ESPACE – Près de 50 ans après la première expédition sur la Lune en pleine guerre froide, des ingénieurs américains et russes imaginent un nouveau départ vers l’espace, en joignant leurs forces. L’objectif : construire une station lunaire, pour faciliter un futur voyage vers Mars.

La science n’a pas de patrie, dit-on. L’exploration spatiale était pourtant au cœur de la guerre froide, opposant les Etats-Unis et l’URSS. Aujourd'hui, cependant, près d’un demi-siècle après l’atterrissage de la mission Apollo 11 sur la Lune, les ingénieurs de la Nasa et de l’agence spatiale russe, Roscosmo s, cherchent à s’engager dans un projet commun : "s’installer" ensemble autour de la Lune.

Construire une station autour de la Lune

Selon le site spécialisé  Popular Mechanics , le but de cette expédition présenté lors d’ une conférence à San Diego entre le 12 et le 14 juillet, serait non pas d’explorer la Lune, mais d’y bâtir une station spatiale. Cet habitat lunaire permettrait notamment d’étudier les astéroïdes, de simuler un voyage de 400 jours pour se préparer à une expédition vers Mars, et même de servir d’étape avant un départ vers la planète rouge - une priorité pour la Nasa d’ici 2035.


Mais pour construire ce pied-à-terre (si l’on peut dire) en orbite autour de la Lune, les deux organisations spatiales doivent unir leurs compétences. La Russie, d’une part, apporterait son savoir-faire en matière de modules spatiaux (des vaisseaux qui permettent de rejoindre une station) capables de transporter et de propulser un vaste équipage. Les Etats-Unis, de leur côté, disposent d’un lanceur ultra-puissant, Space Launch System, qui permettrait entre autres d’envoyer la station dans l’espace.

En route pour Mars

Alors que les relations politiques sont tendues entre les deux puissances, cette station lunaire n’est pour l’heure qu’au stade de projet. Malgré tout, "c’est encourageant de voir que l’industrie avance par elle-même", a constaté William Gerstenmaier, administrateur de l’exploration et des opérations humaines de la Nasa. "Donc quand le gouvernement décide de faire quelque chose, l’industrie a (déjà) fait son travail".


Un module lunaire installé par la mission Apollo 12.
Un module lunaire installé par la mission Apollo 12. - N.A.S.A/SIPA

Dernière collaboration américano-russe en date : la Station spatiale internationale, lancée en 1998. Mais une fois ce programme achevé – la chute de la station est prévue pour 2024 – les deux pays ne partageront plus de projet, pour l’heure. Pour William Gerstenmaier : "Il ne faut pas voir [ce projet] comme une station spatiale autour de la Lune. Il faut le voir que le début du système de transport vers Mars".

Les images de la Station spatiale internationale en direct :


À LIRE AUSSI

>> Un mystérieux message en morse repéré par la Nasa sur la surface de Mars
>> L’aventure de la sonde spatiale Rosetta touchera à sa fin le 30 septembre prochain
>>  Apollo 10 : une "musique étrange" derrière la Lune ? La Nasa répond


Capucine MOULAS

Tout
TF1 Info