Verif'

Incendies en Gironde : des feux parmi les "plus grands de notre histoire" ?

Publié le 22 juillet 2022 à 18h34

Source : JT 20h WE

Lorsqu'il s'est rendu en Gironde, cette semaine, Emmanuel Macron a évoqué des feux faisant partie des plus importants qu'ait connu la France.
Avec environ 20.000 hectares partis en fumée, il s'agit en effet d'incendies d'une rare ampleur.
Si l'on remonte plusieurs décennies en arrière, des feux encore plus violents ont touché notre pays.

En Gironde, les pompiers ont eu à lutter contre deux feux simultanés, les forêts de la Teste-de-Buch et de Landiras étant touchées à la même période par les flammes. Le président de la République s'est rendu sur place cette semaine pour saluer le travail des pompiers et constater par lui-même l'étendue des dégâts. Sur place, il s'est exprimé en évoquant l'un "des plus grands feux de notre histoire", tant pas la superficie touchée que par le nombre de personnes évacuées. Dans l'histoire récente, rares sont en effet les incendies ayant été aussi importants en France. Dans un passé plus lointain, en revanche, certains se sont révélés encore plus destructeurs.

1976, l'année noire

Pour tenter d'évaluer l'ampleur des feux observés en Gironde, il faut tout d'abord faire le point sur les surfaces qui ont brûlé. Elles sont évaluées, en ce 22 juillet, à environ 20.600 hectares, soit l'équivalent d'environ 30.000 terrains de football. Quid des incendies survenus par le passé ? La base de données sur les incendies de forêt (BDIFF), tenue par les services du ministère de l'Agriculture, explique "centraliser l'ensemble des données sur les incendies de forêt sur le territoire français" pour "mettre l'ensemble de cette information à disposition du public et des services de l'État". Problème, les informations ici rassemblées remontent uniquement à 2006. Insuffisant pour disposer d'une vision plus globale. 

Interrogé par TF1, un porte-parole des sapeurs-pompiers de France appelle à ne pas faire preuve d'une "mémoire sélective". En effet, s'il évoque un feu conséquent dont l'équivalent n'a "sans doute pas eu lieu depuis une vingtaine d'année", son ampleur n'est pas inédite à travers le temps. Le spécialiste fait ainsi référence à celui qui a frappé le Var à l'été 2003 (près de 15.000 hectares touchés). Le Sud-Ouest, vulnérable en raison de ses immenses étendues de pins, n'est à l'évidence pas la seule région exposée. Au XXe siècle, des incendies ont ainsi causé de très importants dégâts du côté de la Méditerranée.

À défaut de sources officielles, il est possible de se tourner vers les documents d'archives pour tenter de retrouver les traces de précédents feux massifs. C'est ce qu'a fait l'Agence France Presse, qui documente l'actualité française et internationale depuis 1944. Elle mentionne par exemple l'été 1990, qui fut "redoutable pour le massif des Maures", avec 12.500 hectares détruits à la fin août. Ce sont 23.000 hectares de végétation qui ont brûlé cette année-là entre Marseille et Nice du 21 au 25 août. 

L'année précédente, en 1989, 5000 hectares de pins étaient consumés près de l'étang de Lacanau, en Gironde, tandis qu'à la toute fin du mois d'août, 10.000 hectares partaient en fumée dans le Sud-Est et en Corse. Et ce en moins de 24 heures. Déjà très graves, ces événements se sont révélés d'une ampleur inférieure à celle du "grand incendie de 1949", survenu au sud de Bordeaux. Le feu avait alors ravagé 50.000 hectares de pins, marquant les mémoires tant par la violence des flammes que par le lourd bilan humain : 82 personnes avait été tuées en l'espace de quelques jours.

Citons enfin le feu ayant détruit la plus vaste surface, durant l'été 1976. Les températures caniculaires, mêlées à une extrême sécheresse et au geste d'un pyromane, avaient changé le visage de la forêt de La Palmyre (Charente-Maritime). Devenue un immense brasier le 20 août, le feu avait coincé des vacanciers par centaines, évacués depuis la plage par bateaux faute de pouvoir fuir par les terres. On estime que cet été-là, les incendies ont détruit pas moins de 80.000 hectares en France, ce qui reste, à l'heure qu'il est, un triste record dans l'Hexagone.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Tout
TF1 Info