Souffrez-vous de fatigue compassionnelle ?

par Amandine REBOURG Amandine Rebourg
Publié le 16 mars 2018 à 14h06
Souffrez-vous de fatigue compassionnelle ?

Source : SIphotography / Thinkstock

INTERVIEW - Si vous prêtez une oreille attentive à un proche en souffrance ou simplement à un interlocuteur avec qui vous êtes en contact professionnellement, un mal vous guette si vous n'y prêtez pas attention : la fatigue compassionnelle. Un état d'épuisement assez proche du burn-out qui se caractérise par une impression de fatigue persistante que rien ne soulage, des troubles de l'humeur ou encore un pessimisme permanent.

La fatigue compassionnelle, ce mal qui guette toutes les personnes en contact avec la souffrance d'autrui ? Alors que le burn-out semble trouver sa source sur le terrain professionnel, avec notamment un défaut d'organisation, une surcharge de travail quotidienne, une ambiance délétère, la fatigue compassionnelle, elle, se caractérise plutôt par une surcharge émotionnelle intense. L'un des premiers à avoir théorisé cet état d'épuisement est Charles Figley, un professeur et directeur de l'Institut de Traumatologie de l'Université de Tulane aux Etats-Unis. A la suite de travaux, il a décrit la fatigue compassionnelle comme "un stress traumatique provoquant un état extrême de tension et de préoccupation généré par la souffrance de la personne à qui l'on vient en aide". 

Certains métiers sont particulièrement exposés à la fatigue compassionnelle comme les professionnels de santé, les aidants, les pompiers et les policiers, les gendarmes, les humanitaires, les journalistes ou encore les représentants du personnel ainsi que ceux qui travaillent dans l'insertion. Pour LCI, Philippe Zawieja, chercheur associé à MINES ParisTech et à l'Université de Sherbrooke (Canada), équipe Organisations en santé et coordonnateur du Dictionnaire de la fatigue (éditions Droz, 2016) et du Dictionnaire des risques psychosociaux (Le Seuil, 2014), nous éclaire sur le sujet.

Lire aussi
Lire aussi

Les symptômes les plus manifestes sont les changements d’humeur

Philippe Zawieja

Lorsqu’on demande à des cadres de faire davantage preuve d’empathie, il faut se demander dans quelle mesure cette demande-là n’alimente pas des mécanismes proches de la fatigue compassionnelle

Philippe Zawieja

Lire aussi

Il faut être vigilant envers ses collègues et subordonnés

Philippe Zawieja


Amandine REBOURG Amandine Rebourg

Tout
TF1 Info