Verif'

Fast fashion : dans le viseur d'associations, la marque Shein propose-t-elle 500.000 références de vêtements sur son site ?

Publié le 23 novembre 2023 à 10h36

Source : JT 20h Semaine

Devenu un emblème de la surconsommation et de la mode éphémère, le site Shein est pointé du doigt par une députée écologiste.
Cette dernière glisse que la marque propose un demi-million de vêtements, un volume "délirant".
Ce chiffre provient d'observations réalisées par l'association française Les Amis de la Terre.

Durant la dernière décennie, l'industrie vestimentaire a vu se développer une tendance surnommée la "fast fashion", une expression anglophone traduisible par "mode éphémère". Des marques qui, plutôt que d'effectuer un renouvellement de leurs collections à deux reprises dans l'année, les remplacent à des intervalles très courts et réguliers, de quelques semaines seulement. Des milliers de nouveaux vêtements sont ainsi proposés aux consommateurs, qui peuvent les découvrir sur des sites de vente affichant un nombre incalculable de références. Cette fast fashion est aujourd'hui incarnée par l'entreprise Shein, et dans le viseur d'élus qui dénoncent les conséquences de la surconsommation. 

La députée écologiste de l'Isère Cyrielle Chatelain s'est notamment exprimée sur les réseaux sociaux, apportant son soutien à une campagne menée par huit associations pour faire évoluer ces pratiques. On compte "500.000 références sur le site de Shein", a déploré l'élu, soit "un demi-million de vêtements" différents. Elle juge "délirant" un tel constat et appelle Bruno Le Maire et le gouvernement à prendre des dispositions.

Un calcul effectué durant un mois

D'où vient ce chiffre ? Des travaux de l'une des huit associations parties prenantes de la campagne actuelle contre la fast-fashion. Soit Les Amis de la Terre, à l'origine de cette estimation, réalisée il y a quelques mois dans le cadre d'une étude consacrée à la mode et à Shein en particulier. "Quand la mode surchauffe", est-elle intitulée, visant la marque et la "course destructrice vers toujours plus de vêtements" dans laquelle elle se trouve engagée.

Les Amis de la Terre ont observé que la firme chinoise "a ajouté sur son site plus de 7200 nouveaux modèles de vêtements par jour en moyenne, atteignant parfois 10.800 nouveaux modèles dans la journée". Dès lors, "en prenant en compte la durée de vie moyenne de 65 jours d’un modèle sur le site de l’enseigne chinoise, on peut estimer que ce sont plus de 470.000 modèles

qui sont disponibles en temps réel". C'est sur ces calculs que l'élue EELV s'est basée cette semaine dans sa communication.

TF1info a contacté Pierre Condamine, chargé de campagne surproduction au sein de l'association, qui s'est chargé d'effectuer le décompte des milliers de références sur le site de Shein. Au printemps, sur le site, dit-il, "on pouvait retrouver une rubrique qui présentait les nouveautés pour chaque jour. J'ai alors eu recours à un outil informatique permettant de réaliser une extraction des données." Les éléments récoltés ont été par la suite agrégés dans un tableur afin de réaliser des statistiques.

Le résultat final, qui approche les 500.000 références, pourrait être "sous-évalué", glisse Pierre Condamine : "Sur Shein, il y a beaucoup de catégories proposées, et nous nous sommes limités à celles qui n'intègrent que des vêtements", explique-t-il. "Dans une section comme celles des articles de pêche, vous allez très probablement aussi retrouver des vestes ou des pantalons, mais nous avons fait le choix de ne pas l'inclure à nos recensements."

Une incarnation de la surconsommation

Avec ses prix cassés et sa production en Chine, Shein fait aujourd'hui partie des marques qui incarnent la fast fashion et les dérives qui lui sont associées. D'autres enseignes sont aussi pointées du doigt, à l'instar de H&M ou Zara, mais les volumes de nouvelles références enregistrés ne sont pas comparables, malgré leur ampleur. "Si l’on compare la quantité de produits disponibles un temps réel, Shein propose en moyenne 900 fois plus de produits qu’une enseigne française traditionnelle", insistent les Amis de la Terre, réclamant désormais une régulation des pouvoirs publics. 

Une réduction de nos achats de vêtements est à privilégier pour atteindre les objectifs fixés par l'Accord de Paris.
Une réduction de nos achats de vêtements est à privilégier pour atteindre les objectifs fixés par l'Accord de Paris. - Les Amis de la Terre

Les enjeux sont multiples, soulignent les associations. L'impact environnemental de la production de vêtements est surtout mis en avant, avec des trajectoires inquiétantes en matières d'émissions de gaz à effets de serre. Les courbes observées à l'heure actuelle laissent présager que le secteur de la mode pourrait représenter à lui seul un quart des émissions de CO2 mondiales à l'horizon 2050

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur X : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Tout
TF1 Info