Quelle est cette horloge de l'Apocalypse qui nous prédit la fin du monde ?

par Thomas DESZPOT
Publié le 22 janvier 2023 à 17h46
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Créée au milieu du XXe siècle par des scientifiques, cette horloge fictive symbolise les dangers que l'Homme fait courir sur son existence.
Une vision métaphorique initiée à une époque où le nucléaire était perçu comme le risque numéro un.
Si l'on en croit les membres de l'ONG qui s'occupent de cette "horloge", et qui doivent la "mettre à l'heure" ce mardi, la fin de notre espèce serait imminente.

Faut-il commencer à faire nos adieux à nos proches ? À écrire nos mémoires ? Lors de sa mise à jour ce 24 janvier, l'horloge dite "de l'Apocalypse" (Doomsday Clock en anglais) va-t-elle se rapprocher de minuit, l'heure fatidique représentant la fin du monde  ? Si l'on en croit les membres de l'ONG Bulletin of the Atomic Scientists, notre espèce frôle de plus en plus dangereusement ce couperet.

Alerter sur les ravages causés par l'Homme

Fondée par un groupe de scientifiques, cette organisation édite aujourd'hui un magazine numérique et a eu l'idée de cette horloge en 1947. Métaphorique, elle ne voit aucune aiguille physiquement défiler, mais représente le symbole d'une humanité courant à sa perte. Il s'agit là d'une "conception qui avertit le public que nous sommes sur le point de détruire notre monde avec des technologies dangereuses dont nous sommes à l'origine", rapportent les responsables de l'ONG.

"Lorsque l'horloge de la fin du monde a été créée en 1947", apprend-on, "le plus grand danger pour l'humanité provenait des armes nucléaires", avec la guerre froide et le risque d'une escalade des tensions, comme du recours à la bombe atomique. Le "Bulletin" explique qu'il "a envisagé pour la première fois en 2007 les perturbations catastrophiques possibles dues au changement climatique dans ses délibérations". 

Lire aussi

Pour décider d'une avancée de l'horloge, un "Conseil de la science et de la sécurité" se réunit chaque année à deux reprises. Il s'agit alors pour lui de "discuter des événements mondiaux" et de redéfinir l'heure affichée en conséquence si besoin. Ce groupe est composé de scientifiques et d'experts qui partagent leurs connaissances sur le nucléaire et sur les sciences du climat. Des spécialistes qui "consultent leurs collègues dans un large éventail de disciplines et sollicitent également l'avis du comité des sponsors du Bulletin, qui comprend 13 lauréats du prix Nobel".

Fixée en 1947 à 23 h 53, soit 7 minutes avant minuit et l'Apocalypse, l'horloge a depuis été modifiée à 24 reprises. Il faut noter qu'en fonction du contexte international, l'échéance finale a parfois été retardée, avec un recul des aiguilles (en 1991, nous étions à 17 minutes de minuit). La tendance actuelle, néanmoins, n'est pas à l'optimisme. On note que la modification la plus notable remonte à 2020 quand, pour la première fois, l'horloge est passée sous la barre des deux minutes, s'arrêtant à seulement 100 secondes de minuit. 

S'agit-il d'un outil au service d'un projet politique ou idéologique aux accents alarmistes, comme le dénoncent les voix les plus critiques ? Le Bulletin s'en défend totalement : "Assurer la survie de nos sociétés et de l'espèce humaine n'a rien d'un agenda politique", tranche l'ONG. "Coopérer avec d'autres pays pour obtenir le contrôle de technologies extrêmement dangereuses ne devrait pas impliquer de politique partisane. Si les scientifiques impliqués dans le projet critiquent les politiques actuelles sur les armes nucléaires et le changement climatique, c'est parce que ces politiques augmentent la possibilité d'autodestruction", expliquent les responsables.


Thomas DESZPOT

Tout
TF1 Info