EN DIRECT - Manifestations du 1er-Mai : "la mobilisation doit continuer", estime Sophie Binet (CGT) sur LCI

Publié le 1 mai 2023 à 6h45, mis à jour le 1 mai 2023 à 22h53

Source : JT 20h Semaine

Ce lundi 1er mai, le ministère de l'Intérieur a compté 782.000 manifestants, quand la CGT en a revendiqué 2,3 millions.
Sur LCI, avant la réunion de l'intersyndical, mardi, la patronne de la CGT a jugé que "la mobilisation doit continuer".
Suivez les dernières infos.

Ce live est à présent terminé. 

RENNES


À Rennes, les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation de la place Sainte-Anne, où s'étaient retrouvés une partie des manifestants de l'après-midi. La police est intervenue après que le feu ait été mis à un bûcher composé de palettes et surmonté du drapeau de l'Union Pirates, le syndicat dominant à l'université de Rennes 2, qui avait été dressé en début de soirée par des militants.

LES SYNDICATS DE POLICIERS REMONTÉS


Le syndicat de police Alliance dénonce un "1er mai apocalyptique". "Une nouvelle loi anti-casseurs s'impose", selon le syndicat.


"Combien de temps encore faudra-t-il accepter ça ?", lance aussi Unité SGP Police-FO, l'autre syndicat majoritaire. "Combien de blessés et de drames dans nos rangs, avant de doter les policiers d'outils légaux interdisant à ces criminels d'accéder à toute manifestation ou rassemblement ?"

PLUS DE 100 POLICIERS ET GENDARMES BLESSÉS


Au moins 108 policiers et gendarmes ont été blessés ce lundi, selon le ministre de l'Intérieur. Gérald Darmanin dénonce des chiffres "extrêmement rares".

FIN DE LA DISPERSION À PARIS


La dispersion des derniers manifestants parisiens est terminée, indique la préfecture de police.

AVEC LES SYNDICATS, LE GOUVERNEMENT PLAIDE LE DIALOGUE


Invité sur LCI ce lundi après les manifestations du 1er-Mai, le ministre du Travail Olivier Dussopt souhaite reprendre le dialogue avec les syndicats. "Notre première intention est de discuter", indique-t-il, assurant "respecter" le "délai de décence" demandé par les organisations syndicales.

PRÈS DE 300 INTERPELLATIONS


Près de 300 personnes ont été interpellées en France. La préfecture de police (PP) fait état de 111 interpellations à Paris. 

"LA MOBILISATION DOIT CONTINUER" DÉCLARE SOPHIE BINET


"La mobilisation doit continuer parce que je ne crois pas au Père-Noël et je pense que pour que la loi soit votée le 8 juin prochain, il faut qu'il y ait un rapport de force dans le pays qui se maintienne", déclare Sophie Binet sur LCI. "C'est ça dont va parler l'intersyndicale demain, c'est comment d'ici le 8 juin on maintient le rapport de force pour pouvoir être entendu", poursuit-elle.

SOPHIE BINET ATTEND L'INTERSYNDICALE CE MARDI


"Nous n'avons pas reçu d'invitation" de la Première ministre Elisabeth Borne, indique Sophie Binet sur LCI. "Nous avons une intersyndicale demain dans laquelle nous allons décider, discuter ensemble de la situation et prendre un certain nombre de décisions ensemble", annonce la secrétaire générale de la CGT.

SOPHIE BINET EXPOSE LES PROPOSITIONS DE LA CGT


Pour financer "ce petit déficit à horizon 2030 et équilibrer nos régimes de retraites", Sophie Pinet propose sur LCI de "mettre à contribution les dividendes et les rachats d'action, élargir les assiettes de cotisations pour que les primes soient enfin prises en compte, et l'intéressement et la participation".

SOPHIE BINET : "EMMANUEL MACRON A UN ACHARNEMENT"


"Emmanuel Macron a un acharnement et un dogmatisme", lance Sophie Binet sur LCI. "Nous sommes très inquiet de constater que probablement il ne reculera pas alors que tout l'y appelle", déclare la secrétaire générale de la CGT, dénonçant "un président de la République entêté qui envoie le pays dans le mur".

SOPHIE BINET EN DIRECT SUR LCI


"La proposition de loi du 8 juin qui vise à abroger la réforme des retraites peut tout à fait être votée, le gouvernement le reconnaît lui-même", assure la secrétaire générale de la CGT Sophie Binet en direct sur LCI. 


"Il n'a pas de majorité dans l'hémicycle et ce projet de loi peut recueillir une majorité de votants et permettre une sortie de crise par le haut", ajoute-t-elle.

PROPOSITION DU GROUPE LIOT : "UNE MANIÈRE DE REFAIRE LE MATCH"


Le 8 juin, l'Assemblée nationale examinera une proposition de loi du groupe Liot pour abroger la réforme des retraites. "C'est une manière de refaire le match", commente sur LCI Olivier Dussopt, ministre du Travail. "Il y a une faiblesse : il ne propose rien, il ne nous dit pas comment nous faisons pour faire face au déficit. Je ne souhaite pas qu'il passe, mais nous sommes dans une majorité relative."

"IL FAUT FORMER LES SENIORS"


"Les salariés de plus de 50 ans ont moitié moins accès à la formation continue que les moins de 50 ans", déplore sur LCI le ministre du Travail, Olivier Dussopt. "Or, il faut former les seniors, c'est l'une des garanties de maintien dans l'emploi."

"100 JOURS, UN HORIZON GOUVERNEMENTAL"


"Les 100 jours, c'est un horizon gouvernemental", clarifie Olivier Dussopt sur LCI. "Des chantiers prioritaires doivent être mis en avant. Préparer la suite, c'est notamment avoir un agenda social partagé", indique le ministre du Travail. "Quand les partenaires sociaux nous disent que 100 jours, ce n'est pas suffisant pour négocier, mille fois oui. Dans le Code du travail, quand nous ouvrons une négociation, c'est minimum quatre mois de discussions."

"NOTRE INTENTION, LE DIALOGUE"


"Notre première intention est de discuter et de dialoguer", assure Olivier Dussopt sur LCI. "Un certain nombre de sujets sont prêts, comme le partage de la valeur", poursuit le ministre. "Nous avons la volonté d'avancer vers le plein emploi, ce qui nécessite de mieux accompagner ceux qui sont éloignés de l'emploi. Cela peut coûter un peu d'argent, mais c'est surtout un bel investissement pour aller vers le plein emploi."

SYNDICATS-GOUVERNEMENT : "UTILE QUE L'ON REPRENNE LE DIALOGUE"


Invité de LCI, le ministre du Travail Olivier Dussopt assure que "le désaccord avec les organisations syndicales sur la question de l'âge de départ restera". "Je crois utile que l'on reprenne le dialogue sur un certain nombre de sujets", indique-t-il. "Nous respectons le délai de décence."

"L'UN DES PIRES 1ER-MAI DE L'HISTOIRE"


"On a vécu l'un des pires 1er-Mai de l'histoire de notre République", déplore sur LCI Matthieu Valet, porte-parole du Syndicat Indépendant des Commissaires. "Pourquoi on a autant de policiers et gendarmes blessés ? On paie le laxisme judiciaire de deux qui s'en prennent aux forces de l'ordre et un laxisme politique vis-à-vis de l'ultra-gauche."

OLIVIER DUSSOPT SUR LCI


Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, est l'invité de LCI dans un instant. Un entretien à suivre sur le canal 26.

108 POLICIERS ET GENDARMES BLESSÉS, SELON DARMANIN


"Dans certaines villes, il y a eu des événements graves et je voudrais avoir une pensée pour les 108 policiers et gendarmes actuellement blessés, dont une vingtaine à Paris et un grièvement", déclare le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin au micro de LCI. 


"Je veux condamner le plus fermement possible ces violences contre les forces de l'ordre. 108 policiers et gendarmes blessés un 1er-Mai, c'est extrêmement rare et je souhaiterais que tous ceux qui interviennent dans le débat public puissent en premier lieu condamner ces violences", a-t-il ajouté.

108 policiers et gendarmes blessés le 1er mai selon Gérald DarmaninSource : TF1 Info

290 INTERPELLATIONS EN FRANCE


Interrogé peu après 19h30, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a indiqué que les forces de l'ordre avaient procédé à "291 interpellations en France, dont 90 à Paris".

ÉLISABETH BORNE AU SOUTIEN DES FORCES DE L'ORDRE


"Dans de nombreuses villes de France, ce 1er mai a été un moment de mobilisation et d'engagement responsables. Les scènes de violence en marge des cortèges en sont d'autant plus inacceptables", dénonce la Première ministre Élisabeth Borne. "Soutien à nos forces de l'ordre."

"MOBILISATION RECORD"


Selon la CGT, "la mobilisation atteint un niveau record pour un 1er mai, dépassant en particulier celles des 1er mai 2002 et 2009". "L'unité syndicale inédite depuis 2009 pour un 1er mai démontre la profondeur du mouvement, sa popularité, la détermination collective à ne pas tourner la page", poursuit le syndicat dans un communiqué. "L'intersyndicale se réunira le 2 mai matin pour décider des suites de la mobilisation."

GÉRALD DARMAMIN À LA PRÉFECTURE DE POLICE


Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, arrivera dans les prochaines minutes à la préfecture de police de Paris pour faire le point sur la situation.

VERS UNE NOUVELLE MOBILISATION AUTOUR DU 8 JUIN ?


"Il est impossible" d'aller à Matignon sans parler des retraites, prévient sur LCI Cyril Chabanier, président de la CFTC. "Je ne pense pas que de grandes mobilisations soient encore efficaces pour le mois de mai, à l'exception du 8 juin, ou peut-être la veille, pour mettre la pression sur le Parlement", qui examinera à cette date une proposition du groupe Liot pour abroger la réforme des retraites.


"Nous nous projetterons aussi sur d'autres sujets : le pouvoir d'achat, l'organisation du travail, la santé, le logement, l'éducation...", poursuit-il. "Ce sont des priorités pour nos concitoyens."

POLICIERS BLESSÉS ET INTERPELLATIONS


La préfecture de police dénombre "plusieurs blessés parmi les forces de l'ordre, dont dix déjà transportées à l'hôpital", à Paris. Selon un bilan provisoire du ministère, 68 personnes ont été interpellées dans la capitale.

RENDEZ-VOUS POLITIQUES SUR LCI


Après les mobilisations de ce 1er-Mai, l'actualité sociale et politique se poursuit sur LCI avec plusieurs invités :


- 20h : Olivier Dussopt, ministre du Travail

- 20h40 : Sophie Binet, secrétaire générale de la CGT

TENSIONS PLACE DE LA NATION


Les heurts sont toujours en cours place de la Nation, à Paris, entre forces de l'ordre et casseurs. Des bornes de vélos en libre-service ont été incendiées.

UN 1ER-MAI BEAUCOUP PLUS SUIVI QUE CES DERNIÈRES ANNÉES


D'après le ministère de l'Intérieur, 782.000 personnes ont manifesté ce lundi à Paris. Selon la même source, ils étaient 116.500 l'an dernier, 106.000 en 2021 et 164.000 en 2019.

"À TOUS LES TRAVAILLEURS, MERCI" : LE MESSAGE D'EMMANUEL MACRON


"Vous vous levez tôt pour nous nourrir. Vous faites rayonner les savoir-faire de nos territoires. Vous contribuez à notre souveraineté", salue Emmanuel Macron sur Twitter. "En ce 1er mai, à tous les travailleurs, merci."

PLACE DE LA NATION


Les heurts sont toujours en cours place de la Nation, où un incendie sur la devanture d'un immeuble a notamment éclaté. D'après nos reporters sur place, le cortège syndical est statique sur le boulevard Voltaire.

ANGERS


Le ministre de la Transition écologique et ancien maire d'Angers, Christophe Béchu, dénonce des dégradations commises sur l'Hôtel de ville d'Angers ce lundi.

Urgent

LES AUTORITÉS ENREGISTRENT 782.000 MANIFESTANTS EN FRANCE


782.000 personnes ont manifesté ce lundi partout en France, d'après le ministère de l'Intérieur. Le chiffre le plus élevé enregistré par les autorités depuis le 23 mars (1,089 million).


La CGT, elle, en a comptabilisé 2,3 millions.

POLICIER BLESSÉ : LE POINT


À Paris, un policier a été atteint par un cocktail Molotov et "souffre de brûlures supposées graves", a indiqué en début d'après-midi la préfecture de police. L'évaluation de ses brûlures, au visage et aux mains, est "en cours", a précisé à l'AFP une source policière.

Urgent

112.000 MANIFESTANTS À PARIS, SELON LES AUTORITÉS


112.000 manifestants à Paris, selon la préfecture de police. Il faut remonter au 23 mars (119.000) pour trouver une mobilisation plus forte, d'après les chiffres des autorités.


La CGT, elle, en a comptabilisé 550.000 dans la capitale.

PLACE DE LA NATION : TOUJOURS DES TENSIONS À L'ARRIVÉE DU CORTÈGE


De la confusion règne place de la Nation, à Paris. Le cortège syndical continue à arriver calmement, depuis le boulevard Voltaire. De l'autre côté, de violents affrontements continuent d'éclater entre forces de l'ordre et black blocs. Le canon à eau a été utilisé à deux reprises par les policiers, qui encerclent la place.

RENNES


À Rennes, la police fait usage du canon à eau et de gaz lacrymogène.

DRONES


L'usage des drones par les policiers et gendarmes est permis dans les manifestations depuis un décret du 19 avril. Les citoyens ne peuvent pas s'opposer à la captation de leur image, selon le décret publié au Journal officiel.

TOUJOURS DES HEURTS PLACE DE LA NATION


D'après nos reporters sur place, le cortège des syndicats peut commencer à arriver place de la Nation, à Paris. Mais des heurts éclatent toujours entre casseurs et forces de l'ordre.

Urgent

LA CGT RECENSE 2,3 MILLIONS DE MANIFESTANTS PARTOUT EN FRANCE


D'après la CGT, 2,3 millions de personnes ont manifesté dans toute la France ce lundi. Depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites, la CGT a revendiqué, selon les journées, entre 1 et 3,5 millions de manifestants.

"LE DROIT DE MANIFESTER N'EST PAS LE DROIT DE CASSER"


"Le droit de manifester n'est pas le droit de casser ou d'être violent", rappelle la préfecture de police dans un tweet. "Les individus violents n'ont pas leur place dans une manifestation pacifique."

DRONES, UN USAGE ENCADRÉ


Depuis un décret pris en avril, le survol de rassemblements par des drones peut être autorisé, comme ce lundi dans certaines villes. Des limites existent, comme l'interdiction de la prise de son.

PLUS D'UN MILLION DE MANIFESTANTS, SELON LAURENT BERGER


Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, assure que "plus d'un million" de personnes manifestent ce lundi.

DRONE À LYON


D'après le ministère de l'Intérieur à LCI, un drone a survolé un groupe qui était en train de piller un commerce, à Lyon. 33 personnes ont été interpellées.

180 INTERPELLATIONS EN FRANCE


D'après le bilan réactualisé de la police, 180 personnes ont été interpellées en marge des manifestations partout en France, dont 53 à Paris.

PLACE DE LA NATION


À Paris, place de la Nation, les forces de l'ordre viennent d'utiliser des canons à eau pour disperser la foule. D'après nos reporters sur place, des pierres sont lancées sur les forces de l'ordre. La place est complètement encerclée, avec une situation très tendue entre policiers et black blocs.

TENSIONS À RENNES


Plus d'une heure après la fin de la manifestation officielle, un deuxième cortège s'est formé à Rennes, place de Bretagne. Les policiers utilisent du gaz lacrymogène contre un groupe de black blocs, selon notre reporter sur place.

TENSIONS PLACE DE LA NATION


Plusieurs détonations sont entendues à Paris, place de la Nation, lieu d'arrivée du cortège. La Brav-M est sur place. Du gaz lacrymogène a été utilisé. De nombreux policiers y sont déployés.

MARSEILLE


À l'issue de la manifestation du 1er mai qui s'est déroulée dans le calme à Marseille, quelque 200 personnes ont brièvement occupé l'hôtel Intercontinental, un hôtel de luxe, y causant des dégradations.


Les manifestants, qui voulaient mener une "action symbolique contre la répartition inégale des richesses", à l'appel de la CGT Éducation, ont rapidement été délogés et repoussés sur le parvis de l'établissement par les forces de l'ordre, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. Quatre personnes ont été arrêtées pour "jets de projectiles et dégradations", a annoncé la préfecture de police des Bouches-du-Rhône.

TENSIONS À PARIS


Le cortège parisien n'est pas encore arrivé place de la Nation, mais des violences y éclatent déjà. D'après plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et nos reporters sur place, des policiers essuient des tirs de mortier.

Urgent

550.000 MANIFESTANTS À PARIS, SELON LA CGT


La CGT annonce 550.000 manifestants à Paris en ce lundi 1er mai. La centrale syndicale avait revendiqué 400.000 manifestants dans la capitale lors de la précédente journée d'action contre la réforme des retraites, le 13 avril.

UN SÉNATEUR AVEC LA BRAV-M


Le sénateur PS Jérôme Durain est en "observateur" auprès de la Brav-M au cœur de la manifestation parisienne.

"DES CASSEURS EXTRÊMEMENT VIOLENTS VENUS TUER DU FLIC"


"Les forces de l'ordre font face à des casseurs extrêmement violents venus avec un objectif : tuer du flic et s'en prendre aux biens des autres", dénonce sur Twitter le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. "Plus de 60 interpellations à cette heure. Un policier a été grièvement blessé, brulé à la suite d'un jet de cocktail Molotov. Cette violence doit être condamnée sans réserve."

40 INTERPELLATIONS À PARIS


D'après la police, 40 personnes ont été interpellées lors de la manifestation à Paris. Selon nos informations, des black blocs venus d'Italie et d'Angleterre sont venus grossir les rangs.

"DEUX FOIS PLUS DE PERSONNES QUE LE 13 AVRIL"


"C'est un 1er-Mai historique, nous n'avons jamais eu cela", assure le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, sur LCI. "Partout, nous avons de gros cortèges. Nous avons deux fois plus de personnes dans ces mobilisations que le 13 avril dernier", se réjouit-il, évoquant une "démonstration de force."


"C'est la démonstration que les travailleurs ne veulent pas de la retraite à 64 ans", poursuit Laurent Berger. "C'est une belle vitalité du monde du travail, qui entend ne pas se faire marcher dessus."

TENSIONS À RENNES


Un deuxième rassemblement est en cours à Rennes. Selon notre reporter sur place, un groupe de 200 black blocs a affronté les forces de l'ordre. Un canon à eau et des gaz lacrymogènes ont été utilisés. La tension est depuis redescendue.

LES PREMIERS CHIFFRES DE LA MOBILISATION


Marseille, Lille, Rennes... Découvrez les premiers chiffres de la mobilisation du 1er-Mai.

MANIFESTATION DE POMPIERS


De nombreux pompiers se trouvent dans le cortège parisien. "Nous prenons deux ans comme tout le monde (59 ans)", alors que "nous sommes exposés à tous les risques", déplore sur LCI Loic, pompier à Chartres. "Notre espérance de vie est beaucoup moins élevée."

OLIVIER DUSSOPT SUR LCI


Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, est l'invité de LCI à 20h.

"LE PLUS GROS 1ER-MAI DEPUIS DES DÉCENNIES"


"Cela va être le plus gros 1er-Mai depuis des décennies", assure sur LCI Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis. "Les gens sont en colère. La mobilisation contre la réforme des retraites n'est pas terminée. Cela sera l'une des plus grosses mobilisations contre cette réforme. Ce 1er-Mai va servir de relance de la mobilisation."

UN POLICIER BLESSÉ


À Paris, un policier a été blessé par un cocktail molotov, selon la police. D'après la même source, 30 personnes ont été interpellées.

TENSIONS À PARIS


Des tensions ont éclaté à Paris en tête du cortège. De gros pétards ainsi que des projectiles ont été lancés sur les forces de l'ordre depuis le pré-cortège, composé de plusieurs centaines de manifestants vêtus de noir. Plusieurs commerces ont vu leurs vitrines caillassées, notamment des agences bancaires et immobilières, un magasin de photocopies, ainsi que du mobilier urbain.


"Le préfet de police, compte tenu des nombreuses dégradations commises, a décidé de l'intervention des forces dans le pré-cortège pour mettre un terme aux incidents et séparer le pré-cortège du cortège syndical", a indiqué la préfecture de police.

"CASSEROLADES"


Nouveau mode de revendication contre la réforme des retraites, la "casserolade" est de la partie dans les cortèges ce lundi.

Politique