Impôts : les agents du fisc épuisés par la surcharge de travail et les appels incessants

par F.S.
Publié le 4 août 2023 à 18h19

Source : JT 13h Semaine

La campagne de déclaration des biens immobiliers a été repoussée, pour la troisième fois, au 10 août.
Une désorganisation qui pèse sur les agents de la finance publique.
Les syndicats du fisc alertent sur les conséquences sur leur santé au travail.

C'est une quatrième date pour les propriétaires et une nouvelle preuve d'une désorganisation pour les agents. Le ministère de l'Économie a annoncé ce mardi 1er août qu'il allait à nouveau changer la date limite pour la déclaration des biens immobiliers, pour la fixer au 10 août. Un troisième report de la campagne "gérer mes biens immobiliers" (GMBI) qui doit "permettre à tous les propriétaires une déclaration sereine", comme l'a argué le ministère dans un communiqué. Mais qui laissera des traces sur les agents du fisc, relève Challenges ce vendredi. 

Le tout numérique en cause selon les syndicats

Il faut dire que les alertes se sont multipliées ces dernières semaines. Dès la fin du mois de juin, les syndicats avaient unanimement fait part de leur mécontentement quant à cette nouvelle obligation qui prévoit que chaque propriétaire doit indiquer, uniquement sur le site des impôts, la situation de chacun de ses biens. Car face aux nombreuses interrogations des contribuables, les centres des finances publiques ont été pris d'assaut. Les images des files d'attente se sont multipliées à travers le pays, comme nous vous le montrions dans le reportage ci-dessous, tandis que les lignes téléphoniques étaient surchargées.

"Les accueils débordent, les services sont engorgés, les agents s'épuisent et n'en peuvent plus", avait ainsi dénoncé la CFDT Finances publiques le mardi 27 juin. Idem du côté de Solidaires, qui avait évoqué "un nombre de contacts physiques et téléphoniques jamais vus en cette période de l'année". En juillet par exemple, ce sont en moyenne 30.000 appels qui ont été reçus chaque jour par les agents, et jusqu'à 94.000 appels à la veille de la première date butoir. 

TÉMOIGNAGES - Pagaille aux centres des impôtsSource : JT 20h Semaine

Mais comment expliquer un tel "fiasco", pour reprendre les mots de la CFDT ? Si le gouvernement affirme que ce sont des bugs informations qui sont à l'origine des ratés en série de la campagne GMBI, c'est bien le manque de moyens et de formation des travailleurs du fisc qui sont pointés du doigt par les syndicats. "Cette annonce de report sous la contrainte est bien tardive et dissimule mal le fait qu'on a, une fois de plus, sciemment envoyé les agents au casse-pipe", s'est par exemple insurgé FO. 

Pour preuve, malgré les nouveaux délais, "la situation est loin d'être revenue à la normale", comme l'a souligné la CGT Finances publiques dans un communiqué, ce 26 juillet. "L'accueil physique, les mails et le téléphone restent largement supérieurs à la normale et tous les contribuables n'ont pas déclaré. Les services concernés sont encore en souffrance pour absorber ce supplément de travaux qui entraîne un retard dans le traitement des autres tâches."

C'est bien là le cœur du problème selon les agents du fisc. Dans un communiqué, la CFDT accuse en effet la politique du "tout dématérialisé" d'être à l'origine de ces problématiques. Solidaires, le premier syndicat de la profession, avait lui aussi demandé l'arrêt de cette stratégie du tout numérique, qualifiant "d'inacceptable" le choix de ne pas proposer aux propriétaires la possibilité d'une déclaration papier. Une décision qui continue de provoquer l'incompréhension chez les contribuables. Et qui fait peser des risques psychosociaux sur les agents se multiplient. À tel point que dans la presse, certains s'inquiètent d'"un drame" dans les semaines à venir.


F.S.

Tout
TF1 Info