Grippe aviaire : 2 millions de volailles abattues en décembre, la France veut vacciner à l'automne 2023

TG
Publié le 22 décembre 2022 à 22h01

Source : JT 20h Semaine

Depuis le 1er août, 3,3 millions d'oiseaux ont dû être abattus en France.
Le ministère de l'Agriculture a annoncé jeudi son objectif de lancer la première vaccination de volailles à l'automne 2023.
Si un vaccin est trouvé d'ici là.

Les ravages de la grippe aviaire. Selon le ministère de l'Agriculture, 3,3 millions d'animaux ont déjà été abattus en France du 1er août au 21 décembre, dont une moitié de canards. Pour éviter un drame similaire l'an prochain, le gouvernement français s'est fixé jeudi l'objectif de lancer la première vaccination de volailles à l'automne 2023.

L'accélération de la propagation du virus est liée non seulement à la baisse des températures, mais aussi à la "forte activité migratoire des oiseaux sauvages", indique le ministère. Au total, 226 foyers ont été répertoriés dans les élevages depuis le 1er août. L'épidémie continue notamment de ravager ceux situés en Vendée (94 foyers), dans le Maine-et-Loire (38 foyers) et les Deux-Sèvres (33 foyers). La précédente vague en France, entre fin novembre 2021 et mi-mai 2022, avait entraîné l'euthanasie de plus de 20 millions de volailles.

Aucun vaccin suffisamment efficace à ce stade

Malgré de nombreux obstacles, le ministère de l'Agriculture a présenté jeudi les grandes lignes d'un plan d'action pour "éviter une nouvelle crise" l'automne prochain. Un véritable défi logistique, sachant qu'il n'existe à ce stade aucun vaccin suffisamment efficace, disposant d'une autorisation de mise sur le marché, et encore moins de réglementation européenne autorisant la vaccination. Selon le calendrier présenté jeudi, les premiers résultats des expérimentations en laboratoire devraient être connus autour de mars 2023. "A date, ils sont plutôt encourageants, avec une bonne réponse au virus", selon le ministère.

À la même période, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sera tenue de présenter différents "scénarios de vaccination pertinents". Elle pourra préconiser, par exemple, de commencer par certaines espèces, canards et dindes étant les plus fragiles. L'État français tâchera alors de définir sa stratégie vaccinale, de chiffrer son coût, et de déterminer qui paiera.

L'épizootie de grippe aviaire actuelle est la "plus dévastatrice" qu'ait connue l'Europe de toute son histoire, ont estimé mardi les autorités sanitaires européennes, avec plus de 50 millions d'oiseaux abattus dans les seuls élevages infectés entre 2021 et 2022. Les éleveurs, psychologiquement et financièrement éprouvés, auraient du mal à supporter un troisième hiver ravageur, alors que le virus est en train de devenir endémique sur le continent.


TG

Tout
TF1 Info