Grippe aviaire : trois millions d'animaux à abattre dans le Grand Ouest

Léa COUPAU avec AFP
Publié le 11 mars 2022 à 12h58
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Suite à l'expansion de la grippe aviaire, des millions d'animaux doivent être abattus dans le Grand Ouest, annonce, ce vendredi 11 mars, le ministère de l'Agriculture.
Lors de la précédente crise, 3,5 millions de volailles avaient été tuées entre l’automne 2020 et le printemps 2021.

Depuis août 2021, de nombreux foyers de grippe aviaire ont été détectés en Europe. En France, la brusque flambée des contaminations d'élevages dans le Grand Ouest, principalement en Vendée, impose aujourd'hui l'abattage de millions de volailles pour "assainir la zone", a indiqué, ce vendredi 11 mars, le ministère de l'Agriculture à la presse.

Actuellement, "on a éliminé environ 1,2 million d'animaux et on estime qu'on a encore trois millions d'animaux qui restent à abattre" dans le Grand Ouest, dans l'objectif de mettre un coup d'arrêt à cette crise dont l'ampleur dépasse largement celle de l'an dernier, a-t-on précisé de même source.

Une première alerte dans le Sud-Ouest

Au jeudi 10 mars, la France comptait 611 foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) en élevage, 36 cas en faune sauvage et 15 cas en basse-cours, indique le site du ministère de l'Agriculture. Après une première alerte dans le Sud-Ouest, depuis début février, les foyers d’IAHP ont fortement augmenté dans les Pays de la Loire, où plusieurs mesures de protection ont dû être mises en place (conditions renforcées pour le transport, vaccination obligatoire dans les zoos, etc).

Entre l’automne 2020 et le printemps 2021, l’épisode d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) qu’avait connue la France avait été à l’origine de 492 foyers en élevage de volailles, 20 cas dans la faune sauvage et deux cas dans la faune captive. Au total, près de 3,5 millions de volailles ont dû être abattues sur ordre de l'administration.

Lire aussi

Pour rappel, "la consommation de viande, foie gras et œufs, et plus généralement de tout produit alimentaire à base de volaille, ne présente aucun risque pour l’Homme", précise le site du gouvernement. Ce début mars, trente-quatre pays sont touchés par l'épizootie sur le continent européen.


Léa COUPAU avec AFP

Tout
TF1 Info