Votre pouvoir d'achat

Grève pour la hausse des salaires : à quoi faut-il s'attendre ce jeudi ?

Léa COUPAU
Publié le 17 mars 2022 à 8h06
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Ce jeudi, plusieurs syndicats dénoncent la baisse du pouvoir d'achat des Français et appellent à une nouvelle journée de grève et de manifestations interprofessionnelles.
La rédaction de TF1Info fait le point sur les perturbations à prévoir.

À moins d'un mois de la présidentielle, des milliers de personnes défileront, ce jeudi, pour réclamer une revalorisation des salaires et des retraites. "Plus de 150 points de rassemblement" sont prévus dans toute la France, selon la CGT, à l'appel d'une intersyndicale CGT, FSU, Solidaires, Unsa et de plusieurs organisations lycéennes. Des perturbations sont également attendues dans les transports, où la CGT appelle à la grève sur le même sujet.

Quelles sont les revendications ?

La guerre pèse sur les esprits et "aplatit le débat", admet Simon Duteil, codélégué de Solidaires. Mais "cela n'efface en rien les difficultés que l'on rencontre au quotidien, avec un pouvoir d'achat de plus en plus bas face à l'inflation", tempère Céline Verzeletti, dirigeante confédérale CGT. Dans un communiqué, le syndicat "défend une augmentation générale des salaires dans le secteur privé et des traitements dans la fonction publique, en commençant par les plus bas salaires". "Il faut également augmenter les montants des bourses destinées aux étudiants et les pensions que touchent les retraités", ajoute la CGT.

L'inflation, mesurée par l'Insee à 3,6 % sur un an en février, inquiète également. "Il est de notre responsabilité de maintenir l'agenda social dans l'actualité", affirme du secrétaire général de l'UNSA, Laurent Escure. "Nos démocraties ne doivent pas être anesthésiées. Elles doivent continuer de fonctionner, y compris sur le terrain social", plaide-t-il.

Absente lors des précédentes manifestations de janvier et octobre, l'Union a rejoint l'intersyndicale avec un slogan qu'elle espère mobilisateur : "Urgences salaires ! Faites le 17 (mars)". De son côté, pourtant présent lors de la dernière journée mobilisation, le 27 janvier, le syndicat Force ouvrière n'a pas répondu à l'appel à la grève.

Où seront les perturbations ?

 À Paris, le cortège partira à 14h de la place de la République, direction Chaussée d'Antin - La Fayette. Ailleurs, les manifestants se donnent rendez-vous à 11h30 , à Bordeaux, à 11h, à Marseille et à Nantes, devant les préfectures. Pour les autres villes, la CGT a publié une carte interactive de l'ensemble des rassemblements prévus pour la journée.

Du côté des perturbations, certaines écoles et accueils ou activités périscolaires seront touchés. "Jeudi 17 mars, à l'appel des organisations professionnelles qui réclament une revalorisation salariale des enseignants, toute l'équipe pédagogique de l'école sera en grève. Il n'y aura pas d'accueil à l'école ce jour-là", ont pu recevoir certains parents en début de semaine. 

Pour les transports, le trafic SNCF sera très peu impacté, hormis dans l'Est, où seul un TGV sur deux circulera vers Strasbourg, Reims et Metz/Nancy avant un retour à la normale vendredi.

Le trafic sera normal ou quasi normal sur le TER dans l'ensemble des régions avec "quelques adaptations à prévoir en Grand Est et Occitanie", a précisé un porte-parole de la compagnie. Du côté de la RATP, en région parisienne, le RER C ne propose pour l'heure que 3 trains sur 4 en moyenne.  

Lire aussi

C'est la deuxième journée de mobilisation sur les salaires après la manifestation du 27 janvier qui avait réuni 89.000 manifestants en France selon les autorités, plus de 150.000 selon les organisateurs. 


Léa COUPAU

Tout
TF1 Info