20% des enfants et adolescents sont victimes de cyberharcèlement, selon une étude

Publié le 6 octobre 2021 à 12h11

Source : JT 20h Semaine

HAINE - Selon une étude réalisée par e-Enfance et par la Caisse d'épargne, et publiée ce mercredi par France Bleu, 20% des enfants et adolescents disent avoir déjà été victimes de cyberharcèlement.

Sur les réseaux sociaux, la haine se déverse à grande échelle. Selon une étude réalisée par e-Enfance, association de protection de l'enfance sur Internet, et par la Caisse d'épargne ; et divulguée ce mercredi 6 octobre en exclusivité par France Bleu, 20% des jeunes disent avoir déjà été confrontés à une situation de cyberharcèlement.

Humiliations, insultes ou divulgation de photos intimes... Les atteintes sont aussi nombreuses que cruelles. La jalousie et la vengeance sont les motifs les plus évoquées (45%), révèle l'enquête, réalisée entre avril et mai 2021 auprès de 1204 binômes parent-enfant. Les personnes sondées citent aussi à 38% les différences de goûts et de comportements et à 36% les différences physiques et de look.

Les jeunes adolescentes, cibles privilégiées du cyberharcèlement

Alors que les enfants ont, en moyenne, accès à leur premier appareil numérique à 10 ans, 63% des enfants interrogés indiquent être inscrits sur un ou plusieurs réseaux sociaux. En tête des plateformes les plus utilisées : Snapchat, YouTube, Instagram ou encore TikTok. Sur ces réseaux, les enfants et adolescents passent deux heures par jour sur les réseaux sociaux pour communiquer et échanger avec leur groupe d’amis (83%), suivre ce que font les autres (55%), et rechercher des contenus divertissants pour s’amuser (53%).

Les jeunes adolescentes font partie des utilisateurs les plus assidus de ces plateformes. Elles sont en général plus équipées que les autres, inscrites sur plus de réseaux sociaux différents et se rendent plus souvent sur les jeux en ligne en réseau, indiquent les auteurs de l'étude. Ce sont donc elles qui sont le plus souvent visées par le cyberharcèlement. Selon l'enquête, celui-ci touche 51% des adolescentes âgées de 13 ans en moyenne.

Cyberharcèlement : comment les auteurs de menaces sont-ils identifiés ?Source : JT 20h Semaine

Mais au-delà de ces représailles, souvent violentes, 30% des jeunes interrogés déclarent également avoir été choqués "par des contenus rencontrés involontairement sur Internet ou les réseaux sociaux". Cela concerne 22% des enfants à l'école primaire, 29% au collège et 40% au lycée. Pour autant, les jeunes internautes sont peu nombreux à se méfier des dangers de la Toile : seuls 34% des adolescents interrogés ont le sentiment de courir des risques en surfant sur Internet et seuls 35% des enfants disent craindre le cyberharcèlement. 

83% des parents disent ne pas savoir exactement ce que font leurs enfants sur Internet

Si les parents semblent bien informés des risques de cyberharcèlement, et que 75% d'entre eux s'inquiètent que leurs enfants en soient victime, ils sont néanmoins 83% à reconnaître qu'ils ne savent pas exactement ce que font leurs enfants sur Internet ou sur les réseaux sociaux. 78% déclare également "ne pas avoir le contrôle total de ce que font leurs enfants" sur ces plateformes, indique l'étude.

Mardi, un protocole pour donner aux parents les outils pour maîtriser l'usage des écrans par les enfants et adolescents a été signé entre le gouvernement et de nombreux acteurs du numérique dont Apple, Facebook, TikTok, Samsung, YouTube, Google, Netflix, France TV, SFR, Orange, Bouygues Telecom, ainsi que le CSA et des associations de protection de l'enfance. Il vise à élargir le site jeprotegemonenfant.gouv.fr avec des informations et des outils pratiques et simples à destination des parents. 

Les partenaires s'engagent à proposer au moins un outil gratuit, ou à mettre en place des solutions destinées à protéger les jeunes contre la surexposition aux écrans et les contenus inappropriés, ou à informer l'utilisateur ou promouvoir ces outils. Ils fourniront les informations appropriées en lien avec leurs appareils, services et produits afin de les mettre à disposition des parents sur le site jeprotegemonenfant.gouv.fr.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info