Locations de type Airbnb : près de 500.000 euros d'amendes infligées à Paris depuis janvier, un nouveau record

Vincent Michelon
Publié le 4 avril 2018 à 11h41
Locations de type Airbnb : près de 500.000 euros d'amendes infligées à Paris depuis janvier, un nouveau record

INFO LCI - La mairie de Paris poursuit sa guerre contre les locations meublées touristiques type Airbnb ne respectant pas la réglementation en vigueur. Selon les informations obtenues par LCI, les montants des amendes infligées au premier trimestre 2018 atteignent 490.000 euros.

La chasse aux locations meublées de courte durée se poursuit à Paris. Alors que la Ville impose, depuis le 1er décembre dernier, l'enregistrement des loueurs sur les plateformes type Airbnb, les procédures à l'encontre de ceux qui ne respectent pas la réglementation en vigueur dans la capitale - pas plus de 120 nuitées par an, et sous réserve d'être propriétaire occupant du logement - ne cessent de pleuvoir. 

Les amendes infligées aux loueurs, d'un montant total de 200.000 euros en 2016, avaient déjà bondi en 2017, avec près de 1.3 millions d'euros de pénalités infligées, toutes procédures confondues. Or, selon les informations transmises à LCI par les services de l'adjoint au Logement Ian Brossat, le record pourrait être à nouveau pulvérisé en 2018. Au premier trimestre de cette année, le montant atteint déjà 490.000 euros. 

Lire aussi
Locations Airbnb à Paris : dans les pas d'une brigade anti-fraudeSource : JT 20h Semaine
JT Perso

Rapport de force

Un chiffre qualifié "d'important" par Ian Brossat, alors que la ville estime que près de 20.000 logements ont été retirés du marché locatif en cinq ans à cause de l'inflation des meublés touristiques. "De nombreux procès sont en cours", précise l'adjoint PCF d'Anne Hidalgo. 

En l'état actuel de la législation, les loueurs de meublés ne respectant pas la réglementation encourent jusqu'à 50.000 euros d'amende. En attendant la prochaine logement (Elan), qui prévoit d'étendre les amendes aux plateformes de location, dont Airbnb, la menace de la sanction aurait, selon la Ville, un effet dissuasif. Près de 11% des annonces auraient ainsi été retirées entre septembre 2017 et janvier 2018. 


Vincent Michelon

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info