La cérémonie d'ouverture des JO de Paris se déroulera sur la Seine, le 26 juillet 2024.
Pour la sécurité de l'événement, la préfecture de police de Paris veut déplacer les boîtes des bouquinistes parisiens.
Mais ces derniers, présents depuis 450 ans sur les quais de Seine, refusent de bouger.

Les bouquinistes parisiens, plus grande librairie du monde à ciel ouvert, présents depuis 450 ans sur les quais de Seine, refusent d'être déplacés par les autorités pour assurer la sécurité de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Pour la première fois de l'histoire olympique, la cérémonie d'ouverture se déroulera à l'extérieur d'un stade, sur la Seine, au cœur de la capitale, le 26 juillet 2024. Dans un courrier adressé aux bouquinistes le 25 juillet, la préfecture de police de Paris estime "indispensable" pour sécuriser l'événement que les boîtes, dans lesquelles ils commercialisent des livres d'occasion et qui sont situées dans le périmètre de la cérémonie, soient "enlevées". 

La préfecture s'appuie notamment sur un article du code de la sécurité intérieure qui prévoit un périmètre où "l'accès et la circulation des personnes sont réglementés" afin d'assurer la sécurité d'un "lieu ou d'un événement exposé à un risque d'actes de terrorisme".

Interrogé par l'AFP, le représentant des quelque 200 bouquinistes de l'Association culturelle des bouquinistes de Paris, soit 88% du total, assure qu'ils n'ont "nullement l'intention de bouger". "Lors d'une réunion organisée le 10 juillet à la mairie, l'adjoint à la Seine nous a clairement expliqué que nous allions gêner la vue le jour de la cérémonie", fustige le président de cette association, Jérôme Callais.

570 boîtes concernées

"On est un symbole majeur de Paris, ça fait 450 ans qu'on est là. Vouloir nous gommer du paysage alors que la célébration de ces Jeux doit être la célébration de Paris, ça paraît un peu fou", ajoute-t-il.

Dans un communiqué jeudi, la Ville de Paris assure les bouquinistes de son soutien et reconnaît que leur activité "fait partie de l'identité des quais de Seine". Elle estime à 570 le nombre de boîtes concernées par un éventuel enlèvement, soit 59% du total. Sans revenir toutefois sur l'injonction de la préfecture, la Ville propose de prendre en charge l'enlèvement et la repose des boîtes, ainsi que la rénovation "à ses frais" de celles qui auront été abimées dans l'opération. 

"Cette rénovation constituera un élément d'héritage supplémentaire des Jeux et contribuera à appuyer la candidature des bouquinistes des quais de Seine au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco", ajoute-t-elle. La Ville invite également les bouquinistes à participer à un "village des Bouquinistes" dans un quartier littéraire "proche de la Seine".

Jérôme Callais estime, lui, que certaines boîtes sont "trop fragiles" pour être transportées et évalue à 1,5 million d'euros le chantier de rénovation de toutes les boîtes.


M.B avec AFP

Tout
TF1 Info