Harcèlement scolaire : 77% des jeunes déclarent avoir subi des violences à l’école

par Aurélie LOEK
Publié le 8 novembre 2022 à 6h20, mis à jour le 10 novembre 2022 à 12h20
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Selon un sondage OpinionWay publié par la fondation Apprentis d'Auteil, le harcèlement scolaire concernerait près de huit jeunes sur dix.
Si les violences sont en grande majorité verbales, elles peuvent également être physiques et psychologiques.
Les formes graves seraient par ailleurs fréquentes.

Un phénomène de grande ampleur. Sept ans après que la journée nationale de lutte contre le harcèlement à l'école a été créée, le harcèlement scolaire continue de faire des ravages dans les établissements. Si Emmanuel Macron déclarait à la veille de la rentrée qu'un million de jeunes seraient concernés par an, un sondage OpinionWay pour la fondation Apprentis d'Auteil révèle que le harcèlement scolaire serait bien plus important encore.

Le collège, principal lieu de harcèlement scolaire

D'après les résultats de l'enquête, ce serait près de huit jeunes sur 10 qui déclareraient avoir subi des violences au sein de l'école, soit 77% des jeunes scolarisés. Si les violences prennent des multiples formes, elles sont majoritairement verbales selon les jeunes interrogés. Les formes graves sont par ailleurs fréquentes puisque 26% des jeunes déclarent avoir subi du harcèlement moral, 15% des coups et 14% du sexisme, du harcèlement sexuel ou des violences sexuelles.

Le collège serait par ailleurs le lieu où se concentrent principalement les violences. Certains peuvent néanmoins être victimes dès le plus jeune âge, des jeunes interrogés rapportant des faits dès la maternelle. 30% des jeunes déclarent avoir été

victimes de violences dès le primaire ou avant. Or ces violences ont des conséquences, entrainant baisse de confiance en soi, décrochage et phobie scolaires et effets néfastes sur la santé mentale et physique. 26% des jeunes interrogés font même état d’idées suicidaires.

Pourtant, face à un tel impact sur la vie de l'enfant, très peu parviennent à en parler. Selon le sondage, suite à des violences subies à l'école, un jeune sur cinq n'en a pas parlé. 28% des jeunes déclarent par ailleurs avoir déjà été témoins de cyberharcèlement sans l’avoir dénoncé, alors même qu’ils sont 56% à faire état de la circulation sur les téléphones portables de vidéos ou de photos humiliantes de jeunes de leur établissement.

Lire aussi

D'après l'étude, les causes des violences sont multiples, à la fois sociales et structurelles. Pour autant, la violence peut également provenir de l'école, la fondation Apprentis d'Auteil pointant du doigt un "manque de moyens ou de formations des personnels". Par ailleurs, près d'un jeune sur deux ne se sent pas encore suffisamment informé sur ces questions de violences.

Dans ce cadre, l'Éducation nationale a prévu une campagne de sensibilisation pour la journée de lutte contre le harcèlement scolaire, fixée cette année le 10 novembre. Des dispositifs d'alerte et d'écoute sont aussi disponibles toute l'année, au 3020 pour les situations de harcèlement scolaire et au 3018 pour des situations de cyberharcèlement.


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info