JO RIO 2016 - Des militaires abattent une femelle jaguar à la suite d'une cérémonie de la flamme olympique

Barbara Prose
Publié le 22 juin 2016 à 12h40
JO RIO 2016 - Des militaires abattent une femelle jaguar à la suite d'une cérémonie de la flamme olympique
L'essentiel

CAUSE ANIMALE - Juma, une femelle jaguar a fait les frais de sa présence lors d'une cérémonie de la flamme olympique ce lundi, dans la ville de Manaus, au Brésil. Pourtant enchaîné et gardé par des militaires, l'animal aurait échappé à la vigilance de ses gardiens et se serait approché trop près d'un homme. Pour protéger ce dernier, elle aurait été abattue.

Une femelle jaguar du nom de Juma a été abattue ce lundi au Brésil pour avoir échappé à la vigilance de ses gardiens et s'être trop approchée d'un homme. Utilisée comme ornement lors d'une cérémonie en marge des Jeux Olympiques de Rio 2016, Juma aurait été tuée d'une balle par un militaire, par mesure de sécurité.

"Quand est-ce que nous allons apprendre ?"

C'est Reuters qui rapporte l'histoire. Selon les propos de l'armée, l'animal aurait été abattu peu de temps après la cérémonie. L'animal était pourtant enchaîné et en laisse et il aurait reçu des tranquilisants au préalable. Dans un communiqué, le comité d'organisation des Jeux a regretté la présence du jaguar lors de la cérémonie : "Nous avons fait une erreur en autorisant que la flamme olympique, symbole de paix et d'unité, soit exhibée à proximité d'un animal enchaîné. Cette image va à l'encontre de ce en quoi nous croyons et de nos valeurs", a confessé le comité.

Mais que faisait donc cet animal à cette cérémonie ? C'est une question qui a provoqué l'indignation de nombreuses associations de défense des animaux, au Brésil et partout où l'affaire a été ébruitée.

"Quand est-ce que nous allons apprendre ?" s'est insurgée Brittany Peet, Directrice du département juridique des animaux en captivité pour la PETA (l'association américaine pour un traitement éthique des animaux). "Les animaux sauvages gardés en captivité et obligés à faire des choses effrayantes, parfois douloureuses et toujours contre-nature sont des bombes à retardement. Nos actions les mettent eux, et des humains en danger." a t-elle ajouté.

"Cela doit cesser"

La Justice Animale, une association Canadienne cette fois, a posté ce message sur Twitter : "Cela doit cesser".

Le jaguar n'avait rien à faire là

Selon un communiqué de l'Ipaam, l'autorité locale en charge de l'environnement dans la région brésilienne des Amazonas, la présence du jaguar n'avait pas été validée : "Aucune demande n'a été faite pour autoriser la participation du jaguar Juma dans l'événement de la flamme olympique." Des investigations sont en cours, mais c'est une bien triste mise en lumière pour l'organisation des Jeux et pour l'équipe olympique du Brésil, dont la mascotte est un jaguar jaune du nom de Ginga.


Tout
TF1 Info