La France face à une 3e vague d'ampleur

Covid-19 : capacité d'accueil réduite de moitié pour les universités en zone d'alerte renforcée ou maximale

La rédaction de LCI
Publié le 5 octobre 2020 à 10h08
JT Perso

Source : JT 20h WE

ÉPIDÉMIE - Les salles de classe ou amphithéâtres des universités ne pourront être remplis qu'à 50% de leur capacité au maximum en zones d'alerte renforcée et maximale, a annoncé dimanche Matignon. Cette mesure s'applique à partir de mardi.

Une capacité d'accueil réduite de moitié : face à la recrudescence du Covid-19, les universités vont devoir s'adapter. Les salles de classe ou amphithéâtres des universités ne pourront être remplis qu'à 50% de leur capacité au maximum en zones d'alerte renforcée et maximale, a annoncé dimanche Matignon.

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement Supérieur, a confirmé via un communiqué ce lundi matin l'instauration d'"une jauge pour tous les espaces d’accueil (espaces d’enseignement, espaces de restauration, bibliothèques universitaires)  à 50 % au plus de leur capacité nominale", et ce dès ce mardi. 

Ces mesures ont été déclenchées suite aux chiffres publiés ces dernières semaines, selon lesquels le Covid-19 se répand à grande vitesse dans le monde étudiant. Certains élèves, sous le hashtag #balancetafac, déploraient d'ailleurs qu'aucune mesure sanitaire suffisante n'était mise en place dans les établissements pour éviter la propagation du Covid-19

Sur les 1.001 foyers qui restent en cours d'investigation, plus d'un tiers - 35,9% - sont en effet survenus en milieu scolaire et universitaire. C'est la catégorie la plus représentée, devant les entreprises privées et publiques (18,4%) et les établissements de santé (10,6%), selon le dernier bulletin hebdomadaire de l'agence sanitaire Santé publique France. Ce classement ne tient toutefois pas compte des clusters en Ehpad et en milieu familial.

Lire aussi

"Les fêtes étudiantes responsables d'un nombre important de contaminations"

Les autorités sanitaires ont à plusieurs reprises pointé le rôle des soirées festives dans la hausse de contaminations chez les étudiants. "Chez les jeunes (20-40 ans) (...), il semble que les fêtes étudiantes extra-universitaires et les rencontres dans les bars/restaurants soient responsables d’un nombre important de contaminations", écrit ainsi le Conseil scientifique qui guide le gouvernement, dans un avis publié jeudi soir.

Malgré la recrudescence de l'épidémie, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal avait écarté mercredi l'hypothèse d'une "fermeture généralisée des universités". Des facultés n'ont pas attendu cette annonce, à l'instar de celle de Paul-Valéry à Montpellier, qui pratique déjà "le semi-distanciel".


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info