FOBO : quelle est cette peur renforcée par l'intelligence artificielle ?

par Marjorie RAYNAUD pour TF1 INFO
Publié le 1 avril 2024 à 21h00

Source : Bonjour !

FOBO, pour "Fear of being obsolete", signifie la peur d’être obsolète, dépassé.
Ce syndrome est associé à la crainte d’être remplacé par l’intelligence artificielle.
Une peur potentiellement fondée puisque 10 % des métiers actuels sont susceptibles d’être supprimés.

Après le FOMO (Fear of missing out), soit la peur de manquer quelque chose, le FOBO inquiète un bon nombre de travailleurs. Si ce terme est né d’une étude d’observation américaine dans les années 2000, ce n’est que depuis peu qu’il fait parler de lui. FOBO, pour "Fear of being obsolete", désigne la crainte des travailleurs d’être remplacé par l’intelligence artificielle

La peur de se faire voler son emploi par l’intelligence artificielle augmente

D’après une étude réalisée en 2023 par l’institut de sondage Gallup, 24 % des Américains employés à des postes ouvriers redoutent d’être évincés de leur emploi par l’IA. Le FOBO est surtout en augmentation parmi les individus hautement qualifiés. En 2023, ils sont 20 % à s’inquiéter de la monté en puissance de l’IA, contre 8 % en 2021. Cette crainte est également plus forte chez les jeunes de 18 à 34 ans (28 %), conscients que ChatGPT et ses consorts vont évoluer à un rythme bien plus rapide que le leur.

FOBO : cette crainte est-elle réellement fondée ?

Il y a quelques années, l’automatisation des usines inquiétait, à titre légitime, les salariés de milieux agricoles et ouvriers. Désormais, l’intelligence artificielle menace d’autres métiers plus qualifiés, notamment ceux des bureaux. Graphistes, vidéastes, traducteurs, développeurs web, agents de voyage… L’IA s’implante dans tous les domaines ou presque, mais peut-on vraiment remplacer tous les travailleurs ? 

Les réponses sont plus ou moins nuancées. Si l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estime que 10 % des emplois disparaîtront et 27 % des professions seront profondément changées par l’intelligence artificielle, mais pas forcément remplacées, la banque Goldman Sachs se montre plus radicale. Selon l’établissement financier américain, “deux tiers environ des métiers actuels sont exposés à un certain degré d'automatisation par l'IA.” Un quart de l'ensemble du marché pourrait être entièrement affecté par l'IA en Europe et aux États-Unis, précise le rapport.

Lors d’un entretien accordé à The Atlantic, Sam Altman, PDG de OpenAI, la start-up derrière ChatGPT, ne nie pas les changements à venir au sein du marché de l’emploi. S’il affirme que “certains métiers vont disparaître, de nouvelles catégories d’emplois verront le jour”. Confiant sur le nouveau modèle professionnel à venir, il est certain que “personne ne voudra revenir en arrière.”


Marjorie RAYNAUD pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info