Ocean Viking : crise ouverte entre la France et l'Italie

Le président de la région Corse, Gilles Simeoni, propose d'accueillir l'Ocean Viking dans l'un des ports de l'île

par Aurélie LOEK
Publié le 8 novembre 2022 à 23h31
JT Perso

Source : Sujet JT LCI

L'Italie refusant d'accueillir le navire Ocean Viking avec à son bord 234 migrants rescapés, SOS Méditerranée a demandé le soutien de la France.
Dans la foulée, le président de la région Corse s'est dit disposé à accueillir "temporairement" le bateau dans l'un des ports de l'île.

L'Ocean Viking pourrait enfin avoir trouvé un port pour accoster. Ce navire transportant à son bord 234 migrants rescapés alors qu'ils tentaient de traverser la mer Méditerranée pour se rendre en Europe naviguaient depuis 18 jours sans obtenir d'autorisation de débarquement. Après s'être adressé à l'Italie et n'obtenir qu'une fin de non-recevoir, l'ONG européenne SOS Méditerranée, qui affrétait le bateau, s'est tournée ce mardi vers la France.

Un accueil en Corse "pour éviter toute perte humaine"

Dans la soirée, le président de la région Corse, Gilles Simeoni, a annoncé dans un tweet qu'il était disposé à accueillir "temporairement" le bateau dans l'un des ports de l'île, "conformément à sa tradition d'hospitalité et pour éviter toute perte humaine". Le navire humanitaire, qui naviguait encore mardi matin au large du port sicilien de Syracuse selon un photographe à bord, "est en train de faire route vers la France par l'ouest de la Sicile", avait plus tôt indiqué à l'AFP la directrice de SOS Méditerranée, Sophie Beau, qui prévoyait deux jours de voyage minimum pour atteindre la France.

L'Ocean Viking, qui bat aussi le pavillon de la Norvège, est le dernier des trois bateaux affrétés par des ONG, à avoir sauvé des migrants qui tentaient de rejoindre l'Europe en traversant la Méditerranée à partir de la Libye. Si les deux autres ont finalement reçu l'autorisation d'entrer dans un port italien, ce ne fut pas le cas de l'Ocean Viking, alors même que la situation à bord avait atteint "un seuil critique", selon SOS Méditerranée. Sophie Beau redoutait même "des risques de pertes de vies humaines".

Lire aussi

Le nouveau gouvernement italien, le plus à droite depuis la Seconde Guerre mondiale, s'est engagé à observer une ligne dure vis-à-vis des migrants. Il réclame une plus grande solidarité des pays européens dans l'accueil des migrants et estime que les États sous le drapeau desquels les bateaux naviguent doivent prendre leur part. Ce mardi soir, le gouvernement français a dénoncé le "comportement inacceptable" des autorités italiennes qui refusent d'autoriser à accoster le navire. L'attitude des autorités italiennes est "contraire au droit de la mer et à l'esprit de solidarité européenne", a ainsi déclaré à l'AFP une source gouvernementale française. 


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info