À l'approche de la fête des amoureux, célébrée le 14 février, l'entreprise de sex-toys Lelo a demandé à l'Ifop de questionner les Français sur leur sexualité.
Cette étude met en lumière une tendance intrigante : plus d’un quart des 18-24 ans n’ont eu aucun rapport au cours de l’année écoulée.
Un désintérêt pour le sexe qui a de multiples causes.

Les Français font de moins en moins l’amour. C’est ce qu’affirme une étude de l'Ifop*, réalisée pour l’entreprise de sex-toys Lelo et rendue publique ce lundi. Ainsi, le nombre de personnes ayant eu un rapport au cours des 12 derniers mois n’a jamais été aussi faible en cinquante ans : 76% en moyenne, soit une baisse de 15 points par rapport à la dernière grande enquête sur les comportements des Français conduite en 2006. Une tendance à la baisse qui affecte autant les hommes (78%, contre 93% en 2006) que les femmes (74%, contre 89% en 2006). Voilà peut-être un début de réponse quant aux causes de la chute historique des naissances enregistrée en France en 2023. 

S’il faut bien sûr relativiser le lien entre sexualité et procréation dans un pays à forte prévalence contraceptive, cette question se pose néanmoins quand on voit par exemple que les États-Unis affiche des taux préoccupants en matière d’activité sexuelle comme de natalité. La France n’échapperait donc pas au phénomène de récession sexuelle ("The Sex Recession") observé ces dernières années – notamment chez les jeunes – dans différentes enquêtes menées au pays de l'Oncle Sam, mais aussi au Royaume-Uni ou en Finlande.

Quand les écrans s’incrustent jusque sous la couette

Car c'est bien là que le bât blesse : cette récession concerne tout particulièrement les moins de 25 ans. Selon l'Ifop, plus d’un quart des jeunes de 18-24 ans initiés sexuellement (c’est-à-dire ayant déjà couché avec un tiers ne serait-ce qu’une fois dans leur vie) admettent n’avoir eu aucun rapport sexuel au cours de l’année écoulée, soit cinq fois plus qu’en 2006. 

Cette tendance est là aussi très similaire à celle observée outre-Atlantique : la General Social Survey montrant une explosion du nombre d’inactifs sexuels au cours des 12 derniers mois chez les jeunes de 18 à 29 ans en général (23% en 2018, contre 8% en 2008) et chez les hommes de 18-24 ans en particulier (31% en 2018, contre 19% en 2008). Et outre-Rhin, une étude a constaté la même augmentation de l’inactivité sexuelle chez les Allemands âgés de 18 à 30 ans. Les abstinents depuis au moins un an ayant été multiplié par 3 entre 2005 (7,5%) et 2016 (20,3%).

En outre, quand les Français se décident enfin à passer en position horizontale, ils ne sont plus que 43% à reconnaître avoir, en moyenne, un rapport sexuel par semaine, alors qu'ils étaient 58% en 2009. Et cet indicateur montre lui aussi que les jeunes ont une activité sexuelle relativement faible par rapport aux autres générations : 52% seulement des jeunes (initiés) de moins de 25 ans ont en moyenne un rapport sexuel par semaine, ce qui est nettement en deçà des personnes âgées de 25 à 50 ans. 

Si les causes de cette récession sexuelle sont multiples (désintérêt de plus en plus marqué pour le sexe, valorisation de l'abstinence et de l'asexualité...), les loisirs numériques (TV, réseaux sociaux, jeux vidéo, porno en ligne...) sont en grande partie pointés du doigt et sont devenus des concurrents redoutables. 

De fait, lorsque l'Ifop interroge les jeunes de moins de 35 ans vivant en couple sous le même toit, la moitié des hommes (50%, contre 42% des femmes) reconnaissent avoir déjà évité un rapport sexuel pour regarder une série Netflix. Et on retrouve cette concurrence des écrans sur le sexe pour d’autres loisirs comme les jeux vidéo – préférés au sexe par 53% des hommes de moins de 35 ans vivant en couple – ou les réseaux sociaux de partage de photos ou de vidéos (préférés au sexe par 48% des hommes de moins de 35 ans vivant en couple).

* Étude Ifop pour LELO réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 29 décembre 2023 au 2 janvier 2024 auprès d’un échantillon de 1 911 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 


Virginie FAUROUX

Tout
TF1 Info