La CGT a expliqué jeudi que les salariés TotalEnergies n'étaient pas "prêts" à arrêter les raffineries du groupe dans l'immédiat.
Le syndicat appelle finalement à un mouvement de grève de 48h à compter du 7 février.
Et veut "tester" les grèves reconductibles avant de penser à un arrêt des sites.

Un test avant d'entrevoir des actions plus radicales. La CGT a indiqué ce jeudi 2 février que les salariés de TotalEnergies n'étaient pas "prêts" à arrêter les raffineries du groupe dans l'immédiat. Ces mesures étaient envisagées dans le cadre du mouvement de protestation en France contre la réforme des retraites, qui prévoit notamment de décaler l'âge légal de départ à 64 ans. 

Alors qu'il appelait à un débrayage de 72 heures à compter du 7 février, le syndicat a par ailleurs revu l'appel à la mobilisation à la baisse avec une grève de 48 heures mardi et mercredi. "Ce qu'on va leur proposer pendant 48 heures, c'est 'rien ne rentre, rien ne sort', comme d'habitude". Pour "savoir si les salariés sont prêts" à un arrêt, il faut d'abord "tester des (grèves) reconductibles", a indiqué à l'AFP Thierry Defresne, secrétaire CGT du comité TotalEnergies Europe.

D'autres mouvements de grève prévus

La date du 7 février correspond à la troisième journée de mobilisation organisée à travers la France contre la réforme des retraites, après celles du 19 et 31 janvier qui ont vu le nombre de manifestants grandir, mais le taux de grévistes chuter dans de nombreux secteurs. Chez les salariés des raffineries et des dépôts de pétrole, le taux de personnels ayant cessé le travail était resté stable, compris entre 75 et 100% ces deux jours.

Des appels à la grève ont également été lancés dans d'autres secteurs à compter du 7 février. À la SNCF, la CGT-Cheminots et SUD-Rail ont appelé à cesser le travail mardi et mercredi, prélude à un préavis reconductible "dès la mi-février". En plein pendant les vacances d'hiver. En Île-de-France, l'intersyndicale des organisations représentatives à la RATP a en outre appelé à nouveau à la grève les 7 et 11 février. 


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info