Verif'

Les prix des carburants ont-ils bondi par rapport à 2008 alors que le du baril de pétrole était bien plus cher ?

Publié le 13 juin 2022 à 17h49

Source : JT 20h Semaine

Des internautes affichent leur incompréhension devant les prix très élevés des carburants à la pompe.
Les montants observés sont largement supérieurs à ceux enregistrés en 2008, font-ils remarquer, alors que le baril était plus cher à l'époque.
C'est vrai, mais les comparaisons entre ces deux époques sont trompeuses.

Pour de nombreux Français, le carburant devient un produit de luxe. Que ce soit le sans plomb ou le gazole, les prix à la pompe dépassent actuellement, en moyenne, la barre symbolique des deux euros. Surprenant, estiment certains, alors même que le prix du baril n'atteint pas des records. 

Plusieurs publications sur les réseaux sociaux mettent ainsi en avant le fait qu'en 2008, les montants observés à la pompe étaient bien inférieurs à aujourd'hui, et ce malgré un prix du baril qui battait des records. Si certains internautes y voient la preuve de plus fortes marges réalisées par l'État, ils analysent la situation de manière biaisée, sans prendre en considération des différences majeures entre 2008 et aujourd'hui, à commencer par le taux de change.

Deux époques qui ne sont pas comparables

Le prix du baril est-il aujourd'hui inférieur à celui enregistré à l'été 2008 ? Oui, sans aucun doute. À l'époque, celui-ci dépassait les 140 dollars. À l'heure qu'il est, son prix est assez nettement inférieur, puisqu'il oscille autour de la barre des 120 dollars. Dans le même temps, il est exact de noter que les montants moyens des carburants sont aujourd'hui plus élevés : le litre de sans plomb 95 s'échange contre 2,13 euros environ, contre 1,51 euro en juillet 2008. Même constat pour le gazole, à 2,07 euros le litre contre 1,45 euro il y a 14 ans. 

Pour autant, cela ne signifie pas que des marges conséquentes sont désormais réalisées sur le dos des consommateurs. En effet, comparer ces deux époques peut vite devenir trompeur, ne serait-ce qu'en raison des variations du taux de change. Si les prix à la pompe utilisés en ligne sont exprimés en euros, ceux du baril à travers les époques sont de leur côté donnés en dollars. Une différence importante, puisqu'elle oblige à se pencher sur le taux de change en vigueur en 2008 et aujourd'hui. L'Insee nous apprend que ces derniers mois, un dollar s'échangeait contre 0,92 euro, tandis que le taux en juillet 2008 était d'un dollar pour 0,63 euro. Une évolution majeure qui explique pourquoi le baril s'échange actuellement plus cher qu'en 2018 - à 110 euros environ contre 88 euros il y a 14 ans - alors que son prix en dollars était plus haut. 

D'autres facteurs permettent d'expliquer les différences observées par les consommateurs. Si les marges liées au raffinage n'ont pas connu d'évolution significative, les spécialistes soulignent que celles liées à la distribution ont assez nettement progressé. Elles sont passées "de 9,63 centimes d'euros par litre d'essence à 16,05 centimes en 2021", note l'AFP. La conséquence, notamment, d'une introduction des biocarburants ainsi que des "certificats d'économies d'énergie" (CEE). "Grâce à une partie de ces marges, les distributeurs financent le bioéthanol ou subventionnent des travaux de rénovation" énergétique, a souligl'ancien magistrat de la Cour des comptes François Ecalle.

Il y a quelques semaines, l’Union française des industries pétrolières (UFIP) avançait par ailleurs que les coûts liés au raffinage, au transport ou à la distribution des carburants avaient augmenté depuis 2008, de quoi expliquer là aussi une partie des différences observées à la pompe. Sur le plan financier enfin, on peut noter une légère progression de la TVA, passée en 2014 de 19,6 à 20% pour les produits pétroliers. Dans le même temps, la taxation plus réduite du diesel par rapport à l'essence s'est trouvée dans le viseur des autorités. Ces dernières ont décidé de tendre vers une convergence fiscale entre ces deux carburants, un mouvement enclenché en 2015 et qui s'est poursuivi depuis.

En résumé, il est donc hasardeux de comparer les prix des carburants et du baril entre aujourd'hui et 2008. Si le baril battait des records à l'époque, il est impossible de décorréler les tarifs observés à l'époque, du taux de change qui était alors en vigueur, ainsi que du contexte économique. Contrairement à ce que pourraient laisser suggérer les prix observés à la pompe, les différences observées avec 2008 ne s'expliquent pas par des marges plus importantes réalisées par l'État français.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Tout
TF1 Info