Les députés votent la baisse d'impôts pour les foyers modestes

Nicolas Vanel
Publié le 24 juin 2014 à 12h03
Les députés votent la baisse d'impôts pour les foyers modestes

FISCALITE - Les députés, qui examinent jusqu'à mercredi le Budget rectificatif 2014, ont voté lundi la baisse d'impôts dont vont bénéficier 3,7 millions de foyers modestes.

Coup de pouce aux ménages modestes. Dans le cadre de l'examen du projet de budget rectificatif contesté par une partie de la majorité, la mesure de réduction d'impôt sur le revenu, annoncée en mai par Manuel Valls, a été adoptée lundi. Elle concerne les contribuables percevant un revenu inférieur ou égal à 1,1 fois le Smic, soit près de 1600 euros brut par mois maximum sur la base de 35 heures hebdomadaires. Pour une personne seule, cette mesure se traduira par un allégement de l'imposition de 350 euros, 700 euros pour un couple. En tout, 3,7 millions de foyers fiscaux sont concernés par cet allégement.

Parmi eux, 1,9 million de contribuables vont purement et simplement être exonérés d'impôt sur le revenu cette année. Décidé à calmer la grogne fiscale, le gouvernement a en effet décidé de rendre à nouveau non imposables les contribuables entrés dans le barème de l'impôt en 2012 et 2013 sous l'effet de l'évolution des règles fiscales, mais sans que leurs revenus aient progressé.

"Une mesure insuffisante et injuste"

Pour le gouvernement, ce geste représente un coût de 1,16 milliard d'euros, qui sera financé par la lutte contre l'évasion fiscale. A la faveur du récent durcissement des sanctions à l'encontre des fraudeurs, les rentrées pourraient en effet atteindre 1,8 milliard d'euros, selon Bercy, soit 1 milliard de plus qu'attendu.

Applaudie à gauche, cette réduction d'impôts a été critiquée par l'UMP, le président de la commission des Finances Gilles Carrez en tête. Ce dernier dénonce l'absence de mesures en faveur d'une classe moyenne sur qui pèse une partie conséquente de la pression fiscale de ces dernières années. "C'est une mesure insuffisante, mal calibrée, injuste (...) les classes moyennes vont avoir la gueule de bois en septembre", a-t-il prédit lundi.


Nicolas Vanel

Tout
TF1 Info