Grève des enseignants : 3,2% de grévistes ce mardi selon le ministère, bien moins qu'il y a cinq jours

par J.F.
Publié le 6 février 2024 à 14h22

Source : TF1 Info

Selon le ministère de l'Éducation nationale, 3,2% de l'ensemble des enseignants, du primaire au lycée, étaient en grève ce mardi 6 février.
Le taux de gréviste le plus haut concernait les professeurs de collège : 9,52% n'ont pas assuré leurs cours ce jour.

La mobilisation a été bien moins importante que celle de jeudi dernier. Après une journée d'action qui a mobilisé un enseignant sur cinq jeudi dernier, selon les chiffres du ministère de l'Éducation nationale, les syndicats Snes-FSU, CGT et SUD avaient appelé à une nouvelle grève pour défendre les salaires et s'opposer à la politique éducative au collège ce mardi 6 février. Selon les chiffres communiqués à la mi-journée par le ministère de l'Éducation nationale, 3,2% de l'ensemble des enseignants ont fait grève.

Dans le détail, ils étaient 0,35% à ne pas avoir assuré leurs cours dans le premier degré, 9,52% au collège, 4,79% dans les lycées généraux et technologiques, 3,04% dans les lycées professionnels.

Le Snes-FSU (principal syndicat dans les collèges et les lycées) avait estimé dans la matinée que 40% des enseignants dans les collèges étaient en grève mardi. "C'est la preuve d’une colère profondément ancrée chez nos collègues", soulignait-il dans un communiqué.

Le "choc des savoirs" décrié

Dans le viseur des syndicats figure l'application pour l'année scolaire prochaine des réformes du "choc des savoirs" censées relever le niveau des élèves, annoncées par Gabriel Attal lorsqu'il était ministre de l'Éducation, et notamment la mise en place des groupes de niveau en français et en mathématiques en classes de 6ᵉ et 5ᵉ. Les textes officiels mettant en place ces groupes de niveau au collège seront présentés jeudi au Conseil supérieur de l’Éducation (CSE, instance consultative rassemblant la communauté éducative). 

Plus largement, les syndicats Sud Education, Unsa Education, FSU, Sgen-CFDT et CGT Educ'action ont appelé à une "semaine d'actions du 5 au 9 février" pour "défendre l'école publique, exiger l’ouverture de discussions immédiates sur les salaires ainsi que l'abandon des mesures 'chocs des savoirs'".


J.F.

Tout
TF1 Info