EN DIRECT - Salon de l'agriculture : plus de 200 militants campent devant en "attendant Macron de pied ferme"

Publié le 20 février 2024 à 7h13, mis à jour le 23 février 2024 à 22h20

Source : TF1 Info

Emmanuel Macron a annulé vendredi le "grand débat" qu'il avait annoncé avec le monde agricole pour l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris samedi.
La FNSEA, qui avait annoncé boycotter cet échange, exige des "réponses" du Président avant sa traditionnelle déambulation dans les allées de la porte de Versailles.
Suivez les dernières informations sur la crise agricole.

Ce live est à présent terminé. 

LES AGRICULTEURS MAINTIENNENT LA PRESSION

Un peu partout en France, les agriculteurs maintiennent la pression sur le gouvernement, alors que la Salon de l'Agriculture ouvre ses portes ce samedi.

Manifestations : les agriculteurs maintiennent la pressionSource : JT 20h WE

"UNE FAILLITE TOTALE" POUR L'ONG GENERATIONS FUTURES

L'ONG écologiste Générations futures regrette "la faillite totale" provoquée par l'annulation de ce grand débat entre Emmanuel Macron et les agriculteurs.

L'INTERVENTION D'ARNAUD ROUSSEAU EN VIDÉO

Le président de la FNSEA a livré un discours offensif, ce vendredi soir, avant le début du Salon de l'Agriculture.

Agriculteurs : "Nous ne sommes pas des girouettes", répond la FNSEA à Emmanuel MacronSource : TF1 Info

"L'ATTENTE EST EXTRÊMEMENT GRANDE", ASSURE ARNAUD ROUSSEAU

"Nous avons dit au président de la République que ce salon ne se déroulerait pas comme prévu, que l'attente était extrêmement grande, estime Arnaud Rousseau à quelques heures de l'ouverture du Salon de l'Agriculture à Paris. Nous lui avons dit qu'avant de défiler et de faire des photos, il fallait déjà annoncer aux paysans ce qu'ils attendent et qu'ils réclament depuis des semaines."

"NOUS NE SOMMES PAS DES GIROUETTES", DIT ARNAUD ROUSSEAU (FNSEA)

"Il y a une communication (de l'Elysée, NDLR) qui vient de dire que l'on aurait demandé un débat puis que nous aurions changé d'avis, comme si l'on était des girouettes, s'agace le patron de la FNSEA, Arnaud Rousseau, devant les portes du Salon de l'Agriculture, Porte de Versailles à Paris. Nous ne sommes pas des girouettes ! Nous sommes des gens sérieux. En revanche, on ne va pas nous prendre pour des zozos."

ARNAUD ROUSSEAU S'EXPRIME

"Ce qui a été fait jeudi soir (l'invitation des Soulèvements de la Terre au débat avec Emmanuel Macron, NDLR) n'est pas acceptable, souligne Arnaud Rousseau, président de la FNSEA. Nous l'avons dénoncé immédiatement. On ne peut pas mener de débats avec des gens qui ne respectent pas le cadre de notre production et qui viennent jeter des cocktails Molotov au moment où on construit des réserves de substitution parce que l'eau est un moyen essentiel."

ARNAUD ROUSSEAU S'EXPRIME

Devant la Porte de Versailles, le président de la FNSEA s'exprime. "Ce qu'il s'est passé hier soir, avec l'annonce qu'on pourrait échanger avec des gens qui viennent détruire nos biens, jeter le discrédit sur les forces de l'ordre, c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le base, indique le responsable. Depuis le début, en votre nom, nous avons toujours tenu une position de responsabilité."

UNE ANNULATION EN FORME DE "MÉPRIS" POUR BARDELLA

"Provocation de l’invitation des « Soulèvements de la Terre », annulation d’un « grand débat » dont il avait lancé l’idée la veille : tout, dans ce fiasco, illustre l’inconséquence et le mépris d’Emmanuel Macron, s'indigne le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, sur X, après l'annulation du débat prévu par le chef de l'État au Salon de l'Agriculture. Ce n’est pas à la hauteur de la détresse agricole."

Urgent

MACRON ANNULE LE DÉBAT

"Le Salon international de l’agriculture est un moment important pour nos agriculteurs comme pour la Nation, indique Emmanuel Macron sur le réseau social X. Chacun doit le respecter. Les syndicats agricoles ont voulu que ce salon ne soit pas « un salon comme les autres ». Ils avaient voulu un « débat » ouvert.  Ils en demandent aujourd’hui l’annulation. Dont acte."

LE CORTÈGE DE LA FNSEA ARRIVE À PARIS

Les tracteurs du cortège de la FNSEA sont entrés dans la capitale pour se diriger vers le Salon de l'Agriculture, qui s'ouvrira samedi Porte de Versailles.

Les tracteurs arrivent dans Paris avant le SalonSource : TF1 Info

Urgent

LA FNSEA NE PARTICIPERA PAS AU DÉBAT AVEC MACRON

Sur Twitter, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, indique que le syndicat agricole ne prendra pas part au débat souhaité par l'exécutif samedi matin, à l'ouverture du Salon de l'Agriculture à Paris. "Dans ce climat d’exaspération, et face aux risques de débordement, nous demandons à ne pas tenir ce débat", indique le responsable syndical.

INCERTITUDES AUTOUR DU GRAND DÉBAT VOULU PAR MACRON

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau était l'invité d'Adrien Gindre ce vendredi matin sur TF1.

Crise agricole : le grand débat aura-t-il lieu ?Source : JT 13h Semaine

MICHEL-EDOUARD LECLERC RENONCE AU GRAND DEBAT

Michel-Edouard Leclerc annonce vendredi renoncer au grand débat voulu par le président de la République au Salon de l'agriculture. Le président de l'enseigne Leclerc assure "ne pas avoir reçu d'invitation à ce grand débat" et dénonce "une grossière manipulation". 

PERMIS DE CONDUIRE

Tête de liste PCF aux européennes, Léon Deffontaines dénonce un projet de "Bruxelles", qui souhaiterait "créer jusqu'à huit permis tracteur". Il s'agit en réalité d'une proposition visant à instaurer un seul permis pour ces véhicules agricoles, et harmonisant ceux déjà en vigueur chez nos voisins. Encore à l'étude, cette mesure défendue par le PPE, groupe de centre-droit, n'est pas adoptée et n'a pas été proposée par la Commission européenne.

PAS D'ATTENTES

Présidente de la Coordination rurale, Véronique Le Floc'h "n'attend rien" du débat organisé samedi par Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture. " On a voulu nous manipuler comme si nous étions des marionnettes, c’est tellement loin du compte que s’ils ne vont pas à l’essentiel tout de suite on va continuer à perdre notre temps", fustige-t-elle sur RTL. 

DISPOSITIF DE SÉCURITÉ

La 60ᵉ édition du Salon de l’agriculture ouvre ses portes ce samedi. Des agriculteurs de toute la France ont prévu de camper à la Porte de Versailles dès la veille au soir. Les organisateurs prennent des précautions pour tenter d'éviter les débordements, notamment en prévision de la visite d'Emmanuel Macron.

IMBROGLIO

L'Élysée souhaitait organiser un "grand débat" avec les acteurs du monde agricole, ce samedi au Salon de l'agriculture. Mais l'invitation annoncée au collectif des Soulèvements de la Terre est venue remettre en cause la tenue de la discussion, à laquelle la FNSEA ne veut plus participer. Ce vendredi, l'Élysée assure que le collectif écologiste n'a jamais été invité et plaide "une erreur faite lors de l’entretien avec la presse en amont de l’événement".

UNE "ERREUR"

L'Élysée a admis vendredi une "erreur" de communication après avoir évoqué la veille l'invitation de l'association écologiste Les Soulèvements de la Terre à un débat au Salon de l'agriculture, ce qui a provoqué la colère du syndicat agricole majoritaire, la FNSEA. "Les Soulèvements de la Terre n'ont été ni conviés ni contactés. Il s'agit d'une erreur faite lors de l'entretien avec la presse en amont de l'événement", indique-t-on du côté de l'exécutif. 

DEUX-SÈVRES

Les agriculteurs bloquent cinq supermarchés Leclerc dans les Deux-Sèvres, à Niort, Bressuire, Parthenay, Saint-Maixent et Thouars, rapporte France Bleu. Les manifestants veulent rappeler que "leur travail a bien une valeur et un prix", assure Thierry Bernier, de la FNSEA 79. 

HISTORIQUE

Le Salon de l'Agriculture, qui débute samedi, sera l'événement de ce week-end. Il constitue un passage incontournable pour les présidents. Comment les visites des chefs de l'État ont-elles évolué au fil des années ?

DEUX RASSEMBLEMENTS À PARIS

Outre le rassemblement aux Invalides vers 12h, une autre manifestation des agriculteurs est prévue en fin d'après-midi, ce vendredi, du côté de la Porte de Versailles. Pour rappel, le Salon de l'agriculture ouvre ses portes ce samedi. 

LA POSITION DE LA FNSEA

Le vice-président de la FNSEA, Luc Smessaert, a confirmé vendredi à TF1Info que le syndicat ne participerait pas au grand débat au Salon de l'agriculture voulu par Emmanuel Macron. "Il n’y a plus de débat. Si Macron le maintien, comme c’est sur un ring, ça sera un match de boxe. C’est sûr que la FNSEA n’ira pas. On n’en est plus à débattre, on attend des annonces, on attend son projet de loi", affirme le dirigeant. 


"Il dit vouloir apaiser les choses mais il fait l’inverse. S’il ne se passe pas quelque chose aujourd’hui, s’il n’y a pas de prise de parole, ce n’est même pas sûr que Macron puisse entrer au salon demain. À un moment, on ne tient plus la base. On a attendu 4h le démenti hier", met-il en garde, alors que le Salon de l'agriculture s'ouvre ce samedi. 

"DES SOLUTIONS POUR REDONNER CONFIANCE AUX AGRICULTEURS"

"Des solutions fortes existent pour redonner confiance à nos agriculteurs (…) Qu’attendent le gouvernement et l’Union européenne", interpelle Xavier Bertrand. 


Le président de la région Hauts-de-France assure vendredi avoir tenu une "réunion de travail avec les JA des Hauts-de-France et la FRSEA des Hauts-de-France". 

"FAUTE LOURDE"

"En mettant sur un pied d'égalité nos agriculteurs et les Soulèvements de la Terre, Emmanuel Macron a commis une faute lourde", estime Jordan Bardella. "On ne débat pas avec les éco-terroristes qui saccagent les exploitations agricoles et blessent nos forces de l’ordre", ajoute le président du Rassemblement national. 


Cela fait suite à l'invitation au débat du Salon de l'agriculture samedi lancée aux SLT par l’Élysée.

RENDEZ-VOUS AUX INVALIDES

La Coordination rurale donne rendez-vous pour une mobilisation aux Invalides à 12h, ce vendredi. 

PRODUITS PENDANT LE SALON DE L'AGRICULTURE

Le Salon de l'Agriculture s'ouvre ce samedi 24 février. Saviez-vous que des produits sont fabriqués et vendus directement sur place ? Dans Bonjour ! La Matinale TF1, Maud Descamps revient sur cette partie du salon, souvent méconnue.

SALON DE L'AGRICULTURE

Le président du Salon de l'agriculture, Jean-Luc Poulain, s'attend à des échanges "virils" samedi lors de la visite inaugurale d'Emmanuel Macron. "Ça va être un salon d'explications, un salon qui pourrait être un peu viril - on peut être viril mais correct - parce que le monde agricole a besoin tout de suite de réponses précises sur 'On fait quoi, quand ?'", a-t-il déclaré à l'AFP. "Maintenant, les syndicats agricoles, dans leur manière de manifester, ont montré qu'ils étaient responsables, que ce n'étaient pas des casseurs comme on en voit dans certaines manifestations. Je pense que demain [samedi] ils seront là, de manière virile, comme je viens de le dire, mais aussi responsable parce que ce qu'ils veulent, ce n'est pas casser le salon. Ce qu'ils veulent, ce sont des réponses à leurs problèmes", a-t-il ajouté. 

SOULÈVEMENTS DE LA TERRE

Invité de Bonjour ! La matinale TF1 ce vendredi, Marc Fesneau s'est désolé de l'invitation envoyée par l'exécutif aux Soulèvements de la Terre pour le grand débat qu'Emmanuel Macron souhaite tenir avec les agriculteurs. Selon lui, le "modèle d'expression" de ce collectif est "le casque, le masque et le cocktail Molotov".

FNSEA

Le président de la FNSEA Arnaud Rousseau a confirmé vendredi qu'il ne participerait pas au débat au salon de l'Agriculture organisé par le président de la République Emmanuel Macron, jugeant que son invitation aux Soulèvements de la Terre montrait qu'il n'avait "rien compris aux problématiques" des agriculteurs. 


"Ça renvoie l'image aux agriculteurs que finalement rien n'a été compris de leurs problématiques", estime-t-il sur BFM TV/RMC. "Je ne serai pas l'acteur de quelque chose que je considère comme particulièrement cynique et qui ne permet pas le dialogue dans de bonnes conditions", assure-t-il. 

A62

En raison de la manifestation des agriculteurs, l'A62 est toujours fermée entre Agen (sortie n°7) et Montauban (sortie n°10), dans les deux sens.

BÉCHU EN DÉPLACEMENT

Le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu est en déplacement sur un marché près de Lyon (Rhône), ce vendredi. "À 6 h, ce matin, au marché de Corbas près de Lyon avec nos producteurs et nos agriculteurs. Sur le pont, ils ne comptent pas leurs heures pour nourrir les Français, battons-nous pour assurer la souveraineté alimentaire de notre pays", affirme-t-il. 

RÉPONSES AUX AGRICULTEURS

"Ce qui m'importe, c'est qu'on apporte des solutions aux agriculteurs. Tout le travail que nous avons fait avec les organisations syndicales doit se poursuivre", assure Marc Fesneau. "On a jeté les bases ensemble d'un dialogue renouvelé et d'un changement de logiciel pour l'agriculture", ajoute-t-il. 

MARC FESNEAU SUR TF1

"J'espère (que le grand débat avec les agriculteurs voulu par Emmanuel Macron) pourra avoir lieu" mais "je n'ai pas de certitudes", affirme Marc Fesneau. "Je considère que le fait que le président de la République puisse débattre avec les agriculteurs et l'ensemble des parties prenantes est une bonne idée", ajoute le ministre de l'Agriculture, alors que la FNSEA a annoncé son refus d'y participer. "Le débat permet de poser les problèmes pour que le chef de l'État apporte d'un point de vue complémentaire des réponses", poursuit-il encore dans Bonjour ! La matinale TF1. 


À noter que le ministre prend ses distances avec l'invitation des Soulèvements de la Terre à ces discussions. "C'était une invitation inopportune (...) On ne discute pas avec ces gens-là" dont "le mode d'expression, c'est le casque, le masque et le cocktail molotov", martèle-t-il. 

LES AGRICULTEURS EN COLÈRE

"Nous voulons nous faire entendre. Pour l'instant, on n'a pas eu de vraies mesures concrètes", affirme Pierre-Yves Bathélémy, un céréalier en Haute-Saône, qui fait partie des agriculteurs venus manifester leur colère à Paris ce vendredi. "À Paris, c'est là que l'on nous écoute. Quand on manifeste en région, on n'a pas de couverture médiatique", affirme-t-il, annonçant un salon de l'agriculture "un peu dégradé pour les politiques" ce week-end. 

Agriculteurs : le convoi de la colère aux portes de ParisSource : TF1 Info

CONVOIS VERS PARIS

Alors que le salon de l'agriculture s'ouvre samedi, plusieurs convois d'agriculteurs convergent vers la capitale. Ce vendredi, une action coup de poing, place des Invalides, est même prévue. 70 tracteurs doivent y prendre part. "On veut expliquer nos actions, notre ras-le-bol général. On veut se faire entendre, parce que le dernier coup, ça n'a pas suffi", souligne Kévin Brouillard, un céréalier de la Coordination rurale de l'Essonne, à LCI. 

Agriculteurs : des convois convergent vers ParisSource : TF1 Info

LE RÉSEAU ACTION CLIMAT "DUBITATIF"

Conviée par l'Élysée, l'association écologiste n'a pas encore confirmé sa participation. Elle dit consulter ses membres (27 ONG) avant de prendre sa décision. "Nous sommes étonnés que des organisations qui travaillent sur les dossiers agricoles comme France Nature Environnement, le WWF ou la Fondation pour la Nature et l'Homme n'aient pas été conviées. Le format de ce débat nous laisse aussi dubitatifs", indique Réseau action climat à TF1info.

LES SOULÈVEMENTS DE LA TERRE NE SERONT FINALEMENT PAS INVITÉS AU DÉBAT AVEC MACRON

L'Élysée indique que le collectif des Soulèvements de la Terre ne sera finalement pas invité ce samedi à participer au débat du secteur agricole avec Emmanuel Macron lors du Salon de l'Agriculture. Une présence que refusait la FNSEA, qui disait ne pas vouloir se rendre à ce rendez-vous si l'ONG était autour de la table.

LE PATRON DE LA FNSEA REFUSE LE DÉBAT AVEC MACRON

Le président du syndicat agricole majoritaire FNSEA "refuse" de participer à un grand débat avec le président Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture samedi en présence des Soulèvements de la Terre, collectif que l'exécutif voulait dissoudre, dénonçant une "provocation inacceptable".


"L'invitation par le PR [président de la République] au Salon de l'Agriculture d'un groupuscule dont la dissolution a été demandée par son propre gouvernement est une provocation inacceptable pour les agriculteurs. J'avais accepté de participer à un débat. Dans ces conditions, je refuse de prendre part à ce qui ne sera qu'une mascarade", a déclaré Arnaud Rousseau sur X jeudi soir.

L'UE VEUT ALLÉGER "LA PRESSION" SUR LES AGRICULTEURS

Assouplissement des exigences sur les prairies, simplifications administratives et réduction des visites de contrôle, tolérance en cas d'épisode climatique extrême... Bruxelles a présenté jeudi de nouvelles propositions pour alléger "la pression" sur les agriculteurs et répondre à leur mouvement de colère. Ces mesures, susceptibles d'être adoptées dès mars, seront examinées lundi par les ministres de l'Agriculture des Vingt-Sept, alors que les manifestations continuent à travers l'Europe pour dénoncer le fonctionnement de la Politique agricole commune (PAC).


La Commission européenne propose de modifier les obligations de maintien des surfaces consacrées aux prairies permanentes, afin de modérer les pertes de revenus que cela entraîne pour d'anciens éleveurs reconvertis dans d'autres cultures. D'autres obligations environnementales imposées par la nouvelle PAC, appliquée depuis début 2023, pourraient être revues. Ainsi, l'élargissement des pratiques autorisées dans le cadre de l'obligation de couverture des sols "sera examiné".

LE PROGRAMME DE LA DÉAMBULATION DE MACRON AU SALON DE L'AGRICULTURE

Le programme détaillé de la déambulation d'Emmanuel Macron a été confirmé cet après-midi par l'Élysée. 

Urgent

DÉBAT DE MACRON AVEC LE MONDE AGRICOLE

Macron va participer à un débat avec "l'ensemble des acteurs du monde agricole" samedi au Salon de l'Agriculture

À ARRAS, LES AGRICULTEURS VEULENT DES "ACTES"

"On n'oublie pas les promesses" : une centaine d'agriculteurs à bord d'une cinquantaine de tracteurs ont manifesté jeudi à Arras à l'appel de la Coordination rurale pour "maintenir la pression" et réclamer des "actes" après les annonces du gouvernement.


"Stop au déloyal, vive le local", "Pour nos produits, des prix, pas le mépris", "Gabriel à table", pouvait-on lire sur des pancartes accrochées aux tracteurs. "C'est beau de parler, mais on veut que les autorités passent à l'acte", lance parmi les manifestants Jean-Victor Fievet, éleveur laitier.

MANIFESTATION À BEAUVAIS (OISE)

400 agriculteurs ont manifesté dans l'Oise ce jeudi, dont plusieurs dizaines à Beauvais. Les annonces du gouvernement ne vont "pas assez loin", selon Maxime Carpentier, président des Jeunes Agriculteurs du département.

Nouvelles actions à deux jours du salonSource : TF1 Info

ORIGINE DES PRODUITS

La France va déployer d'ici à l'été une étiquette indiquant l'origine des produits. Le dispositif, en cours d'élaboration, se fera sur la base du volontariat, comme le Nutriscore. Bruxelles doit se saisir du sujet en 2025 pour une éventuelle obligation sur le territoire européen.

PERTURBATIONS DANS L'YONNE

Une cinquantaine d'agriculteurs se rassemblent en cette fin de matinée aux abords et dans le centre-ville d'Auxerre (Yonne). Le trafic étant perturbé, il est recommandé d'éviter le secteur. 

LECLERC DANS LES DEUX-SÈVRES

Les agriculteurs ont ciblé un Leclerc à Thouars, dans les Deux-Sèvres, rapport Ouest France. "Leur objectif ? Contrôler les viandes, les fruits et légumes" pour s'assurer de la bonne application de la loi Egalim. 

GRANDS SURFACES

"Les Jeunes Agriculteurs et la FDSEA de Savoie mènent ce matin une action dans le Carrefour de Bassens, près de Chambéry", rapporte France Bleu. "Les produits sans origine précise sont enlevés des rayons et seront ensuite déposés à l’entrée du magasin", ajoutent nos confrères.