Après une fusillade qui a endeuillé la communauté kurde de France, un rassemblement a été annoncé.
Il doit avoir lieu samedi, place de la République, à Paris.
Les représentants de la communauté kurde, qui appellent "au calme", sont reçus à 10 heures par le préfet de police.

Après le choc, le temps du recueillement. Quelques heures après la fusillade qui a couté la vie à trois personnes et blessé trois autres, ce vendredi à Paris, la communauté kurde a annoncé un rassemblement.

Un grand rassemblement doit avoir lieu ce samedi à midi, place de la République à Paris, à l'appel du Conseil démocratique kurde en France. Le porte-parole de ce dernier a déclaré attendre "des autorités françaises que toute la lumière soit faite sur cette affaire", lors d'une conférence de presse.

Des affrontements à Paris

Ce vendredi, de violents incidents ont éclaté dans l'après-midi dans le quartier entre manifestants et forces de l'ordre qui ont répliqué à des lancers de projectiles par des jets de gaz lacrymogènes. Des poubelles ont été incendiées et des barricades érigées dans la rue. Les vitres de plusieurs véhicules civils et de police ont été brisées par des pavés et briques, et de nombreux feux ont été allumés sur la chaussée, rue du Faubourg Saint-Denis et boulevard de Strasbourg.

Malgré "le deuil" et "la colère", le porte-parole de l'association kurde CDKF, Agit Polat, a appelé "au calme, à la retenue" avant ce rassemblement, samedi matin sur France Info. "Il faut faire avancer l'enquête pour éclaicir cette affaire qui est politique et terroriste pour nous", a-t-il ajouté. 

La tension est vive au sein de la communauté kurde : l'attaque de vendredi survient près de 10 ans jours pour jour après l'assassinat le 9 janvier 2013, de trois militantes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), déjà dans le Xe arrondissement. L'enquête judiciaire en France, toujours en cours, avait relevé "l'implication" de membres des services secrets turcs, sans désigner de commanditaires.

Les représentants de la communauté kurde doivent être reçus, ce samedi à 10 heures, par le préfet de police Laurent Nunez. 


TG

Tout
TF1 Info