Les syndicats appellent à une 8e journée de mobilisation ce mercredi 15 mars pour protester contre la réforme des retraites.
La date n'a pas été choisie au hasard : il s'agit du jour de la commission mixte paritaire, passage obligé pour le texte.
Voici les prévisions.

Mobilisation contre la réforme des retraites, acte 8. Une nouvelle fois, les principaux syndicats du pays appellent les Français à défiler dans la rue ce mercredi 15 mars pour protester contre le projet de loi du gouvernement, quatre jours après de précédentes manifestations. Et la date ne relève pas du hasard : au moment où les syndicats tenteront une nouvelle démonstration de force dans la rue, députés et sénateurs seront réunis en commission mixte paritaire pour tenter de s'accorder sur une même version du texte, ouvrant ainsi la voie à un vote des deux chambres.

Des manifestations partout en France

Comme depuis le début de la contestation mi-janvier, des mobilisations vont avoir lieu partout en France. Sans surprise, la plus importante se déroulera dans la capitale. À Paris, le cortège s'élancera depuis l'esplanade des Invalides à 14h, indique la préfecture de police dans un communiqué. Les manifestants marcheront via la rue de Grenelle, le boulevard des Invalides, le boulevard du Montparnasse et le boulevard de Port-Royal, pour arriver place d'Italie à 19h.

Selon les informations de TF1-LCI, les services de renseignements territoriaux prévoient entre 650.000 et 850.000 manifestants partout sur le territoire. Un total de 230 actions seront organisées. À Paris, entre 50.000 à 80.000 manifestants sont attendus.

Du mieux dans les transports...

Malgré cette huitième journée de mobilisation, il ne devrait pas être trop difficile de circuler sur le réseau RATP. À Paris, l'entreprise dirigée par Jean Castex prévoit un trafic quasi normal sur le métro (à l'exception de la ligne 12 - 1 train sur 3 l'après-midi -, des lignes 2, 7 et 8 - 2 trains sur 3 -, de la ligne 3 - 1 train sur 2 -, et de la ligne 13 - 1 train sur 2 entre 6h et 20h).

Du mieux, en revanche, il n'en sera pas franchement question sur le réseau SNCF. Au niveau national, le groupe ferroviaire prévoit 3 TGV sur 5, et seulement 2 TER sur 5. Le trafic sera également toujours perturbé en Île-de-France : seules les lignes Transilien K et U, ainsi que les tramways T4, T11 et T13, circuleront normalement.

Pas plus que dans les airs. Ce mardi, la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes d'annuler 20% de leurs vols à Paris-Orly pour le lendemain en raison de la grève des contrôleurs aériens.

...Pas pour les déchets parisiens

Pas question non plus d'un retour à la normale sur les trottoirs parisiens. Depuis neuf jours, les déchets s'entassent dans la capitale : plus de 6000 tonnes de poubelles n'ont pas été ramassées en raison de la grève. Et cela devrait encore durer. Les éboueurs et agents de propreté de la Ville de Paris ont voté ce mardi la poursuite de la grève "au moins jusqu'au 20 mars", lors d'une assemblée générale sur le site d'incinération d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). 

Et à l'école ?

En milieu scolaire, les professeurs comptent aussi poursuivre leur mobilisation. Le 7 mars dernier, quelque 29,63% des enseignants avaient fait grève, selon des données du ministère de l'Éducation nationale. Difficile d'anticiper le chiffre de ce mercredi, mais "l'heure est au durcissement du rapport de force", réclame le syndicat SUD Éducation. Au point de perturber le bac ? "La passation des épreuves de spécialités les 20, 21 et 22 mars est l'occasion de hausser d'un cran le rapport de force", écrit-il dans un communiqué.

L'énergie toujours perturbée

Dans l'énergie aussi, la mobilisation s'amplifie. Les quatre terminaux méthaniers qui permettent d'importer du gaz naturel liquéfié en France ont reconduit ce mardi leur mouvement de grève jusqu'à la semaine prochaine, indique la CGT à l'AFP. Il en est de même dans le secteur de l'électricité, où des baisses de production sont toujours à l'ordre du jour.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info