Les voleurs tournent autour du pot... catalytique

Le service METRONEWS
Publié le 11 juin 2014 à 18h35
Les voleurs tournent autour du pot... catalytique
L'essentiel

FAIT DIVERS – Les filières criminelles spécialisées dans le vol des pots catalytiques ne cessent de se multiplier. Alors qu'un nouveau gang a été arrêté mardi dans l'Essonne, le ministère de l'Intérieur annonce un plan d'attaque avant juillet.

Face à l'explosion des vols de pots catalytiques, les autorités se mobilisent. Des gangs spécialisés dans le recel et la revente des pots d'échappement ne cessent d'être démantelés par la police et la gendarmerie. Dernier en date : un groupe dans le sud de l'Ile-de-France et dans les départements voisins ont été arrêtés dans l'Essonne par les policiers de la Sûreté départementale (SD), a-t-on appris mercredi de source proche de l'enquête.

Sept hommes entre 29 et 38 ans ont ainsi été interpellés mardi matin à l'aube dans cinq camps de la communauté des gens du voyage à Marcoussis, Bièvre et Bris-sous-Forges (Essonne) par une trentaine d'enquêteurs de la SD épaulés par une centaine de CRS. Placés en garde à vue pour des faits de vols en bande organisée et association de malfaiteurs, les membres de ce réseau sont soupçonnés d'avoir commis quelque 130 vols de pots catalytiques en écumant l'Essonne, les Yvelines, le Loiret, l'Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher ou encore le département de la Sarthe.

Un plan d'attaque "avant juillet"

Repéré depuis mars par la police, ce gang est loin de faire exception. Les vols de pots catalytiques, prisés parce qu'ils contiennent de faibles quantités de palladium et de platine (des métaux précieux), ne cessent de se multiplier. Avant de toucher l'Ile-de-France, les gangs ciblaient le Centre, l'Est, le Sud-Ouest, Rhône-Alpes et Paca. "Aujourd'hui je serais tenté de dire que cela concerne toutes les régions", confie un responsable de la gendarmerie à metronews. Ainsi 1285 pots catalytiques ont été dérobés en 2013 dans l'hexagone soit une augmentation de 1500% par rapport à 2012. Les voleurs s'attaquent aux garages et aux casses auto mais aussi aux voitures de particuliers, de préférence de marque française en raison de leur plus forte concentration de métaux précieux. Un pot catalytique est ensuite facilement revendu entre 50 et 100 euros.

Pour remédier à ce problème, les policiers tentent de suivre à la trace ces gangs et ont d'ores et déjà identifié plusieurs filières de recel. L'une d'entre elle mène outre-Rhin et utilise des convois constitués de véhicules utilitaires, "sécurisés" par une voiture ouvreuse, rapporte Le Parisien . Ces convois transportent plusieurs centaines de pots, que des recycleurs allemands écoulent par la suite. Une autre filière de recel conduit en Pologne. Le sujet prend une ampleur telle, que le ministère de l'Intérieur compte proposer un plan complet pour s'attaquer à ces filières criminelles organisées. "Nous n'avons pas encore tout arbitré mais ce plan concernant les trafics liés à l'automobile devrait être proposé avant juillet", confirme à metronews le cabinet de Bernard Cazeneuve.