Notre-Dame de Paris : la résurrection de la cathédrale après l'incendie

Emmanuel Macron sur le chantier de Notre-Dame de Paris ce vendredi, trois ans après l'incendie

M.L avec AFP
Publié le 15 avril 2022 à 6h29
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le président-candidat va faire une courte pause dans la campagne présidentielle pour "faire le point" sur le chantier de restauration de la cathédrale, en tant que chef de l'État.
Le monument avait été partiellement détruit pas les flammes il y a tout juste trois ans, le 15 avril 2019.

En pleine campagne pour le second tour, Emmanuel Macron retrouve ce vendredi son costume de président, le temps d'une inspection sur le chantier de Notre-Dame de Paris, trois ans jour pour jour après l'incendie de la cathédrale le 15 avril 2019. "Cette visite sera l’occasion pour le chef de l’État de faire le point sur l’avancée du chantier et d'échanger avec les compagnons et les entreprises" qui s'emploient à la reconstruction du monument, a précisé l'Élysée dans un communiqué.

Lire aussi

Pour le président-candidat, ce sera aussi l'occasion de montrer le travail entrepris à l'aune de sa promesse, lancée comme un défi juste après l'incendie, de reconstruire le monument en cinq ans. Depuis, l'objectif a été un peu revu à la baisse. Le chantier ne sera pas achevé en cinq ans mais le monument doit être rendu au culte pour le 16 avril 2024, jour où doit être de nouveau célébrée une première messe dans la nef. 

Campagne oblige, depuis trois semaines, l'agenda présidentiel officiel était quasiment vide. Il s'agira du premier déplacement d'Emmanuel Macron en tant que président de la République depuis le sommet de Bruxelles des 24 et 25 mars. Il s'était déjà rendu sur le toit de Notre-Dame en travaux il y a un an, le 15 avril 2021, pour les deux ans du chantier.

Une prière pour Vendredi saint

Par ailleurs, les autorités ecclésiales organisent vendredi une prière, sans fidèles, à l'intérieur de l'édifice, pour célébrer également le Vendredi saint pour les catholiques. En fin de matinée, le recteur, l'administrateur du diocèse Georges Pontier, un chantre et un clerc se retrouveront dans la nef, au milieu des échafaudages, pour un temps de "prière pour les victimes des guerres, de la pandémie, de la violence et de la haine", indique à l'AFP le recteur de la cathédrale, Patrick Chauvet.

Puis, pour la première fois depuis l'incendie, une méditation sera proposée aux fidèles qui le souhaitent, sur le parvis. Des événements ont déjà été organisés dans la cathédrale depuis l'incendie, à chaque fois sans fidèles. 


M.L avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info