Un mois après le suicide de Lindsay, adolescente de 13 ans harcelée, une marche blanche était organisée ce dimanche dans le Pas-de-Calais.
Des centaines de personnes lui ont rendu hommage et ont défilé contre le harcèlement.

"Justice pour Lindsay, non au harcèlement scolaire" : plusieurs centaines de personnes ont défilé ce dimanche à Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais, en hommage à Lindsay, une collégienne harcelée qui s'est suicidée en mai à l'âge de 13 ans. "Le harcèlement peut mener à l'enterrement" ont scandé des voisins, amis et soutiens venus de toute la France.

Fleurs et lâcher de ballons

La mère de Lindsay, Betty Gervois, était présente au rassemblement. "Nous nous adressons à tous les enfants qui sont en souffrance : ils ne sont pas seuls", a-t-elle lancé. Elle a appelé au combat et au soutien de l'État contre "l'impunité des réseaux sociaux, Facebook, Instagram, TikTok", qui "ne peuvent pas continuer à gagner l'argent sur les propos haineux et injurieux". "Une prise de conscience est amorcée [...] jusqu'au gouvernement. C'est un souffle d'espoir", a-t-elle estimé, avant de prendre la tête de la marche blanche.

Les manifestants en t-shirts blancs, beaucoup une fleur à la main, ont défilé du collège de Lindsay jusqu'au lycée du secteur, escorté d'une trentaine de motards, avant un lâcher de ballons de retour au collège.

DENIS CHARLET / AFP
DENIS CHARLET / AFP

"Le message que l'on veut passer est surtout 'stop au harcèlement', que chacun prenne conscience, éduque ses enfants", qu'il y ait des "mesures concrètes" et "plus d'écoute dans les établissements scolaires", a justifié Magali Levecque, mère d'une amie de Lindsay, auprès de l'AFP.

DENIS CHARLET / AFP
DENIS CHARLET / AFP

La Première ministre, Élisabeth Borne, a promis de faire "de la lutte contre le harcèlement la priorité absolue de la rentrée 2023". Mais certains parents restent sceptiques : il faut "des mesures beaucoup plus fortes, une réactivité plus forte", estime Olivier Dehaen, père d'une collégienne de l'établissement, qui a fait un signalement pour harcèlement.

Dans le cas de Lindsay, quatre mineurs ont été mis en examen pour "harcèlement scolaire ayant conduit au suicide", et une personne majeure pour "menaces de mort". Une enquête administrative a aussi été ouverte par le ministère. La famille de Lindsay, elle, a déposé plainte contre l'établissement, le rectorat, des policiers et Facebook.


I.N

Tout
TF1 Info