La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

"La cinquième vague de Covid-19 est peut-être la dernière", espère Olivier Véran

La rédaction de LCI
Publié le 2 janvier 2022 à 9h17
JT Perso

Source : JT 20h WE

OPTIMISME - Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le ministre de la Santé a prédit une "immunité renforcée" des populations à l'échelle mondiale grâce à la diffusion massive du variant Omicron, plus contagieux mais moins dangereux. Le variant Delta, plus sévère, reste en revanche une menace.

Après près de deux ans d’épidémie mondiale, bientôt la fin du tunnel ? Dans les colonnes du Journal du Dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran s’est montré optimiste ce dimanche 2 janvier : "Cette 5e vague sera peut-être la dernière. Omicron est tellement contagieux qu'il va toucher toutes les populations du monde. Il va entraîner une immunité renforcée : on sera tous plus armés après son passage", a-t-il assuré. 

Un optimisme qui rejoint celui d'Emmanuel Macron lors de ses voeux aux Français à l'occasion du Nouvel An, vendredi 31 décembre : si "les semaines à venir seront difficiles", il existe "de vraies raisons d'espérer" grâce au vaccin, avait déclaré le président de la République, affirmant que "2022 serait peut-être l'année de sortie de l'épidémie".

Le défi de la vaccination à l'échelle mondiale

Mais à une condition, selon Olivier Véran : "Il faut continuer à vacciner la planète en urgence, notamment dans les pays où l'accès aux doses est plus compliqué", a-t-il appelé, expliquant que c'était dans ces pays où "les populations y sont plus souvent immunodéprimées, notamment du fait de l’épidémie de sida" que le terrain est le propice à voir émerger les nouveaux variants les plus dangereux. Dans le JDD, le ministre de la Santé déclare à ce sujet que "la France est le troisième contributeur mondial d'envoi de vaccins vers les pays les plus pauvres".

Un constat partagé par les scientifiques. "Nous pouvons espérer nous trouver devant l'une des évolutions d'infections virales avec des virus de plus en plus contagieux mais beaucoup moins virulents, et qui renforcent l'immunité de la population", a expliqué samedi sur LCI le Pr Christian Bréchot, virologue et président du Global Virus Network. "Est-ce le dernier ? C'est difficile à dire, cela va dépendre de ce qu'il va se passer au niveau mondial."

Omicron et Delta : "les deux vagues se cumulent pour former une lame de fond"

Le variant se diffuse en effet à une vitesse éclair. "Quand on sait que nous allons franchir le cap des 10 millions de Français diagnostiqués positifs depuis le début de la pandémie, on comprend l'extrême contagiosité d'Omicron", a poursuivi le ministre. Depuis plusieurs jours, sous l’effet d’une vague Omicron, les records de contamination quotidiennes s’enchaînent ainsi dans l’Hexagone, dépassant les 200.000 cas par jour. 

Mais ce nouveau variant, devenu majoritaire en France au 30 décembre en quelques semaines seulement, est moins dangereux que son prédécesseur, le variant Delta. "Les données anglaises publiées samedi le confirment : il y a trois fois moins de formes graves de la maladie avec Omicron qu'avec Delta", relève le ministre, qui assure par ailleurs que les vaccins restent protecteurs contre cette nouvelle menace dont on ne peut pas prévoir le pic pour le moment.

Olivier Véran a en revanche mis en garde contre l’épidémie du variant Delta, qui ne s’est pas encore achevée, faisant "plusieurs milliers de contaminations par jour". "La vague Delta est responsable aujourd'hui de la montée des hospitalisations en réanimation dans toute la France, avant même l'impact sanitaire d'Omicron", explique-t-il, indiquant que "les deux vagues se cumulent pour former une lame de fond" plutôt que d’entrer en compétition l’une avec l’autre. "Tant que la circulation de Delta ne baissera pas, la pression sur les hospitalisations et les entrées en réanimation restera élevée", alerte-t-il.  


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info