La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Dunkerque : flambée du nombre de cas, Castex veut "des mesures supplémentaires de freinage"

La rédaction de LCI
Publié le 23 février 2021 à 11h34, mis à jour le 23 février 2021 à 23h59
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

RESTRICTIONS - Alors que le taux d'incidence à Dunkerque est quatre à cinq fois supérieur à la moyenne nationale, le Premier ministre Jean Castex et le maire de la ville, Patrice Vergriete, ont convenu mardi que des "mesures supplémentaires de freinage" devaient être prises.

Après le littoral niçois, Dunkerque ? D'un bout à l'autre de la France, l'épidémie n'en finit plus d'inquiéter les autorités. Au lendemain de l'instauration d'un confinement partiel dans les Alpes-Maritimes, c'est au tour de la ville de Dunkerque (Nord) d'être dans l'œil du viseur. L'agglomération recense en effet un taux d'incidence de 901 cas pour 100.000 habitants, soit presque cinq fois plus que la moyenne nationale (191).

Les contaminations, vraisemblablement provoquées "à 90% par le variant anglais" selon le Pr Philippe Froguel, généticien et professeur à l'Université Lille-II, impliquent désormais la mise en place de mesures supplémentaires. Ce mardi matin, le maire de la ville, Patrice Vergriete, s'est entretenu par téléphone avec le Premier ministre, Jean Castex. Selon nos informations, tous deux ont convenu que des "mesures supplémentaires de freinage" de l'épidémie devaient être prises.

Le ministre de la Santé Olivier Véran, qui s'est entretenu avec le maire de Dunkerque la veille, se rendra sur place mercredi. Toujours selon nos informations, il y rencontrera les présidents du conseil régional et du conseil départemental, le maire de la ville ainsi que le directeur général de l'Agence régionale de santé. Il y mènera une consultation pour "définir la réponse la mieux adaptée à la situation", indique Matignon à LCI. Plusieurs options seront évoquées, dont celle d'un possible confinement partiel.

L'appel du maire pour éviter le confinement

De son côté, le maire de Dunkerque et les élus locaux ont formulé plusieurs propositions au gouvernement pour endiguer l'épidémie. "Nous avons proposé une stratégie en quatre points à Olivier Véran, qui s'est donné jusqu'à ce mardi après-midi pour nous répondre", a indiqué Patrice Vergriete. 

"Le premier est de poursuivre notre campagne de dépistage. Le deuxième est d'augmenter les vaccinations : l'objectif est d'avoir un traitement qui s'apparente à celui de la métropole niçoise, Olivier Véran m'a déjà donné des garanties. La troisième proposition est le port du masque obligatoire partout. Enfin, c'est une immense campagne de prévention autour d'un slogan : 'zéro rassemblement, zéro regroupement', jusqu'au 15 mars."

Patrice Vergriete, maire de Dunkerque : "Nous avons proposé une stratégie au gouvernement"Source : TF1 Info
JT Perso

Si ces propositions sont acceptées, il s'agira selon lui de "la toute dernière chance" avant des mesures encore plus strictes. "Nous ne nous opposerons pas à un confinement s'il devait avoir lieu, mais nous pensons qu'il faut tout tenter avant les mesures de privation de liberté."

Si de nouvelles restrictions sont effectivement prises, cela marquerait à nouveau la volonté du gouvernement d'agir via des mesures territorialisées, en fonction des situations sanitaires locales. Lundi, les Alpes-Maritimes ont inauguré ce fonctionnement, en instaurant notamment un confinement partiel pour les deux prochains week-ends et un renforcement des mesures pour les commerces. Le taux d'incidence dans le département y est de 583 cas pour 100.000 habitants (plus de 700 pour la métropole niçoise), un chiffre inférieur à la situation dunkerquoise.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info