Enfance en danger : le casier judiciaire des familles d'accueil sera bientôt systématiquement contrôlé

Benoit Leroy avec AFP
Publié le 16 octobre 2022 à 13h44
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Face aux multiples scandales qui ont touché l'Aide sociale à l'enfance, la membre du gouvernement a annoncé une série de mesures.
L'objectif est de ne plus voir d'enfants en danger recueillis par des familles dont le profil n'a pas été contrôlé.
Du côté des foyers, le gouvernement veut éviter que les ados soient livrés à eux-mêmes.

Le gouvernement veut éviter de nouvelles défaillances. Ce dimanche 16 octobre, la secrétaire chargée de l'Enfance, Charlotte Caubel annonce que les éducateurs et les familles d'accueil verront désormais leurs antécédents judiciaires automatiquement contrôlés, avant que des enfants en danger ne leur soient confiés. La mesure s'appliquera dès le 1er novembre prochain, assure la membre du gouvernement, alors que plusieurs défaillances de l'Aide sociale à l'enfance ont été rapportées.

"Cette situation ne peut plus exister", insiste Charlotte Caubel au sujet de l'absence de contrôle des services de l'ASE sur les antécédents, voire parfois même les identités, des familles d'accueil recrutées par les services de la protection de l'enfance. Tout professionnel au contact d'un enfant, mais également tout bénévole dans son entourage - par exemple le conjoint d'un accueillant familial, ou ses enfants de plus de 13 ans - devront faire l'objet "régulièrement" de tels contrôles, via le casier judiciaire et le fichier des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (Fijais), a ajouté la secrétaire d'État.

Plusieurs centaines de recrutements dans les foyers d'accueil

"Choquée" par les "dysfonctionnements" dénoncés - enfants livrés à eux-mêmes, trafic de drogue, prostitution des adolescentes - dans un nouveau reportage de l'émission "Zone interdite", Charlotte Caubel annonce, par ailleurs, que plusieurs dizaines de personnes vont être recrutées. Une façon de renforcer les contrôles sur les foyers d'accueil d'adolescents. Enfin, 300 personnes seront formées pendant trois ans pour rendre les contrôles plus efficaces.

Lire aussi

En 2019, déjà, un premier reportage avait déjà mis en lumière les défaillances de l'accueil des enfants en danger. En 2020, en marge d'un autre documentaire, les observateurs avaient déploré le manque de changement dans l'intervalle.


Benoit Leroy avec AFP

Tout
TF1 Info