Les jeunes Français lisent moins longtemps et moins souvent

par A. LG
Publié le 9 avril 2024 à 11h01

Source : TF1 Info

Une nouvelle étude sur les Français et la lecture montre que les jeunes consacrent de moins en moins de temps à lire au profit du temps passé sur les écrans.
Les 16-19 ans liraient ainsi 1h25 par semaine contre 5h10 passées chaque jour sur les tablettes, devant la télévision et le téléphone.

La lecture, première victime collatérale de la consommation d'écrans en augmentation constante chez les enfants ? C'est le lien que semble mettre en évidence la nouvelle étude sur les jeunes et la lecture du Centre national du livre (CNL), menée auprès de 1500 jeunes Français âgés de 7 à 19 ans, interrogés du 25 janvier au 2 février 2024, et dont les résultats viennent d'être relayés par Le Figaro.

Il en ressort que les 16-19 ans consacrent 1h25 par semaine à la lecture contre 5h10 par jour sur les écrans. Quotidiennement, chez les 7-19 ans, le contraste est encore plus éloquent puisque pour 3h11 passées sur les écrans, cette tranche d'âge consacre seulement 19 minutes à la lecture, soit quatre minutes de moins qu'en 2022.

"Effectivement c'est très couteux sur le plan cognitif donc on ne peut pas lire intensément pendant de longues heures, mais le problème c'est que si on n'entraine pas un minimum au bout d'un moment, on n'est plus capables de se focaliser sur un sujet donné, un livre, un dossier", explique dans la chronique en tête de cet article Dominique Boullier, sociologue, spécialiste des usages numériques à Sciences Po.

En d'autres termes, l'écran est à portée de main quand la lecture implique un effort. En témoigne la proportion de jeunes (61%) incapables de lire plus de 30 minutes sans s'arrêter selon l'étude, et lorsqu'ils le font, ils sont nombreux à faire autre chose en même temps comme envoyer des messages (39%), regarder des vidéos (34%), aller sur les réseaux sociaux (31%) ou encore jouer aux jeux vidéos (27%). "On ne peut plus inverser la tendance, on ne peut que la corriger", déplore auprès de nos confrères Régine Hatchondo, présidente du CNL.  "Il y a désormais un enfermement addictif avec le numérique. On peut parler de drogue, et en cela, de nouvelle guerre de l'opium", estimant qu'"on s'est laissé éblouir" et qu'"il y a eu une utopie Internet".


A. LG

Tout
TF1 Info