EN DIRECT - Réforme des retraites : pour les carrières longues, le Sénat vote l'extension à ceux ayant commencé entre 20 et 21 ans

Publié le 9 mars 2023 à 6h42, mis à jour le 9 mars 2023 à 19h17

Le Sénat a continu à avancer jeudi dans l'examen de la réforme des retraites, après avoir adopté dans la nuit le report à 64 ans de l'âge de départ.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

LYCÉES ET UNIVERSITÉS 


Une poignée de lycées et d'établissements d'enseignement supérieur ont été bloqués en ce jour de mobilisation de la jeunesse contre la réforme des retraites. 


Le syndicat étudiant L'Alternative a compté dans la matinée des blocages dans une vingtaine d'établissements, dont les universités de Montpellier, Besançon, Le Havre, Nanterre, Rouen ou Grenoble, ainsi que les instituts d'études politiques de Bordeaux et Strasbourg. L'un des deux campus de l'École normale supérieure (ENS) de Lyon est également dans une situation similaire. 


Du côté des lycées, le ministère de l'Éducation a fait état de 15 établissements bloqués et sept partiellement, et le syndicat La Voix lycéenne de 200 lycées bloqués.

VOTE AU SÉNAT 


Le Sénat a voté jeudi l'extension du dispositif de carrières longues de la réforme des retraites à ceux ayant commencé à travailler entre 20 et 21 ans, pour un départ anticipé à 63 ans.


La Première ministre Elisabeth Borne s'était dite favorable à cette mesure dès le début février, en réponse à une demande des députés LR. Les sénateurs ont validé divers amendements en ce sens alors que l'Assemblée n'avait pas eu le temps de se prononcer.


Actuellement, un début de carrière avant 20 ans peut permettre un départ anticipé de deux ans, et une entrée dans la vie active avant 16 ans peut donner droit à une retraite anticipée de quatre ans. Le projet de réforme prévoit que ce dispositif sera "adapté": ceux qui ont débuté avant 20 ans pourront partir deux ans plus tôt, soit 62 ans, ceux qui ont commencé avant 18 ans pourront partir à 60 ans, etc. 

POUBELLES À PARIS


"C'est moche et ça sent mauvais"... À Paris, les poubelles s'accumulent dans certains arrondissements, avec 3700 tonnes de déchets non ramassés jeudi, selon la mairie, au quatrième jour de la grève des éboueurs contre la réforme des retraites.

LE POINT SUR LE TRAFIC SNCF


Le mouvement social contre la réforme des retraites se poursuivra à la SNCF lors des journées de vendredi, samedi et dimanche. Sur cette période, le trafic restera ainsi "fortement perturbé", particulèrement sur les axes TGV.

SNCF 


"La circulation des trains restera fortement perturbée vendredi 10 mars", a annoncé jeudi la SNCF. "Les prévisions de circulations ce week-end devraient rester perturbées de façon similaire à vendredi, avec des évolutions locales possibles", ajoute l'opérateur. 


Près d'un train sur deux en moyenne est prévu sur cette période pour les TGV INOUI et OUIGO. Il y aura également 1 train sur 4 en moyenne du côté des Intercités et deux trains sur quatre du côté des TER. 


Les lignes internationales seront, elles aussi, encore perturbées (2 trains sur 3 pour l'Eurostar, 3 trains sur 5 pour le Thalys, 1 train sur 3 pour les liaisons avec l'Italie,  2 trains sur 5 pour les liaisons avec l'Allemagne, 1 train sur 4 pour les liaisons avec l'Espagne). 

VOLS


En raison des mouvements de grèves des contrôleurs aériens, la Direction générale de l'Aviation civile demande d'annuler 20% des vols ce week-end dans plusieurs aéroports. 


Cette réduction du programme de vols concernera samedi Orly, Marseille, Nantes, Toulouse et Bordeaux, tandis que dimanche, seuls Orly, Marseille et Toulouse seront affectés, a précisé l'administration dans un communiqué. 

RATP 


La RATP a annoncé une "nette amélioration" du trafic vendredi 10 mars,  par rapport à celui de ce jour. 


Le trafic sera "normal" sur le réseau Métro à l’exception de quelques lignes. Le trafic sera "quasi normal" sur le RER A et "très perturbé" sur le RER B. Le trafic sera "normal" sur les réseaux Bus et Tramway


Le trafic pour la journée du samedi 11 mars devrait être quasi équivalente à la journée du vendredi, selon le communiqué de la RATP.

JEUNESSE EN COLÈRE 


De nombreux étudiants et jeunes manifestent ce jeudi, en France. Ils s'opposent notamment au projet de loi de réforme des retraites. 

Jeunesse en colère à Paris.
Jeunesse en colère à Paris. - Thomas SAMSON / AFP

QUID D'UNE PÉNURIE DE CARBURANTS ? 


Les grèves contre la réforme des retraites n'ont eu, jusqu'ici, que des conséquences limitées sur le plein des Français. "Il n'y a aucun problème d'approvisionnement des stations-service", indique à TF1info un spécialiste du secteur pétrolier. Pour l'heure, le scénario des pénuries vécues à l'automne 2022 ne semble pas d'actualité.

LA JEUNESSE DANS LA RUE


Le cortège parisien s'est élancé à Paris  à l'appel des organisations de jeunesse. Une manifestation a lieu ce jeudi à Paris entre la gare Saint-Lazare et la place de la République. "Macron porte une réforme injuste,   (...) pour les femmes, les plus précaires, et on est ici pour manifester jusqu'au retrait", explique Lisa, étudiante, croisée dans le cortège.

Mobilisation des organisations de jeunesse : "On manifeste jusqu'au retrait de la réforme"Source : TF1 Info

FIN DE GRÈVE À LA RAFFINERIE DE PORT-JEROME-GRAVENCHON


Esso-ExxonMobil a fait savoir que les expéditions de carburant avaient repris dans sa raffinerie à Port-Jérôme-Gravenchon. Les sorties de carburants étaient bloquées depuis mardi, dans le cadre du mouvement de contestation contre la réforme des retraites.


"Je confirme la fin du conflit et la reprise de toutes les expéditions hier à départ de la raffinerie Gravenchon", "y compris vers Paris", a indiqué une porte-parole du groupe. Les salariés des autres raffineries françaises poursuivent, eux, la mobilisation.

LE COURRIER DE L'INTERSYNDICALE


La CFDT a révélé le courrier que l'intersyndicale a adressé au Président de la République à la suite de la très forte mobilisation contre la réforme des retraites. Dans cette lettre, l'intersyndicale maintient "le retrait" de la réforme. "Toutes les études d'opinion montrent que la population, et tout particulièrement les actifs, sont très largement opposés à ce projet de réforme", est-il déclaré. 


Dénonçant le silence du président comme du gouvernement "devant l'expression de ce puissant mouvement social", les organisations ont jugé que "cette absence de réponse constitue un grave problème démocratique", qui pourrait conduire "à une situation qui pourrait devenir explosive". En ce sens, l'intersyndicale a une nouvelle fois demandé au président une rencontre. 

COURANT COUPÉ AU STADE DE FRANCE


La CGT a fait savoir que l'électricité avait été coupée au stade de France et au chantier du village olympique, à Saint-Denis, en banlieue parisienne, pour protester contre la réforme des retraites. Depuis mardi, les coupures d'électricité ciblées se multiplient partout sur le territoire, des actions dénoncées par le gouvernement.

VOTE DE L'ARTICLE 7 : "UNE ÉTAPE IMPORTANTE" POUR BORNE


Au lendemain du vote de l'article 7 au Sénat, reculant l'âge légal de la retraite, la Première ministre Elisabeth Borne a salué "une étape importante". 


"Je pense que c'est très important que le débat se tienne dans des bonnes conditions en permettant à chacun de s'exprimer. Donc j'espère que ce débat va pouvoir continuer à se tenir dans de bonnes conditions", a-t-elle réagi alors qu'elle était en déplacement dans les Yvelines  pour visiter une structure de prise en charge des femmes victimes de violences.

Article 7 : Elisabeth Borne salue "une étape importante"Source : TF1 Info

RECONDUCTION DE LA GRÈVE CHEZ LES CHEMINOTS


Plusieurs assemblées générales se sont tenues ce matin un peu partout en France chez les cheminots pour voter la reconduction de la Grève. C'est le cas à Tours, à Blainville-Damelevières, en Meurthe-et-Moselle ou à Nantes, alors que la direction de la SNCF a déjà fait savoir que la circulation allait continuer à être perturbée vendredi.

PLUSIEURS UNIVERSITÉS MOBILISÉES


Dans le cadre d'un appel à la mobilisation contre la réforme des retraites par les organisations de jeunesse, plusieurs universités ont été bloquées ce jeudi. C'est le cas de l'IEP de Strasbourg, de l'université de Montpellier, de Lille ou encore de Nanterre. À Paris, un rassemblement est prévu à 14 heures, à la gare Saint-Lazare, pour manifester contre la réforme.

UNE POSSIBLE PÉNURIE DE CARBURANTS ?


6% des près de 10.000 stations-essence serait en rupture de gazole ou d'essence, selon des données publiques analysées par l'AFP. Le blocage des raffineries ne serait néanmoins pas en cause, selon le secteur pétrolier.


"Le message global, c’est qu’il n’y a pas de problème d’approvisionnement et la situation est en train de s’améliorer", malgré la reconduction des grèves, a affirmé lors d'une conférence de presse annuelle Olivier Gantois, président de l’Ufip Energies et Mobilités, qui représente les entreprises du secteur pétrolier.

COUPURES DE COURANT CIBLÉES


Après des coupures d'électricité revendiquées contre la réforme des retraites mardi et mercredi, les grévistes poursuivent leurs actions ciblées. L'indépendant a ainsi rapporté des coupures de courant au moment de l'ouverture d'enseignes, dans des zones commerciales près de Perpignan.


Interrogé sur ce sujet ce matin sur Europe 1, Gérad Larcher, dont la permanence a été privée d'électricité mardi en fin d'après-midi, a qualifié d'"inacceptables" les coupures d'électricité "revendiquées par la CGT". "C’est une prise en otage des citoyens et un dévoiement du droit de grève", a-t-il estimé.

UN BLOCAGE PRÈS DE PERPIGNAN LEVÉ


Le blocage routier contre la réforme des retraites, qui empêchait depuis ce matin la circulation sur l'autoroute A9 au niveau du péage du Boulou, près de la frontière espagnole, a été levé.

DES MOBILISATIONS LE 11 ET LE 15 MARS


Dans un communiqué, la CFDT a fait savoir que l'intersyndicale appelait à une nouvelle mobilisation interprofessionnelle le 11 mars, puis à une journée de manifestations et de grève le 15 mars, jour de la commission mixte paritaire. 


Ce matin, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a néanmoins mis le doute sur les dates de mobilisation, estimant que la mobilisation pourrait se tenir le 15, mais aussi le 16 mars si le jour de la commission mixte paritaire est décalée au 16 mars.

REPRISE TENDUE DES DÉBATS AU SÉNAT


Le Sénat reprend les débats sur le projet de réforme des retraites pour le huitième jour consécutif, après l'adoption dans la nuit du 8 au 9 mars de l'article 7, décalant l'âge légal de départ à la retraite. 


Bruno Retailleau, lors d'un rappel au règlement, a dénoncé des coupures d'électricité dans les permanences et les circonscriptions de sénateurs LR, qui ont voté pour l'article 7. L'examen de son amendement, visant à accélérer la suppression des régimes spéciaux de départ à la retraite, a été décalé, provoquant des tensions dans l'hémicycle.

Photo d'illustration de l'hémicycle du Sénat
Photo d'illustration de l'hémicycle du Sénat - Bertrand GUAY / AFP

REMBOURSEMENT DU TAXI EN CAS DE GRÈVE


Je suis obligé de venir en taxi au travail, n’ayant plus de transports en commun en raison de la grève. Mon employeur doit-il me rembourser ces frais ? Réponse dans l'article ci-dessous.

BLOCAGE DE PÉAGE PRÈS DE LA FRONTIÈRE ESPAGNOLE


200 manifestants ont bloqué la barrière de péage du Boulou, sur l'A9, près de Perpignan et dernier péage avant la frontière avec l'Espagne, a rapporté L'Indépendant. Une manière pour l'intersyndicale qui mène cette action proposée par Force ouvrière de "matérialiser la France à l'arrêt en bloquant la frontière", a déclaré le secrétaire départemental FO, Jérôme Capdevielle. 


Selon Bison Futé, ce blocage a provoqué plusieurs kilomètres de bouchons. L'autoroute est coupée dans les deux sens et l'entrée sur l'A9 depuis Perpignan est fermée.

UN DURCISSEMENT DE LA GRÈVE À LA RAFFINERIE DE FEYZIN ?


À la raffinerie de Feyzin, un durcissement de la grève via un arrêt de la production a été proposé aux salariés hier après-midi. Pour l'instant, "la situation est inchangée", a néanmoins précisé Eric Sellini, expliquant que "la direction cherche à éviter un arrêt complet".


Pour le moment, la production dans les raffineries n'est donc pas arrêtée, mais les expéditions de carburants sont toujours bloquées à leur sortie.

GRÈVE RECONDUITE DANS TOUTES LES RAFFINERIES


Les expéditions de carburants sont toujours bloquées à la sortie de toutes les raffineries du groupe TotalEnergies en France, contre le projet de réforme des retraites voulu par le gouvernement, comme l'a confirmé l'élu national de la CGT-Chimie, Eric Sellini. Côté Esso-ExxonMobil, la "grève est également reconduite à la raffinerie Esso de Fos-sur-mer", avec 70% de grévistes, a précisé le responsable syndical. 


Plus aucun carburant ne sort des raffineries françaises en grève, mais il existe 200 dépôts en France qui continuent d'approvisionner les stations et les raffineries elles-mêmes continuent de produire du carburant. Faute de pouvoir sortie, l'essence et le gazole devront jusqu'à nouvel ordre être stockés sur place.


Il faudra plusieurs jours de blocage, voire des semaines, avant que les réserves sur site ne soient pleines et nécessitent l'arrêt effectif de la production pour des raisons de sécurité.

DES TRACTS DEVANT LES LYCÉES 


Alors que les organisations de la jeunesse ont appelé à se mobiliser, peut-on distribuer des tracts devant les lycées ? Réponse dans l'article ci-dessous.

"CE QUI VA COMPTER, C'EST UNE GRÈVE LONGUE"


Les organisations de la jeunesse ont appelé à une mobilisation dans les universités et les lycées aujourd'hui, contre la réforme des retraites. À Lille, certains ont répondu à cet appel en bloquant le campus Moulins de l'université. 


"Ce qui va compter, ça va être une grève longue, qui va faire reculer le gouvernement, et le patronat derrière lui. Cette grève, il faut qu'on la soutienne, car c'est la seule qui va faire reculer le gouvernent et sa réforme", juge Camille. Cet étudiant mobilisé et interrogé par LCI a également dénoncé la précarité étudiante, estimant surtout manifester pour "avoir une vie digne". "Que ce soit la question des salaires ou des retraites, finalement ça se rejoint", a-t-il résumé.

Blocage de l'université de Lille, interview d'une étudianteSource : TF1 Info

"MAINTENANT, C'EST LE TEMPS DU PARLEMENT", JUGE BRUNO LE MAIRE


Interrogé sur Cnews, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a récusé tout mépris des corps intermédiaires de la part du président de la République alors que l'intersyndicale a demandé à être reçue en urgence par le chef de l'État pour qu'il retire sa réforme. 


"Il a proposé à tous les syndicats d'être reçu au printemps et à l'été dernier et je rappelle que certains comme la CGT a refusé. À ce moment-là, c'était le temps des syndicats. Maintenant, c'est le temps du Parlement", a justifié Bruno Le Maire. "S'il y a des discussions à avoir, c'est au ministre du Travail, Olivier Dussopt, d'avoir cette discussion avec les représentants syndicaux", a-t-il continué, dans la lignée de la fin de non-recevoir déclarée indirectement par la Première ministre mercredi à la demande de l'intersyndicale.

UN PROJET DÉFENDU PAR GÉRARD LARCHER


Invité par Europe 1, le président du Sénat et membre des Républicains, Gérard Larcher s'est félicité du vote de l'article 7 hier en fin de soirée, reculant l'âge de départ à la retraite. Une "étape essentielle", selon lui, "parce qu'il y a eu un vote après un débat essentiel". 


À propos de la réforme, il a reconnu que celle-ci "clive". Pour autant, il a continué de défendre la nécessité du projet. "Depuis quatre ans, nous pensons indispensable de sauver le système par répartition. Aucune réforme des retraites depuis 1993 ne s’est faite sans avoir une part extrêmement contre, mais je pense que c'est notre responsabilité de contribuer à préserver" le système par répartition, a encore déclaré Gérard Larcher.

"C'EST AU PEUPLE FRANÇAIS DE S'EXPRIMER", SELON LE PEN


Marine Le Pen, a assuré qu'il n'y aurait "pas de majorité pour voter cette réforme des retraites" à l'Assemblée nationale, alors que le texte, une fois examiné au Sénat, doit revenir devant cette chambre. La présidente du groupe RN à l'Assemblée n'a pas hésité à critiquer la stratégie de la droite au Sénat. "On peut s'interroger sur le comportement des Républicains, notamment au Sénat, qui deviennent l'allié principal d'Emmanuel Macron, et sont même plus royalistes que le roi", a-t-elle commenté sur France Inter. 


Tandis que le gouvernement continue de défendre sa réforme et que la mobilisation contre le texte se poursuit, Marine Le Pen a de nouveau souhaité la mise en place d'un référendum. "Voilà comment on sort d'un blocage. [...] C'est au peuple français de s'exprimer. Et voilà un bon moyen d'éviter les blocages, les violences et la violence qui a saisi le débat public", a-t-elle insisté.

DEUX JOURNÉES DE MOBILISATION LA SEMAINE PROCHAINE ?


Les syndicats ont annoncé une journée de mobilisation le 15 mars, jour de la commission mixte paritaire au Parlement. Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a néanmoins annoncé sur France 2 que si la commission mixte paritaire est finalement décalée au 16 mars, "on fera 15 et 16". 

"ÇA VA CONTINUER", PRÉVIENT PHILIPPE MARTINEZ


Après son examen au Sénat, le projet de réforme des retraites doit retourner devant l'Assemblée nationale, où un 49-3 n'est pas exclu. Une possibilité contre laquelle le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a averti le gouvernement. "Vous imaginez la mère des réformes de ce quinquennat, adoptée sans vote ? Je pense que ça peut mettre le feu aux poudres", a-t-il alerté sur France 2. 


"91% de ceux qui travaillent disent que cette réforme, on n'en veut pas", a-t-il par ailleurs affirmé, annonçant une poursuite du mouvement de mobilisation. "La France est largement ralentie, et ça va continuer. Ça ne peut que s'amplifier si on continue à avoir autant d'indifférence et autant de mépris", a martelé Philippe Martinez. Selon lui,  Emmanuel Macron "doit nous recevoir, nous écouter, et dire OK, on va calmer le jeu, cette réforme, on arrête et on rediscute".

LA RAFFINERIE DE FEYZIN VERS UN ARRÊT TOTAL ?


Les syndicats FO et CGT de la raffinerie TotalEnergies de Feyzin, dans le Rhône, ont proposé aux grévistes un durcissement de la grève, qui se traduirait par un arrêt de production. 


"Ce matin, les délégués vont aller faire le point avec la direction sur les chiffres de ces dernières heures pour des consignes d'arrêt sur la plateforme de Feyzin, pour arrêter la production", annonce à LCI Hakim Bellouz, syndicaliste FO dans cette raffinerie. 


La direction de la raffinerie doit se prononcer. Si elle refuse cette demande, "c'est un bras de fer et souvent, ça commence par des refus de relève", a expliqué Eric Sellini, coordinateur CGT pour TotalEnergies. Pour l'instant, la raffinerie de Feyzin, comme l'ensemble des autres sites en France, est en grève avec un arrêt des expéditions de carburant, afin de protester contre le projet de réforme des retraites du gouvernement.

Duplex depuis la raffinerie de FeyzinSource : TF1 Info

QUELLE SUITE POUR LE TEXTE, EXAMINÉ AU SÉNAT ?


Après l'adoption de l'article 7 de la réforme des retraites au Sénat suite à quinze heures de débats, l'examen du texte va se poursuivre à la chambre haute. Les débats doivent reprendre aujourd'hui à 10 h 30. Les sénateurs ont jusqu'à dimanche pour achever l'examen du projet de réforme des retraites.

LYCÉES BLOQUÉS


À l'appel de la mobilisation contre la réforme des retraites par les organisations de la jeunesse, plusieurs lycées sont bloqués partout en France. C'est le cas à Bordeaux, à Marseille, à Paris ou encore à Montauban, ou Cherbourg.

CIRCULATION DIFFICILE EN ÎLE-DE-FRANCE


Peu avant 8 heures, 384 kilomètres de bouchons sont enregistrés en Ile-de-France, avec une tendance à la hausse. Un cumul bien supérieur à la moyenne, et qui est en hausse, alors que les transports dans la région restent perturbés par la grève contre la réforme des retraites.


Dans le métro, les lignes 3, 8, 10 et 13 sont effectivement très perturbées. Le trafic s'améliore néanmoins par rapport à mardi et mercredi, avec une circulation quasi-normale des bus et des tramways.

undefinedundefinedSytadin

BLOCAGE ROUTIER À NANTES


Les manifestants mobilisés contre la réforme des retraites ont mis en place un barrage filtrant dans la banlieue de Nantes avec une diffusion de tracts pour appeler à la manifestation du 11 mars, prochaine journée nationale d'action des syndicats. Bison Futé indique de son côté que des bouchons commencent par conséquent à se former suite à cette action.

UNE GRÈVE DES ÉBOUEURS QUI S'ÉTEND


Les poubelles commencent à s'entasser dans plusieurs arrondissements de Paris, comme il est possible de le voir dans le reportage ci-dessous. 35% des éboueurs municipaux sont en grève selon Régis Vieceli, secrétaire général du syndicat CGT nettoiement (FTDNEEA). 


Le mouvement s'étend également dans l'ouest, à Niort, à Nantes ou encore à Saint-Brieuc, dans les Côtes-d'Armor.

Contre la réforme des retraites, la grève des éboueursSource : TF1 Info

CENTRALES RALENTIES ET COUPURES ÉLECTRIQUES


Les grévistes d'EDF sont fortement mobilisés contre la réforme des retraites. La mobilisation dans les centrales nucléaires, thermiques et hydroélectriques a entrainé le retrait de 15.000 mégawatts du réseau électrique mercredi après-midi, selon Sébastien Ménesplier, secrétaire général de la CGT Energie. Cela représente l'équivalent de 15 réacteurs nucléaires. 


Les coupures sauvages de courant se sont également multipliées hier dans le pays, à l'initiative d'agents d'Enedis. Un dépôt d'Amazon près de Pau; à Brignoles, dans le Var (sous-préfecture); et des producteurs d’énergies renouvelables en Corrèze et dans l’Allier ont été impactés, selon Enedis.

MOBILISATION DE LA JEUNESSE


Ce jeudi 9 mars, c'est au tour de la jeunesse de se mobiliser avec un appel à la grève lancé par plusieurs organisations étudiantes. À Lille, les premiers étudiants ont bloqué toutes les entrées du campus Moulins, pour le 2e jour consécutif, comme le rapporte le correspondant TF1/LCI dans la vidéo ci-dessous.

A Lilles, les étudiants bloquent la facSource : TF1 Info

DES TERMINAUX MÉTHANIERS BLOQUÉS


Les grévistes bloquent les quatre terminaux méthaniers portuaires du pays, contre la réforme des retraites voulue par le gouvernement. Par conséquent, plus aucun gaz naturel liquéfié n'est déchargé des navires depuis mardi. 


Du gaz continue néanmoins d'arriver par gazoduc de Norvège ou d'Espagne. L'alimentation du réseau français de gaz vers les clients est par ailleurs maintenue, mais les volumes envoyés depuis les sites de stockage souterrains Storengy sont désormais réduits "entre 30 et 40%", a annoncé Frédéric Ben, responsable du gaz à la CGT Energie.

DES EXPÉDITIONS DE CARBURANTS TOUJOURS BLOQUÉES


Les expéditions de carburants sont toujours bloquées à la sortie des raffineries de TotalEnergies et d'Esso-ExxonMobil en France, avec souvent comme but de tenir jusqu'à vendredi au moins. Le gigantesque dépôt de carburants de TotalEnergies près de Dunkerque, à Mardyck, devrait même rester complètement bloqué jusqu'au 15 mars, a prévenu Clément Mortier (FO).


Les raffineries continuent de produire du carburant mais il doit, jusqu'à nouvel ordre, être stocké sur place, faute de pouvoir sortir. Quand les réserves sur site seront pleines, les raffineries devront s'arrêter, mais cela nécessiterait plusieurs jours, voire semaines de blocage. En attendant, les 10.000 stations de France comptent sur 200 dépôts de carburants.

DES TRAINS PERTURBÉS ENCORE VENDREDI


Ce jeudi, deux trains sur cinq sont prévus sur l'axe nord, un train sur deux sur l'axe est, un train sur trois sur l'axe atlantique et un train sur deux sur l'axe sud est. Le trafic SNCF sera encore perturbé vendredi.

Transports : 1 TGV sur 3, les difficultés perdurentSource : TF1 Info

ANNULATION DE 20 À 30% DES VOLS


Le transport aérien est perturbé par la grève des contrôleurs aériens, mobilisés contre la réforme des retraites. La direction générale de l'aviation civile a ainsi demandé aux compagnies aériennes qu'elles renoncent à 20 à 30% de leurs vols, jeudi et vendredi.


Air France prévoit d'assurer jeudi "près de 8 vols sur 10, dont la totalité de ses vols long-courriers", mais des retards et des annulations de dernière minute "ne sont pas à exclure".

À QUOI S'ATTENDRE DANS LES TRANSPORTS ?


Côté SNCF, un TGV Inoui et un Ouigo sur trois devraient circuler ce jeudi. Un train Intercités sur quatre est prévu pendant la journée, et ceux de nuit sont annulés. Deux TER sur cinq circuleront en moyenne. Le trafic restera également perturbé demain, a prévenu la direction.


À Paris, dans les transports en commun gérés par la RATP, le trafic devrait rester quasiment normal pour les bus et les tramways. Le métro roulera mieux que mardi et mercredi, avec un trafic quasi normal le matin au moins sur les lignes 2, 4, 6, 9 et 11. Les lignes 3, 8, 10 et 13 resteront très perturbées. 

TOUJOURS DES PERTURBATIONS DANS LES TRANSPORTS


Deux jours après une journée nationale d'action, des secteurs ont reconduit les grèves, notamment dans les transports. Cela sera le cas jusqu'à vendredi.

ARTICLE 7 ADOPTÉ AU SÉNAT


Le Sénat a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi l'article 7 de la réforme des retraites sur le recul de 62 à 64 ans de l'âge de départ.

Bonjour à toutes et tous, et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à la réforme des retraites et aux grèves. Suivez avec nous les informations de ce jeudi 9 mars.

Pas de pause pour la contestation. Deux jours après le sixième round de mobilisation contre la réforme des retraites, et au lendemain de la Journée internationale des droits des femmes, les organisations de jeunesse descendent à leur tour dans la rue ce jeudi 9 mars pour témoigner de leur opposition au projet de loi du gouvernement. 

La grève reconductible lancée mardi se poursuit quant à elle, notamment dans les transports où le trafic restera largement perturbé. 

Suivez les dernières informations dans le fil ci-dessus. 


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info