Une pension de retraite sur sept est mal calculée lors de la liquidation des droits.
Des centaines de milliers de retraités perçoivent moins que ce à quoi ils ont droit.
Il faut alors reconstituer sa carrière et retrouver les trimestres manquants.

Magali Benattou, 58 ans, ne s’était jamais soucié de sa retraite jusqu’à l’année dernière quand elle a reçu son relevé de carrière. "Je me suis aperçue que l’année 2012 était manquante alors que j’ai travaillé toute l’année", explique-t-elle, dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. Un an de travail en tant que responsable qualité dans le secteur du champagne, et dont les quatre trimestres cotisés ont disparu. 

Attestation d’employeur, relevés bancaires, toutes les preuves sont là, mais pour la caisse de retraite, il manque le plus important : les bulletins de salaire. Magali n’a jamais pu les récupérer. Son entreprise a été placée en liquidation judiciaire cette année-là. À cause de cette anomalie, elle perd 180 euros par mois sur sa pension estimée aujourd’hui à 1000 euros bruts. "Déjà la retraite n’est pas grosse, mais en plus 180 euros en moins, j’estime que c’est énorme. C’est très difficile et je pense que je ne suis pas toute seule dans ce cas", déplore-t-elle. 

Une retraite sur sept erronée

En France, environ un retraité sur sept est victime de ce type d'erreur qui, le plus souvent, fait baisser sa pension. Des trimestres perdus faute de justificatifs apportés à la casse nationale d'assurance vieillesse chargée de comptabiliser tous les mois de cotisation. Pour éviter de se retrouver dans cette situation, le directeur de l'organisme en appelle aux Français. "Tout le monde doit regarder sa carrière, qu’on ait des multi-employeurs avec des périodes de chômage ou qu’on ait été en CDI chez le même employeur. Il faut vraiment faire ce travail. C’est essentiel parce que ça va nous aider à reconstituer votre vie et puis ça vous permet de faire le plein de vos droits", explique Renaud Villard. 

Pour ne rien oublier et toucher la pension à laquelle il a droit, Robert Taillefer a fait appel à un cabinet spécialisé. Aujourd’hui conseiller en gestion de patrimoine, il a eu ce que l’on appelle une carrière hachée. Périodes de chômage, engagement à l’armée, résultat, sept trimestres n’ont pas été enregistrés par la caisse de retraite. Pour réparer cette erreur dont il n’est pas responsable, ça lui a coûté cher, environ 4000 euros. "Il vaut mieux le faire parce que finalement, il suffit d’une douzaine de mois pour avoir récupéré la mise. C’est quand même un investissement qui est plutôt rentable", déclare-t-il. En effet, il partira à la retraite avec une pension de 1900 euros nets, soit 350 euros de plus que s’il n’avait rien fait. 


L.T. | Reportage TF1 : Pierre Corrieu, Florence Couturon, Iker Zabala

Tout
TF1 Info