Emmanuel Macron et des ministres potentiellement ciblés par le logiciel espion Pegasus

Pegasus : l'Arabie Saoudite dément tout espionnage

Léa LUCAS avec AFP
Publié le 22 juillet 2021 à 12h28
JT Perso

Source : TF1 Info

SUR ÉCOUTE - Parmi les pays accusés d'avoir utilisé le logiciel espion Pegasus figure l'Arabie Saoudite. Le royaume s'en est toutefois défendu dans la nuit de mercredi à jeudi et assure qu'il "n'approuve pas ces pratiques".

Au tour de l'Arabie Saoudite de se défendre de toute utilisation du logiciel espion Pegasus. Le plus grand pays de la péninsule arabique a démenti dans la nuit de mercredi à jeudi des accusations "infondées" selon lesquelles "une entité du royaume aurait utilisé un logiciel pour surveiller les communications", a précisé l'agence de presse officielle SPA auprès de l'AFP. L'Arabie saoudite "n'approuvent pas ce genre de pratiques"

Pourtant, depuis son accession au pouvoir en 2017, le prince héritier Mohammed ben Salmane est régulièrement accusé de traquer les dissidents et militants des droits humains sur les réseaux sociaux.

Ces déclarations interviennent une semaine après une enquête choc publiée par un consortium de 17 médias internationaux - parmi lesquels figurent les quotidiens français Le Monde, britannique The Guardian et américain The Washington Post - affirmant que plusieurs pays auraient utilisé le logiciel israélien Pegasus - capable de s'introduire dans les téléphones pour en récupérer le contenu - afin de surveiller des hommes politiques, dont le Président de la République Emmanuel Macron, ainsi que des journalistes, des chefs d'entreprise, des militants des droits humains ou encore des avocats du monde entier. 

Lire aussi

Ce mardi, le gouvernement marocain, dont les services de renseignements sont accusés d'espionnage, a dénoncélui aussi une "campagne médiatique mensongère, massive et malveillante" et a indiqué vouloir recourir à des procédures judiciaires contre ceux qui l'accusent de ces méfaits.


Léa LUCAS avec AFP

Tout
TF1 Info