Le collège-lycée Stanislas va recevoir une nouvelle dotation de la région Île-de-France.
L'établissement est accusé de "dérives" homophobes, après la publication d'un rapport de l'Éducation nationale cet hiver.
La nouvelle aide, validée par la présidente (LR) d'Île-de-France Valérie Pécresse, sera d'un montant de 400.000 euros.

Une nouvelle dotation de la part de la Région Île-de-France. Le collège-lycée Stanislas va recevoir une aide de la collectivité francilienne à hauteur de 400.000 euros, après le vote, jeudi, de l'enveloppe par les conseillers régionaux. Ce forfait d'externat est un "versement obligatoire pour la collectivité (…) à partir du moment où l'établissement dispose d'un contrat d'association avec l'État", a défendu le vice-président chargé des lycées, James Chéron, au sujet de cette enveloppe. La présidente (LR) du Conseil régional, Valérie Pécresse, a enjoint la veille à approuver la proposition du versement.

Propos homophobes et anti-IVG

Cette nouvelle subvention fait écho aux récentes accusations qui ont touché la célèbre institution d'enseignement catholique du centre de Paris. Dans un rapport publié cet hiver, le ministère de l’Éducation nationale avait épinglé "des dérives dans l'application du contrat d'association" de l'établissement catholique avec l'État, dont l'obligation de suivre des cours de catéchisme, ce qui est contraire à la loi. Des propos homophobes "susceptibles d'être qualifiés pénalement" avaient aussi été mis en cause après cette inspection, tout comme des messages dénonçant le recours à l'IVG.

Mercredi, avant le vote, Valérie Pécresse avait relativisé ces faits, expliquant que le bénévole qui avait tenu des paroles homophobes avait été "immédiatement sanctionné et écarté" de l'école. Cette dernière aurait aussi amélioré sa lutte contre "le sexisme et l'homophobie" après les révélations de l'enquête de l'Éducation nationale. "L'ensemble de ces décisions est de nature à pleinement nous rassurer sur la mise en œuvre des préconisations du rapport d'inspection et me conduira à vous proposer demain [aujourd'hui, ndlr] le vote du solde du forfait d'externat pour le lycée Stanislas", a donc soutenu l'ancienne candidate à l'élection présidentielle. 

En janvier, la scolarisation des enfants d'Amélie Oudéa-Castéra dans des classes non-mixtes au sein du collège-lycée Stanislas, alors ministre de l'Éducation nationale, avait défrayé la chronique. Fragilisée par le scandale, elle a depuis été remplacée à son poste par Nicole Belloubet. Depuis l'affaire, la région a déjà voté une première enveloppe de 917.000 euros, la plus importante de la région pour un lycée privé. À l'inverse, la mairie de Paris avait annoncé dès janvier la suspension du financement de l'école Stanislas dans l'attente de "clarifications" de l'État.


T.A. avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info