Une gigantesque collecte d'armes avait été organisée en novembre dernier.
Le résultat a été surprenant : 150.000 armes avaient été restituées par des particuliers.
TF1 s'est demandé ce qu'il était advenu de cet énorme arsenal hétéroclite.

Dans la voiture ouverte par des policiers, on trouve une cargaison un peu particulière : un total de 70 armes collectées dans la région de Rouen, lors de la grande opération de novembre dernier. Des fusils, des pistolets et des revolvers qui vivent leurs dernières heures, car ils sont sur le point d'être détruits. Le processus est fastidieux, mais essentiel. Les armuriers de la police vont procéder au "déboisage" (qui consiste à séparer les canons des crosses), et à la dépollution des armes. Ce jour-là, c'est Yann qui officie, et qui explique l'opération dans le reportage de TF1 en tête de cet article.

Entre fin novembre et début décembre de l'année dernière, 150.000 armes avaient été collectées dans le pays. Du fusil de chasse de grand-père aux armes de guerre les plus sophistiquées. Près de 99% d'entre elles ont été détruites, mais celles ayant une valeur historique seront conservées : ces armes font désormais partie du patrimoine français. Et c'est au Musée de l'Armée des Invalides, à Paris, qu'elles sont transférées provisoirement, en attendant d'être dispersées vers une centaine de musées français. "Tous les musées vont venir et faire un peu leur marché. Ils vont choisir celles qui les intéressent", nous explique l'adjudant-chef Olivier. 


La rédaction de TF1info | Reportage : Thomas Misrachi, Gilles Parrot

Tout
TF1 Info