Cyberharcèlement : la youtubeuse Manon Lanza cible d'une déferlante sexiste après un accident sur GP Explorer

par Sarah BOUMGHAR avec AFP
Publié le 14 septembre 2023 à 13h04

Source : Sujet TF1 Info

Manon Lanza, jeune youtubeuse de 30 ans, a eu un accident lors du GP Explorer, course de F4 entre des personnalités issues des réseaux sociaux.
Des centaines de messages insultants et misogynes à son encontre ont été postés sur les réseaux sociaux.

Une déferlante de haine sexiste. La créatrice de contenus Manon Lanza a essuyé une vague de cyberharcèlement après son accident lors de la deuxième édition GP Explorer samedi dernier, course de Formule 4 entre géants d'Internet sur le circuit du Mans, organisé par Squeezie, youtubeur le plus populaire du pays.

La jeune femme a été contrainte de déclarer forfait après un carambolage entre sa voiture et celle d'un autre youtubeur, Maxime Biaggi, lui aussi forcé de quitter la course. "Tout se passe tellement vite. Je roule à 160, 170km/h, et en une fraction de seconde, je passe au-dessus de sa roue, je me fais projeter en l'air, je retombe sur le bitume avant de me faire éjecter dans le bac. J'ai la tête qui cogne, le choc est assez violent, ça me coupe la respiration", se remémore-t-elle. 

"Plus de 10.000" messages

Alors qu'elle est extraite avec précaution de sa voiture pour être transportée à l'hôpital, de nombreux messages postés sur les réseaux sociaux et la plateforme Twitch, où l'évènement était retransmis, lui attribuent, déjà, la responsabilité de l'accident. De retour de l'hôpital avec une hernie cervicale, elle fait défiler les injures sur son écran. "Femme au volant, mort au tournant", "Retourne dans ta cuisine", "T'as niqué la course de Maxime" : les adresses, malveillantes et misogynes, se multiplient. "Il y avait énormément de messages sous mes publications, parfois plus de 10.000. Également des DM (messages privés) mais la haine était surtout sur Twitter", raconte Manon Lanza. 

L'épisode de cyberharcèlement n'a suscité que peu de réactions du côté des participants de la course. Squeezie, lui, a fini par prendre la parole sur sa chaîne Twitch, au bout de trois jours, ce mercredi. "Vous nous faites honte", a-t-il notamment déclaré. "J'aurais aimé que la réaction soit plus immédiate de la part des youtubeurs et qu'ils se sentent autant concernés en tant qu'homme qu'une femme peut l'être", estime de son côté Manon Lanza. 

Messages insultants, photomontages sur des corps d'actrices porno, scénarios sexuels… Les streameuses dénoncent régulièrement les cyberviolences sexistes et sexuelles dont elles sont la cible, malgré les engagements et les mesures pris et mises en place par les plateformes.


Sarah BOUMGHAR avec AFP

Tout
TF1 Info