La Première ministre s'est exprimée, ce mardi, devant l'Assemblée nationale.
Elle a assuré qu'il y avait une "amélioration sensible" dans les stations service avec "moins de 25%" d'entre elles en rupture de carburants.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

GRÈVE RECONDUITE DANS LES RAFFINERIES 


Dans l'industrie pétrolière, d'où est parti le conflit salarial fin septembre, la CGT "a proposé la reconduction du mouvement" jusqu'à mercredi 12 h, a indiqué ce soir à l'AFP Eric Sellini, coordonnateur CGT au plan national.


À Gonfreville notamment, en Normandie, la grève a été reconduite jusqu'à mercredi, ont indiqué deux sources syndicales CGT à l'AFP.

TER À MOITIÉ PRIX 


De mercredi 19 octobre à vendredi 21 octobre inclus, les TER seront à moitié pris en région PACA. Une "mesure exceptionnelle" pour proposer une "alternative" aux automobilistes touchés par la pénurie de carburants. D'autres régions ont proposé des solutions similaires, en attendant une amélioration.

TER À PRIX RÉDUITS EN PACA 


La région PACA met en place une réduction de 50% des tarifs de TER sur l'ensemble du territoire, de mercredi 19 octobre à vendredi 21 inclus.

JERRICANS


En Moselle, l'interdiction de vente et d'achats dans des jerricans est reconduite, alors que les difficultés d'approvisionnement persistent, annonce la préfecture. 

PATRICK POUYANNE 


Accusé de s'être "augmenté de 52%", le PDG de TotalEnergies a voulu rétablir la vérité sur Twitter. Patrick Pouyanné a donc dévoilé l'évolution de son salaire depuis 2017, son salaire annuel avoisinant les 6 millions d'euros. Des révélations qui ont provoqué un tollé à gauche, en pleine journée de mobilisation interprofessionnelle.

LIVRAISONS DE CARBURANT


Le ministre des Transports, Clément Beaune appelle à "mobiliser le maximum de camions pour accélérer les livraisons de carburant". 

AGNÈS PANIER RUNACHER 


La ministre de la Transition écologique répond à l'Assemblée nationale aux critiques de l'extrême-droite quant à la gestion de la crise des carburants et à l'inaction du gouvernement face à l'inflation. "Notre pays est celui qui a le taux d'inflation le plus faible d'Europe, des États-Unis ou du Royaume-Uni. C'est celui quia  le mieux protégé le pouvoir d'achat des Français, et c'est notre fierté", énumère la ministre à l'Assemblée nationale. "Nous ne sommes pas dans la parole et dans l'invective, nous sommes dans l'action". 

PLAN B


À L'Haÿ-les-Roses, dans le Val-de-Marne, un maire a même décidé de faire siphonner certains véhicules. Objectif : qu'une partie des services municipaux puissent continuer à fonctionner.

CENTRALES NUCLÉAIRES 


Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, RTE, met en garde face à la poursuite du mouvement social dans les centrales nucléaires. Selon lui, des "conséquences lourdes" sur l'approvisionnement pourraient survenir "au cœur de l'hiver". À plus court terme, le risque est "très faible" à "modéré".

BORNE RÉPOND AUX DÉPUTÉS 


"Le gouvernement est pleinement mobilisé" dans la crise des carburants qui paralyse la crise, défend Elisabeth Borne face aux députés. La cheffe du gouvernement détaille les mesures prises par l'État depuis le début de la crise.

Crise des carburants : E. Borne répond aux députésSource : TF1 Info

"AMÉLIORATION SENSIBLE" DANS LES STATIONS SERVICES


La Première ministre annonce en outre une "amélioration sensible" dans les stations services, avec "moins de 25% des stations en "rupture" ce mardi. Elle promet que le gouvernement continuera d'œuvrer pour débloquer les raffineries jusqu'à ce que la situation revienne à la normale. 

"IL FAUT QUE LE TRAVAIL REPRENNE"


"Il est indispensable de sortir de ce conflit social", juge Elisabeth Borne à l'Assemblée nationale. "Chez Total et Esso, les négociations salariales ont débouché par la signature d'accords par des syndicats représentant la majorité des salariés. Dès lors, il n'est pas acceptable qu'une minorité continue de bloquer le pays. Il faut que le travail reprenne", estime-t-elle. 

RAFFINERIES, QUELLES SUITES ?


Les représentants CGT des sites pétroliers de TotalEnergies, en grève depuis trois semaines et encore mardi, se réuniront en début de soirée sur la suite à donner à leur mouvement de revendications salariales, a-t-on appris auprès de leurs responsables. Les représentants CGT du raffinage chez TotalEnergies se réuniront mardi à 18H, a indiqué le coordinateur CGT pour le groupe, Eric Sellini, à l'AFP.

LE CALENDRIER DES RISTOURNES


La ristourne du gouvernement et le rabais accordé par TotalEnergies ont été prolongés. Ils vont ensuite diminuer, puis disparaître. Découvrez le calendrier détaillé de ces aides.

NOUVELLES RÉQUISITIONS


Le gouvernement pourrait annoncer de nouvelles réquisitions "probablement" ce mardi et en fera "autant que nécessaire" pour assurer le retour à la normale, a annoncé le porte-parole Olivier Véran, alors que la grève dans les dépôts de carburants et les raffineries se poursuit. "Il y aura autant de réquisitions que nécessaires", a-t-il indiqué sur France 2. Interrogé sur le fait que cela pourrait intervenir dès ce mardi, Olivier Véran a répondu "probablement". 

LE BUSINESS LUCRATIF DE REVENTE DE CARBURANT


Alors que la pénurie se poursuit, la revente de carburants sur le marché noir devient un business lucratif. Sur les réseaux sociaux, certains proposent même de vous livrer directement à votre domicile.

MOBILISATION POUR DES HAUSSES DE SALAIRE


De nombreux syndicats se retrouveront dans la rue ce mardi pour une journée de mobilisation pour une hausse des salaires et pour montrer leur soutien au droit de grève, face aux réquisitions du gouvernement. Le point sur l'impact de cette mobilisation dans le sujet ci-dessous. 

VERS UN RETOUR A LA NORMALE ?


Lundi soir, le gouvernement annonçait un léger mieux, par rapport à dimanche, dans la pénurie de carburants qui frappe la France. Pour autant, est-il envisageable qu'un retour à la normale survienne cette semaine, comme le laissait entendre le président de la République mercredi dernier ? Réponse dans l'article ci-dessous.

DES SALAIRES PLUS ÉLEVÉS, APPELLE GERALD DARMANIN


Le ministre de l'Intérieur a appelé une "partie du patronat à augmenter les salaires quand c'est possible", estimant qu'il y avait "un problème de salaires" en France. "Un ouvrier, un employé qui travaille, doit être rémunéré au juste salaire", a affirmé sur RTL Gérald Darmanin.


Or, selon lui, les gens "constatent qu'une partie des patrons se rémunère et que cette rémunération est disproportionnée par rapport à ce que touche une partie des salariés", a-t-il poursuivi.

Gérald Darmanin a annoncé mardi la fermeture à venir de la mosquée de Beauvais.
Gérald Darmanin a annoncé mardi la fermeture à venir de la mosquée de Beauvais. - Bertrand GUAY / AFP

ECOWATT, LA MÉTÉO DE L'ÉNERGIE


Ecowatt est un dispositif mis en place pour alerter particuliers et entreprises lorsque le réseau électrique est sous tension. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article qui explique le fonctionnement de ce qui a été présenté comme "la météo de l'énergie".

PLUS DE PUB EN CAS DE SIGNE "ECOWATT ROUGE"


Un décret publié au Journal Officiel mardi annonce que toute publicité lumineuse, éclairée ou numérique, devra être éteinte "en cas de menace pour la sécurité d'approvisionnement en électricité", soit durant les périodes sur lesquelles le réseau de transport d'électricité RTE émet un signal "Ecowatt rouge".


La mesure, adoptée dans le cadre de la loi pouvoir d'achat début août, pourra donc être mise en application dès mercredi pour "les publicités numériques et les publicités dont le fonctionnement ou l'éclairage est pilotable à distance", et à partir du 1er juin 2023 pour les autres. 

VACANCES 


Chaque soir, le JT de TF1 se penche sur les interrogations des téléspectateurs dans sa rubrique "Le 20H vous répond". Au menu du jour, une question liée aux vacances et à la pénurie de carburants. Garance Pardigon y répond sur le plateau de Gilles Bouleau.

"JUGEMENT SÉVÈRE"


Invité d'Europe 1 ce mardi, Christophe Béchu a fustigé le fait que la CGT continue sa grève dans certaines raffineries et dépôts de carburant français. "Un syndicat minoritaire refuse de respecter des accords majoritaires signés par d'autres organisations syndicales. C'est quand même une curieuse conception du dialogue paritaire", ironise le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires de France. 


"Il y a un jugement sévère sur une forme de détournement d’un droit d’action syndical pour obtenir autre chose. Quand on a obtenu des augmentations salariales conséquentes, quand le dialogue social a débouché sur un accord à l'échelle de l'entreprise entre les représentants syndicaux élus, on n’a aucune raison de rester en grève", martèle-t-il. 

CONTRAT DE CONFIANCE 


Karl Olive a fustigé mardi le fait que le "contrat de confiance" entre TotalEnergie et ses salariés n'ait "pas été respecté de part et d’autre". D'une part, "nous avons incité TotalEnergies à redistribuer une partie de ses profits. Elle ne l’a fait qu’une fois la grève établie", tance-t-il. D'autre part, "la CGT n’a pas respecté l’accord signé par la majorité des syndicats", ajoute le maire de Poissy et député des Yvelines. 

DÉPLACEMENT


Mardi 18 octobre, une grève interprofessionnelle pour la hausse des salaires face à l'inflation a lieu dans toute la France. Les transports s'annoncent perturbés. Voici nos conseils pour éviter la galère.

MARTINEZ


À quand la fin de la grève dans les raffineries ? "Bientôt", répond mardi Philippe Martinez, "dès qu'une négociation pourra avoir lieu pour corriger un accord de proposition salariale qui ne correspond pas aux attentes des grévistes". "On dit 7%, qui correspond à l'inflation, et 3% qui correspond au partage des richesses", ajoute-t-il sur RTL. 


"S'il n'y avait pas eu grève chez Total, il n'y aurait pas eu de négociations ni d'augmentation de 5% des salaires", a encore souligné le secrétaire général de la CGT

RÉQUISITIONS 


"La justice nous a donné raison", s'est félicité, sur France 2, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, au sujet des réquisitions au sein des sites grévistes de TotalEnergies. 

JAMEL DEBBOUZE


Invité de Quotidien, sur TMC, lundi, Jamel Debbouze a donné son avis sur les grèves dans les raffineries et les pénuries de carburant qui s'ensuivent. "Quand on voit les profits d’une entreprise comme Total, on se dit que c’est naturel de partager. Et on est tous vraiment vénère de faire la queue mais on comprend aussi la situation de ces salariés", déclare l'humoriste. 

PÉNURIE

C’est une nouvelle journée de galère pour des millions d’automobilistes. Cette pénurie de carburant touche désormais des régions jusqu’à présent relativement épargnées. C’est le cas de la Bourgogne-Franche-Comté où 40% des stations manquent d'essence.

Bonjour et bienvenue sur TF1info pour suivre l'actualité liée à la pénurie de carburants en ce 18 octobre 2022.

Les préfets vont être davantage mobilisés pour aider à acheminer le carburant vers les stations-service, a annoncé le gouvernement à l'issue d'une réunion à l'Élysée consacrée lundi aux pénuries, alors que la grève se poursuit chez TotalEnergies à quelques jours des départs en vacances.

Le président Emmanuel Macron a fait "un point de situation" avec ses ministres alors que les ruptures de carburants persistent dans plusieurs régions et qu'il a lui-même dit vouloir une amélioration cette semaine. "On va continuer de faire le maximum", a-t-il affirmé depuis le Mondial de l'auto, à Paris, en ajoutant vouloir que "ça se règle le plus vite possible".

Empêtré dans la crise des carburants, le gouvernement amorce une semaine à haut risque marquée par un mouvement interprofessionnel mardi et les départs en vacances vendredi.

Les sites des quatre raffineries TotalEnergies en France (Normandie, Donges, Feyzin, et la bioraffinerie La Mède) étaient touchés par la grève, dans les équipes de raffinage et/ou de dépôt de carburants. Les trois autres raffineries en France fonctionnent.

Des dépôts de carburants, hors des raffineries, sont également en grève, comme le grand dépôt TotalEnergies de Mardyck, près de Dunkerque. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info