à cinq mois des Jeux Olympiques, les yeux de la planète sont tournés vers la France et une crise sociale qu'on ne pourrait pas maîtriser ferait pâle figure vis-à-vis du monde entier", ajoute-t-il sur les ondes de FranceInfo.

MOUVEMENT SUR L'A5B

"Une manifestation est en cours (opération escargot) sur l'A5B Province en direction de Melun", indique le site spécialisé Sytadin.

PRÉVISIONS EN RÉGION PARISIENNE

Des agriculteurs de la FNSEA et des JA vont entamer, lundi 29 janvier à partir de 14h, un "siège de la capitale" pour "une durée indéterminée". Huit "points de blocages" sont prévus sur les principaux axes routiers menant à Paris, les autoroutes en premier lieu. Le ministère de l'Intérieur annonce le déploiement d'un "dispositif défensif important", autour de Rungis et des aéroports franciliens notamment.

LA POSITION DE BARDELLA

"Je soutiens les revendications de nos agriculteurs", assure Jordan Bardella, sur BFMTV, tout en affirmant condamner "toute forme de violence". "Il y a des révendications aujourd'hui, il faut les régler. Si on ne règle pas ces revendications, alors il y aura des blocages", ajoute le chef de file du Rassemblement National (RN). Le mouvement est une "révolte pour la France qui ne veut pas mourir", assure-t-il encore. 

DISCUSSION FNSEA-ATTAL

"Il est prévu que nous nous parlions (dans la journée) avec le Premier ministre mais au moment où je vous parle, je ne sais pas à quelle heure", a indiqué lundi Arnaud Rousseau, le président de la FNSEA, sur RTL. 

Les blocages sur les autoroutes d'Île-de-France.
Les blocages sur les autoroutes d'Île-de-France. - Bonjour ! La matinale TF1.

PERTURBATIONS SUR LA N104

"Une manifestation (opération escargot) est en cours sur la N104 sens extérieur en direction de Ris-Orangis (A6). Le cortège progresse à vitesse réduite et laisse libre une voie de  circulation, soyez vigilant à son approche et lors des manœuvres de dépassement du cortège", indique le site spécialisé Sytadin. Une autre manifestation de la sorte est en cours entre Lésigny et Combs-la-Ville, ajoute-t-il.

NADINE MORANO JUGE LES BLOCAGES LÉGITIMES

Invitée ce lundi matin de Bonjour ! La Matinale TF1, l'eurodéputée LR Nadine Morano apporte son plein soutien aux agriculteurs, victimes à ses yeux des mesures prises par le gouvernement et ses alliés écologistes à Bruxelles. Les blocages sont-ils justifiés, alors même que les Républicains s'affichent comme les défenseurs de l'ordre public ? "Oui", assure l'élue, soulignant que ces manifestations "sont toutes déclarées en préfecture". 


L'ancienne ministre répète qu'elle ne veut pas d'une "écologie punitive", appelant à davantage écouter les revendications émises par les paysannes et paysans. Parmi les nombreux problèmes à régler, Nadine Morano mentionne "les budgets PAC" qui ne sont, dit-elle, bien souvent "pas versés en temps et en heure". Ainsi que des évolutions législatives au niveau européen qui pénalisent les agriculteurs par rapport à leurs concurrents, américains notamment.

OPÉRATIONS ESCARGOT

À la grogne des agriculteurs s'ajoute désormais celle des chauffeurs de taxis. Une grève débute ce lundi avec une série d'opérations à travers plusieurs grandes villes de France. Les tarifs de transport établis par l'Assurance maladie sont à l'origine de ce mouvement.

LE DIALOGUE, LA VOIE PRIVILÉGIÉE

"Notre ligne est simple : on privilégie toujours le dialogue à la confrontation", assure Maud Brégeon, députée Renaissance, sur LCI. Mais "il y a des limites à ne pas franchir. On ne peut pas bloquer des points névralgiques aussi importants que Rungis ou des grands aéroports. On ne peut pas laisser les agriculteurs rentrer dans les grandes villes et entraver la liberté de circulation", souligne l'élue des Hauts-de-Seine. 


"On n'a jamais prétendu que les attentes des agriculteurs seraient réglées en 24 heures. Il y a eu des annonces d'urgence. Il y aura probablement des annonces législatives lors du discours de politique générale (de Gabriel Attal). Et ensuite, il y a un combat à mener à l'échelle européenne", explique la parlementaire. 

"ON NE DEMANDE PAS GRAND-CHOSE"

"Si la réponse du gouvernement, c'est celle-ci, je suis quand même assez dubitative sur l'issue qu'il veut donner à nos revendications" déclare lundi Karine Duc, co-présidente de la Coordination rurale de Lot-et-Garonne, au sujet de l'important déploiement de forces de l'ordre sur le territoire, et notamment à proximité du marché de Rungis. "On ne demande quand même pas grand-chose. Ça serait dommage d'en arriver là", ajoute-t-elle au micro de LCI. 

VERS DE NOUVELLES ANNONCES

"On continue de travailler avec leurs représentants pour proposer un certain nombre de mesures venant attester de la volonté du gouvernement de sortir de la crise et d'apporter des réponses concrètes" aux revendications des agriculteurs, annonce lundi Marc Fesneau, ministre de l'Agriculture. "Dans les 48 heures, on aura un certain nombre de choses que l'on pourra poser sur la table pour montrer la globalité des mesures que l'on entend proposer aux agriculteurs", ajoute-t-il sur France 2. 

OPÉRATION ESCARGOT SUR L'A13

"Actuellement, une manifestation (opération escargot) est en cours sur l'A13 vers Paris. Un premier cortège est parti de l'aire de service de Morainvilliers sur l'A13 et se dirige vers la commune de Rocquencourt", indique le site spécialisé Sytadin. "Le cortège se regroupera avec d'autres manifestants au niveau de Rocquencourt, pour former un second cortège qui prendra la direction de la Porte d'Auteuil. Le cortège progresse à vitesse réduite et laisse libre une voie de circulation", continue-t-il. 

BLOCAGES SUR L'A51

Un convoi d'agriculteurs se trouve actuellement sur l'A51 et fait route vers Aix-en-Provence. Parmi les manifestants, des agriculteurs des Bouches-du-Rhône mais aussi du Vaucluse. "Je suis là pour demander de revaloriser les produits français, issus de production française, par rapport aux produits étrangers. Ce n'est pas normal que des produits étrangers soient vendus beaucoup moins cher", se désole Alessia, une maraîchère, au micro de Bonjour ! La matinale de TF1. 

Aix en Provence : convoi géant sur les routesSource : TF1 Info

POURSUITE DES BLOCAGES

"Les blocages vont se poursuivre jusqu'à ce que l'on ait des réponses aux questions que l'on a posées", prévient Arnaud Rousseau, président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), sur RTL. "Notre objectif est de mettre la pression sur le gouvernement, pas de pourrir la vie des Français", assure-t-il. "On ne souhaite pas de violences", ajoute-t-il, assurant que "bloquer Rungis n’est pas une option".

JÉRÔME BAYLE SUR LCI

Retrouvez l'intégralité de l'intervention de l'agriculteur Jérôme Bayle sur LCI. 

Jérôme Bayle sur LCISource : TF1 Info

AMPLEUR DU MOUVEMENT

"Quand on a décidé de bloquer l'autoroute, personne ne nous a soutenu. C'était notre responsabilité personnelle. On ne pensait vraiment pas que le mouvement prendrait une telle ampleur", assure Jérôme Bayle, un éleveur bovin en Haute-Garonne. "Maintenant la roue est lancée. Les syndicats reprennent la main. À eux d'en profiter et de continuer le combat pour que l'agriculture française se porte bien", ajoute-t-il sur LCI. À titre personnel, l'agriculteur se met en retrait du mouvement. "Je suis tout seul sur mon exploitation. C'est ma mère de 75 ans qui soignait les vaches. Pour l'instant, c'est terminé", explique-t-il.

RÉPONSE A LA POLÉMIQUE

"C'est juste une personne qui a de gros soucis et qui m'a demandé de faire passer son numéro", annonce Jérôme Bayle au sujet du petit papier que l'agriculteur a fait passer à Christophe Béchu lors d'un déplacement ministériel, au micro de LCI.

LES IMAGES DES OPÉRATIONS ESCARGOT À LYON

Dans le sud de Lyon, les agriculteurs ont commencé une opération escargot dès 5h, ce lundi. "C'est la première fois que je me mobilise. On a notre lot de revendications en matière de fruits et légumes", indique Yannick, un arboriculteur de la région, sur le plateau de Bonjour ! La matinale TF1. 

Colère des agriculteurs : opération escargot à LyonSource : TF1 Info

BLOCAGES DANS LES YVELINES

Des manifestations d'agriculteurs sont prévues lundi dans les Yvelines, avec deux points de blocage  principaux : 

-sur l'autoroute A10, au niveau de la sortie numéro 10 (Longvillers). 

-sur l'autoroute A13, au niveau du péage de Buchelay.

TRANSPORTS EN COMMUN

La préfecture de Paris recommande aux Franciliens de privilégier les transports en commun, ce lundi, en raison des perturbations prévues sur les routes de la région.