Covid-19 : le défi de la vaccination

"Je veux dire mon indignation" : un rescapé du Vel' d'Hiv' dénonce l'utilisation de l'étoile jaune par des anti-vaccins

V.M
Publié le 18 juillet 2021 à 17h09
JT Perso

Source : TF1 Info

RÉACTION - Au lendemain d'une série de manifestations contre l'obligation vaccinale et l'extension du pass sanitaire, Joseph Schwartz, rescapé de la rafle du Vel' d'Hiv', a dénoncé, au cours d'une commémoration, la réutilisation des étoiles jaunes par des manifestants antivax. "Les larmes me sont venues", a-t-il dit devant l'assistance.

La colère d'un témoin de l'Histoire. Joseph Schwartz, rescapé de la rafle du Vélodrome d'Hiver (Vel' d'Hiv') les 16 et 17 juillet 1942, a livré un témoignage poignant, dimanche, s'en prenant vivement à la réutilisation faite par certains manifestants antivax de l'étoile jaune. 

Lors d'une prise de parole à l'occasion des commémorations de la rafle et de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français, Joseph Schwartz a fait part de sa tristesse, au lendemain de manifestations au cours desquelles certains participants arboraient une étoile jaune, comparant le sort des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et la situation actuelle des personnes refusant le vaccin contre le Covid-19. 

"Je l'ai portée, l'étoile"

"Je voudrais dire mon indignation", a-t-il déclaré avec émotion, brandissant l'une des affiches utilisées lors de ces manifestations, portant la mention "sans vaccin" sur une étoile jaune. "Cette comparaison est odieuse, il faut se lever tous contre cette chose. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point j'ai été touché. Les larmes me sont venues."

"Je l'ai portée, l'étoile, moi", a-t-il ensuite martelé. "Je sais ce que c'est, je l'ai dans ma chair. C'est le devoir de tous les citoyens de se lever, de ne pas laisser passer cette vague outrancière, antisémite, raciste qui rôde. Je crois que c'est un devoir primordial."

Lire aussi

Joseph Schwartz est l'un des derniers survivants de la rafle du Vel' d'Hiv'. Il y a deux ans, il avait raconté sur France 3 dans quelles conditions il avait miraculeusement échappé à la déportation. Raflé avec sa mère à l'âge de 12 ans, il était parvenu à s'échapper d'une annexe du commissariat de la place d'Italie, à Paris. Il n'a jamais revu sa mère. 


V.M

Tout
TF1 Info