Dans un communiqué, la Fondation Abbé Pierre se félicite d'un recul du nombre de coupures d'électricité.
Elles sont passées de 254.000 en 2021 à 157.000 en 2022.
Une décroissance qui peut s'expliquer, en partie, par la politique d'EDF menée depuis le 1 avril 2022.

D’après les chiffres du Médiateur national de l’énergie révélés ce jeudi 30 mars, le nombre de ménages ayant subi des coupures d’électricité a baissé, passant de 254.000 en 2021 à 157.000 en 2022. Une baisse significative que la Fondation Abbé Pierre souligne dans un communiqué : "Cette baisse de 32% est le résultat visible de la campagne de la Fondation pour l’abolition des coupures." 

Des limitations de puissance à la place des coupures

Cette décroissance intervient pourtant dans un climat de crise énergétique. Le fort rebond économique qui a suivi la crise sanitaire, puis le conflit en Ukraine, ont fait considérablement augmenter les prix des énergies dans le monde. En France, après une hausse d’un peu plus de 2% en 2021, le tarif réglementé de l’électricité a augmenté de 4% en février 2022, puis de 15%, en moyenne au 1er février 2023. Soit une hausse de près de 22% en deux ans, malgré le bouclier tarifaire

Une facture qui s'alourdit au fil des mois, et des foyers de plus en plus en difficulté pour régler la note. "Plus d’un Français sur quatre déclare être en difficulté pour payer ses factures d’énergie, un chiffre en constante hausse :  25% en 2021 à 27% en 2022", souligne la Fondation Abbé Pierre.

Cette baisse significative du nombre de coupures d’électricité est ainsi à mettre, en partie, au crédit de la nouvelle politique d'EDF. Depuis le 1er avril 2022, le fournisseur les a bannies en cas d'impayés pour les remplacer par des limitations de puissance avec une information préalable. La puissance est réduite à 1000 watts. Et si la Fondation Abbé Pierre abonde que "la limitation de puissance ne constitue pas une solution suffisante à la précarité", elle appelle tout le même les autres fournisseurs à suivre l'exemple d'EDF. "La Fondation Abbé Pierre appelle les autres fournisseurs d’électricité (Total, Engie…) à s’engager à abolir les coupures et demande l’inscription dans la loi de l’interdiction des coupures d’électricité dans les résidences principales."

La Fondation conclut en rappelant qu'au-delà de cette politique de "non-coupure" en trompe-l'œil, les efforts doivent se concentrer sur "la rénovation des 5,2 millions de passoires thermiques, la hausse du chèque énergie et la lutte contre la pauvreté" qui restent les meilleurs moyens de lutter contre la précarité énergétique. En effet, selon le Médiateur national de l'énergie, ce sont toujours 863.000 interventions pour impayés des factures d’énergie qui ont été mises en œuvre en 2022, 10% de plus qu’en 2021.


Pierre Antoine VALADE

Tout
TF1 Info