L'info passée au crible
Verif'

Les tarifs de la SNCF sont-ils stables "depuis 2015" ?

Publié le 12 février 2022 à 16h44
illustration

illustration

Source : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, s'est félicité ce vendredi de la stabilité des tarifs "depuis 2015".
La moyenne des prix sur l'année est en effet stable.
Il existe de grands écarts en fonction des mois, ce qui est un phénomène récent.

Avant les vacances, c'est la même impression désagréable : celle de voir le prix du billet de train s'envoler. Pourtant, ce vendredi 11 février, Jean-Pierre Farandou s'est félicité du contraire. Sur RTL, le PDG du groupe SNCF a affirmé que tarifs de l'entreprise ferroviaire n'avaient pas augmenté "depuis 2015". "Année après année, la SNCF n'augmente pas ses prix", s'est-il réjoui. Alors comment expliquer ce sentiment de payer son ticket toujours plus cher qu'avant ?

Augmentation de 20% entre janvier et août 2021

Pour avoir des données sur les prix du train, nous nous sommes penchés sur l'indice des prix à la consommation (IPC) calculé par l'Insee sur le transport ferroviaire de passagers. Dans le cadre de ses travaux sur l'inflation, l'institut chargé de la statistique collecte les données sur les sites de vente de billets de trains de manière automatisée. Elle dispose ainsi d'un indice des prix proposés par l'entreprise et peut clairement analyser l'évolution de l'offre tarifaire de la SNCF. Ce qui ne correspond pas à un prix moyen du billet acheté qui, lui, peut dépendre des pratiques des usagers. 

Lire aussi

Or, comme l'affirme le dirigeant du groupe, il y a effectivement une certaine stabilité dans les prix depuis six ans. L'indice annuel de l'Insee montre ainsi qu'après plusieurs années d'augmentation - 30% entre 2005 et 2015 - les tarifs ont même tendance à légèrement baisser (-3% entre 2015 et 2021). 

Par contre, il existe bel et bien une différence par rapport à 2015. Ce sont les écarts de prix en fonction des mois. Ainsi, en 2015, cet indicateur n'évoluait pas beaucoup dans le courant de l'année, les prix fluctuant à peine de 1%. A contrario en 2021, les prix explosent certains mois. L'indicateur passe ainsi de 87,81 en janvier à 104,16 en juillet et même 104,80 en décembre. En clair, cela signifie que le tarif moyen proposé par la SNCF augmente de 20% entre le mois de janvier et celui d'août.

C'est ce qui s'appelle la "flexibilité tarifaire", ou le "yield management" dans le jargon des affaires. Cette pratique commerciale consiste tout simplement à faire varier un prix en fonction de l'évolution de la demande des consommateurs. Or, cette stratégie fait s'envoler les prix au moment des fortes demandes. 

D'ailleurs, le journal 60 millions de consommateurs pointait du doigt cette stratégie dans une enquête publiée en février 2020. Dans son analyse, qui portait sur 2859 billets de TGV, Intercités et TER, le magazine relevait que cette "flexibilité tarifaire" pouvait faire varier le prix pour un même trajet de un à onze. Interrogée sur ces chiffres, l'entreprise n'est pas revenue vers nous dans l'immédiat.

Nous avons contacté la SNCF qui "assume cette stratégie commerciale" qui profite à ses yeux "au plus grand nombre, mais surtout à ceux qui anticipent leurs départs". La compagnie ferroviaire met en avant ses trains "low cost", les TGV OUIGO à "bas prix", qui représentent aujourd’hui "20% de son offre" et cite comme preuve le nombre de personnes qui en ont bénéficié : "18 millions en 2019, 19,2 millions en 2021".

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info