États-Unis : ils sauvent 24 poneys sur le point de mourir de faim

Capucine Moulas
Publié le 27 septembre 2016 à 17h26
États-Unis : ils sauvent 24 poneys sur le point de mourir de faim

Source : Facebook/Redemption Road Rescue

L'essentiel

SAUVETAGE – À Jacksonville dans le Tennessee, une association de protection des chevaux est venue en aide à 25 chevaux et poneys miniatures maltraités et affamés. Les petits équidés ont été placés en soins vétérinaires intensifs.

L’association Redemption Road Rescue décrit cette opération comme "le plus grand sauvetage" qu’elle a connu. Cette équipe dédiée à la protection des chevaux dans le Tennessee aux États-Unis vient de sauver in extremis 19 poneys miniatures et cinq chevaux affamés près de la ville de Jackson. Malheureusement, un petit équidé est décédé avant leur arrivée.

"Leur environnement et leur état était déplorables."

L’association Redemption Road Rescue

"La plupart des chevaux sont proches de mourir de faim", a alerté l’association dans un message posté le 25 septembre sur Facebook. "Mais grâce à des soins vétérinaires et un programme de réalimentation strict, tous ces petits bonhommes et braves filles vont aussi bien qu’ils le peuvent", précisent les sauveteurs.

Les photos partagées par Redemption Road Rescue font froid dans le dos. Des os saillants, des sabots fendus, des lèvres sèches… les petits poneys enfermés dans une parcelle sans herbe ont triste allure. "Leur environnement et leur état était déplorables", commente un membre de l’association. "S’ils sont en vie, c’est parce que nous les avons mis en sécurité et confiés aux vétérinaires".

Une mise en examen pour cruauté envers les animaux

La propriétaire des 25 équidés, une femme de 54 ans, a été mise en examen le 19 septembre pour cruauté envers les animaux. Selon la presse locale, WBBJ 7,  l’intéressée a expliqué qu’elle avait elle-même sauvé ces animaux d’un camion en direction de l’abattoir et tentait de les soigner. Un agent du département de l’agriculture de l’état avait pourtant mis la propriétaire en garde quant à ses mauvais soins.

L'association, qui compte sur les dons des particuliers pour offrir tous les soins nécessaires, reste optimiste. "Certains d’entre eux avaient de l’herbe. Leur rétablissement sera plus rapide et ils seront bientôt disponibles à l’adoption", note-t-elle. Les autres poneys, désormais sains et saufs, resteront sous la surveillance du refuge jusqu’à la fin de leur convalescence.