L'info passée au crible
Verif'

Non, des magasins Chanel n'ont pas été "décorés" de stickers d'Hitler

Caroline Quevrain
Publié le 8 avril 2022 à 18h16
Un magasin Chanel à Moscou

Un magasin Chanel à Moscou

Source : AFP

Une influenceuse russe a publié une vidéo présentée comme étant du "Figaro" et liant la marque Chanel au nazisme.
Mais le journal n'est pas à l'origine de cette séquence.
Des stickers d'Hitler n'ont d'ailleurs jamais été collés sur des magasins parisiens, nous confirme la marque.

Face au scandale, Victoria Bonya a tenu à prévenir les 9,3 millions de personnes abonnées à son compte Instagram. "C'est triste de voir ça ! Et aussi triste d'être discriminé par l'une des plus grandes marques de mode ! J'espère que @chanelofficial s'excusera devant les femmes russes qui ont été si maltraitées dans leurs magasins... D'un autre côté, c'est vraiment triste de voir cela en 2022... Au lieu de diffuser un message d'amour et de paix dans le monde, ces actions séparent les gens !", a écrit la jeune influenceuse russe, sous une vidéo postée jeudi 7 avril. Cette séquence de moins d'une minute présentée comme étant réalisée par le Figaro revient sur le collage de stickers à l'effigie d'Hitler sur plusieurs magasins Chanel, à Paris.

"Il s’agit probablement d’une allusion au récent scandale impliquant des clients russes de Chanel", peut-on lire dans les sous-titres écrits en français. Une référence à la décision de la marque de ne plus vendre d’articles à ses clients résidant en Russie, alors que de plus en plus de sanctions visent à geler l’économie russe.

La vidéo revient ensuite sur les liens de la couturière Coco Chanel avec le nazisme pendant la Seconde guerre mondiale. La séquence est présentée comme montée et écrite par le site du Figaro, avec un bandeau "Le Figaro Live" s’affichant dès les premières secondes. Et a bénéficié d’une notoriété certaine : en 24 heures, elle a déjà dépassé les 400.000 vues. Sauf que le quotidien français n’a rien à voir avec ce montage. Il l’a d’ailleurs démenti sur Twitter le lendemain de la publication, en répondant à une journaliste qui s’interrogeait : "Le Figaro n’a jamais publié cette vidéo. C’est une publication fallacieuse, conçue avec des photomontages, qui détourne outrageusement notre charte graphique. Le Figaro dénonce vigoureusement ce procédé." Le bandeau utilisé reprend effectivement les codes esthétiques adoptés par le journal dans ses vidéos sur Youtube.

Depuis sa publication, la vidéo a capitalisé plus de 400.000 vues en 24h sur le compte Instagram de Victoria Bonya

Une vidéo destinée à tromper volontairement son auditoire et à la faire passer pour une information vérifiée. Si son origine est fausse, qu’en est-il maintenant des images montrant des magasins Chanel affublés de stickers d’Hitler ? A-t-on affaire à des photomontages, comme l'avance Le Figaro ? D’après la vidéo, ces photographies datent de "dimanche" dernier, le 3 avril. Elles ont notamment été publiées sur Twitter le 7 avril par Danny Amstrong, un journaliste britannique vivant à Moscou. Il n’est pas difficile de reconnaitre Paris sur ces quatre images : on distingue par exemple l’architecture parisienne, un panneau de signalisation ou bien un feu de circulation comme ceux de la ville. Par ailleurs, l'une d'elles montre une cliente s’apprêtant à rentrer dans un magasin. Celle-ci porte un masque, suggérant une temporalité assez récente. 

Mais l’information n’a pas été reprise par la presse française, ce qui permet de douter de son authenticité. Seule la presse suisse et ukrainienne en font état les 7 et 8 avril. Et pour cause : nous avons sollicité Chanel, qui "confirme que ces images sont issues de photomontages et que ses boutiques parisiennes n’ont pas été taguées". La marque "dénonce fermement cette imagerie scandaleuse véhiculée sur les réseaux sociaux et qui par ailleurs usurpe l’identité d’un média". 

Lire aussi

Ce montage de la propagande prorusse, sans que son auteur ait pu être identifié, vise en réalité à nuire à l'image de la marque et à sa prise de position récente. 24 heures après sa publication et malgré ces démentis, la vidéo était toujours visible sur Instagram. Par ailleurs, le blocage de Chanel envers ses clients de Russie a suscité une vague de protestation dans le pays et sur les réseaux sociaux, où des jeunes influenceuses russes se sont filmées découpant au ciseau leur sac de la marque.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline Quevrain

Tout
TF1 Info